Forum annexe officieux du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesRomeConnexion

Partagez | 
 

 Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ventadour

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60   Mar 17 Avr - 8:41

Bonjour, à Montbrisson aujourd'hui un prêche de Sancte Huguenot

Copie du prêche sur hors du village
Citation :
Vous entendez un prêche de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"l'homme sage doit participer à la vie de la cité."


l'écart du grand lac, à une demie-lieue de la ville, se trouvai un
endroit où un coude dans le ruisseau avait formé un profond bassin, joli
et désert. Une tente naturelle au toit de feuilles plus verdoyantes
encore que le sinople de Bressols. Cet endroit calme et réconfortant
appartenait à Ser Bronca, jouxtant ses champs de maïs. Il démarcha alors
auprès de ce dernier l'autorisation expresse d'y réunir ses huguenots
afin d'y célébrer le culte. Un accord reçu en deux temps trois mouvemens
auprès de cet homme de bien et de principes. Aussi, ce n'est qu'une
fois l'accord reçu qu'il y installa son pupitre de lecteur, et prit la
parole pour s'adresser à ses pairs.]

Chers religionnaires, camarades, honnêtes bourgeois, je voudrais tout
d'abord remercier messer Bronca pour avoir eu la bonté de nous permettre
de nous réunir en ses terres afin de pouvoir célébrer notre culte. Sans
cette générosité, nous ne pourrions malheureusement nous réunir ici
pour célébrer notre Éternel Seigneur, notre foy, ainsi que l'amitié
fraternelle qui nous unit ici, en cette belle cité de Montbrison dont la
Loire, fleuve majestueux s'il en est tire sa source et sa vitalité.

En ce jour de Printemps, saison de renaissance et de renouveau, nous
nous intéresserons tout particulièrement au second prophète afin que
nous nous rappelions que l'Aristotélicité ne se limite point à Aristote.
En somme, nous aborderons de fond en comble le sujet passionnant qu'est
le deuxième prophète -et non le second. En somme Christos : sa vie, ses
apports, son oeuvre. Nous commencerons par sa vie.

[Il s'humecta l'index et tourna consciencieusement la page de son
carnet, afin de tomber sur le petit texte vulgarisé qu'il avait préparé
en synthèse.]

Christos, fils de Giosep et de Maria, est né sous le nom de Jeshua. Il
est l'enfant d'une famille de vagabonds certes désargentés, mais vivant
néanmoins dans la vertu et éloignés de toute luxure, car Giosep, depuis
la Terre Sainte, ne connaissait vraisemblablement pas la beauté des
femmes occitanes, leurs beaux seins ronds, pleins et voluptueux, leur
croupe galbée de jument impétueuse, leurs longs crins noir et épais,
leur peau cuivrée d'un soleil gén ... Enfin bref. La Judée, c'est pas
vraiment le Quercy.

C'est toutefois dans ce contexte-ci … hem hem … que Jeshua vit le jour à
Bethléem, en Judée donc, au milieu d'une étable délabrée, où les
habitants apportèrent de quoi améliorer l'ordinaire et rénover la
bâtisse, tant la grâce de l'enfant les avait touchés -et non pas
l'inverse, pour ceux que je vois ricaner au fond. Avant même sa
naissance, alors que ses parents n'étaient pas encore en ménage, Dieu
avait annoncé à Maria qu'elle portait en ses entrailles Son deuxième
prophète, celui qui répandrai Sa parole de Dieu en chaque endroit de la
terre et sauverai le peuple de ses péchés en lui enseignant la
conscience religieuse que n'avait pas pu transmettre Aristote.

Seulement, chers amis, un jour -car rien n'est jamais idyllique dans
l'Histoire- Maria se prit de querelle avec Elitobias, qui était la
favorite du roi de Judée Mistral IV et commit irréparable un péché
d'orgueil en lui révélant le secret de la naissance de Jeshua, et des
conséquences qu'elle aurait sur le monde. Alors, prévenue d'un danger au
milieu de ses songes par le même envoyé de Dieu qui lui avait annoncé
la destinée de son fils, elle embarqua pour Chypre avec Giosep et son
enfant, afin d'échapper au massacre de tous les nouveaux nés qui allait
être ordonné par le roi, ce dernier craignant pour la sauvegarde de son
trône. Ainsi, ils ne rentrèrent en Judée qu'à la mort de ce dernier -du
Roy évidemment, pas du trône- et s'installèrent à Nazareth où dès lors,
l'enfant prit le nom de Christos afin de n'être reconnu.

Parvenu à l'âge d'homme, il quitta ses parents pour parcourir le monde
et se mit à prêcher. Il repoussa toutes les tentations que le Sans Nom
voulut lui soumettre dans le Désert et fut bientôt accompagné par douze
fidèles disciples auxquels il demanda d'abandonner leurs biens matériels
pour le suivre dans sa quête de propagation de la foy. Sa sagesse et
les miracles qu’il accomplit sur son chemin attirèrent à lui nombre de
gens vertueux qui se convertirent.

Parvenu à Jérusalem, il révéla enfin au peuple soumis à l'autorité
Romaine qu’il était le nouveau prophète élu par Dieu pour porter son
message. Hélas, trahi par Daju, un de ses plus fidèles disciples, et
accusé d’être un fauteur de trouble dans la cité, il fut traduit devant
le procurateur romain, Pierre Ponce, qui, excédé par l'insoumission de
l'homme, le condamna à la crucifixion, peine classique des agitateurs
menaçant la stabilité du pouvoir. On conduisit alors Christos sur le
lieu du supplice en le faisant porter une couronne d'épines, chemin sur
lequel il fut insulté, frappé, fouetté, puis cloué à une croix où il
agonisa des heures durant avant d'enfin rendre l’âme. Alors les nuages
noirs qui s'étaient amoncelés dans les cieux se fendirent en laissant
passer une lumière aveuglante. L'orage éclata, et les éléments se
déchaînèrent, faisant fuir les romains des alentours. Une nuée d'anges
descendirent alors des cieux pour emporter le corps de Christos auprès
du Très-Haut, puisque sur terre, il avait accompli la mission pour
laquelle il avait été mandaté.

Ainsi s'achève la vie tumultueuse de Christos, en martyr de la foy. Un
martyr nous ayant laissé de nombreux apports en héritage. Apports que
nous allons désormais étudier avec plus de densité, si toutefois vous
n'aviez jusque là aucune question à formuler.
C'est bien simple... -= Rien compris O_o =-


La même chose se retrouve en halle de Montbrisson
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A-t-il le droit de faire cela?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60   Mar 17 Avr - 12:04

Je serai là sous peu. Je vais m'en occuper. Merci d'avoir relayé l'information mon fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ventadour

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60   Ven 20 Avr - 8:58

Second prêche huguenot de Sancte le 19 avril RP et IG (je suis allé hors de la ville pour vérifier)

Sancte a écrit:
« Il y a dans notre France sur les problèmes vitaux,
Une inertie de la pensée, une somnolence de l'esprit,
Qui nous exposent à toutes les surprises.
Jusqu'au jour où se produisent ces lumineux réveils,
Qui viennent heureusement,
Quoique à de trop longs intervalles,
Sauver notre pays. » Jean Jaurès



Tels étaient-ils en pays d'Auvergne, loin du confort matériel que leur offrait la cité mère et donc dépossédés de tout, ces braves huguenots qui allaient au bord de la Loire sur la haquenée des cordeliers. Oui, ils avaient peu. Et ne disposaient en réponse à leur faim que d'une fade purée de pois. Soit bien peu de choses. Aucun d'entre eux encore n'était tout impliqué encore dans la légende que Iohannes désirait inscrire pour leur ordre. Car c'était de ces légendes qui ne pouvait s'écrire que dans la nuit.

Après un court silence, la voix grave et apaisante reprit son cours.


Je prêche désormais les apports du deuxième prophète. Que ceux qui savent, renforcent leur savoir, que ceux qui ignorent, écoutent.




II - Christos: la conscience religieuse.



- Pour Aristote, le premier prophète, nous le savons, la sagesse d'un Homme, si elle était avérée, ne pouvait se dissocier de son investissement dans la Cité. Faute de quoi, celle-ci était au mieux inutile, au pire illusoire. C'est avec Christos, qu'enfin, la méditation intérieure et la contemplation du monde ont été perçues comme des bienfaits, des passerelles permettant d'ouvrir le cœur du croyant à l'Amour de Dieu et de son prochain.

« N’oubliez pas que chaque homme a aussi une individualité, que chaque homme dispose de son propre rapport avec Dieu et avec la nature. Aussi, pour ne pas oublier cela, et pour trouver en soi les ressources nécessaires à la réflexion, il plaît à Dieu que vous puissiez vous retirer de temps en temps, au-delà de la ville, afin de vous retrouver en vous même, dans la prière et le calme, la quiétude et la concentration de votre esprit. Les retraites sont alors un moyen pour vous de prendre du recul par rapport à la cité, et ce pour mieux la contempler, et mieux l’apprécier. » [VdC.IV]


- Christos, prêcheur de l'Amour Divin, est un digne descendant d'Oane. Son existence entière sera vouée à la promotion de la vertu, des sentiments de justice, et de tempérance, qui doivent animer la conscience de chaque Aristotélicien face aux innombrables tentations du péché.

« Ceux qui cèdent trop vite aux tentations des péchés, ceux qui ne connaissent pas la vertu, ceux-là finiront dans la souffrance et la solitude de l’enfer.
Ceux qui cèdent à la voix mielleuse du péché, qui sont séduits par son discours, ceux-là iront l’accompagner dans les ténèbres.
Ceux qui, enfin, se passent de l’amour de Dieu et des Hommes, qui se réfugient dans leur seul égoïsme, ceux là termineront dans l’abîme. »
[VdC.VIII]


- Christos inculqua sans relâche à ses fidèles les vertus de l'austérité face à la jouissance effrénée et l'étalement indécent des richesses matérielles, sensées éloigner de Dieu et de l'amour dû à son prochain.

« Si vous choisissez de vous dédier à guider les autres sur la voie de l’Église, il faut alors que vous soyez prêts à lui donner priorité. Alors prenez de la distance par rapport à vos biens, à votre travail, à vos outils, dites au revoir à votre famille. Préférez la simplicité et l'instruction aux riches ornements et aux beaux atours. Car notre tâche nécessitera de sacrifier le bien personnel au bien collectif, mais en échange vous serez sacrés parmi les enfants de Dieu. » [VdC.VIII]


- Christos, plaçant l'Homme au centre de ses préoccupation, l'invita toujours à faire preuve de coopération et de solidarité, instituant l'idée que la bonté est dans l'unité ; le malheur, dans la division.

« Ce plat que tu prépares, ces aliments que tu mêles et que tu mélanges sont à l’image des peuples. Car ceux-ci doivent se mêler pour s’entendre et dégager ce parfum de bonheur. » [VdC.III]
« Que votre solidarité ne connaisse pas de frontières ! Souvenez vous, mes amis, qu'Aristote vivait dans un pays d'une culture peu tolérante pour les autres peuples. Aujourd'hui, vous devez savoir que toutes les nations ont droit au respect et leur peuple à la liberté et à notre amitié. » [VdC.IX]


- Christos fut également l'ardent défenseur de l'égalité des sexes. Non ... Pas en taille, non, ce serait trop simple. Forcément. Mais entre l'homme et la femme. Évidemment.

« De même, la solidarité et l'amitié ne sauraient être restreintes par une frontière des sexes. Car les hommes comme les femmes sont les enfants de Dieu et en cela, ils sont égaux. » [VdC.IX]


- Christos se démarque clairement de d'Aristote en combattant farouchement l'existence de la condition d'esclave et l'exploitation des plus démunis n'ayant pour subsister que la force de leurs bras.

« Oui, je le sais. Votre Empire vit tel une roue à aube. Chaque mécanisme a la place qui lui convient de part sa naissance, et accomplit régulièrement la tâche pour laquelle il a été créé. Et vous profitez de cela en asservissant les peuples, et les forçant à travailler pour des salaires indécents. Or, voilà que moi, qui apporte la vérité, je gène, c’est classique… Je connais un gars qui dit ça très bien, d’ailleurs : Le premier qui dit la vérité, il se fera assassiner ! » [VdC.XV]


- Christos invite les croyants à confesser leurs péchés devant Dieu.

« Pécheur, je te le dis, tu viens de faire la première chose que les fidèles devront faire ; se montrer humble et confesser leurs pêchés. Ainsi, si ton repentir est sincère, Dieu te pardonnera. » [VdC.XII]


- Christos, bien conscients de la faiblesse des Hommes, dénonça l'irresponsabilité des guides qui fourvoyaient avec eux leur auditoire, ou qui délaissaient les croyants en les laissant désœuvrés et sans guides pour se livrer au confort de la paresse, de la gourmandise, et de l'acédie. Car c'est au travers de leur manque d'exemplarité que se posent pierre par pierre les hideux édifices du paganisme, et pis encore, de l'athéisme, et de la négation de Dieu.

« Je fais de vous les guides des fidèles de Dieu. Soyez des modèles pour ceux qui vous écoutent, car un mauvais guide trace une mauvaise route à ceux qui le suivent. Je vous nomme episkopoi (Gardiens). Vous aurez à charge l'instruction et l'édification spirituelle de vos prochains. » [VdC.XI]



[hrp]Prêche IG disponible en cliquant sur "Hors de la Ville"[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prêche huguelot à Montbrisson 17/04/60
» [RP] Entre Lyon et Montbrisson : Sainte-Foy
» [RP] Entre Lyon et Montbrisson : à 20 lieues de Lyon
» [20 décembre 1457] Cérémonie pour Caddarik
» Paroisse de Montbrisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province Ecclésiastique de Lyon :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Catacombes :: Archives des Archevêques de Lyon :: Archives de Son Eminence Yut-
Sauter vers: