Forum annexe officieux du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesRomeConnexion

Partagez | 
 

 [Séminaire primaire] Scolopius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 8 Juin - 22:56

1/ Lors de notre mort, Dieu établira un jugement sur la qualité de notre vie, statuera sur les péchés que nous avons commis, le degré de vertu durant notre vie terrestre, nos pensées et nos actions.

2/ Notre corps reste dans la terre pour la nourrir. Quant à l'âme, elle sera jugée ensuite envoyée soit aux Enfers ou au Paradis.

3/ Le baptême sert à entrer dans la communauté d'Aristote et à nous laver de nos péchés.

4/ Si l'on suit la Créature sans Nom alors nous risquons la damnation éternelle sur la Lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 8 Juin - 23:03

À la seconde question, petite précision, on ne parle pas d'Enfers au pluriel; il n'y a qu'un enfer, l'Enfer Lunaire.

Pour la troisième question, il aurait été bien de préciser plus en poussant un peu plus loin la réponse. En entrant dans la communauté Aristotélicienne, ce baptême certes le lavement des péchés, mais qu'est-ce que cela implique? La possibilité de pouvoir accéder au Paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 8 Juin - 23:03

Christos


Ce cours va vous enseigner le subtil statut de Christos, à mi-chemin entre Dieu et homme.



Chapitre premier: La nature de Christos

Dans son infinité bonté Dieu tout puissant n'a pas voulu que l'homme resta abandonné à lui même...
Aristote, le grand prophète qui eu accès à la révélation divine, avait prédit qu’un homme élu de dieu incarnerait l’amitié vertueuse en vouant sa vie aux autres. « Aimez-vous les uns les autres » allait être sa devise.
En effet, jusqu'à l'arrivée de ce messie, les règles de la "solidarité" seront internes à l'ethnie; au-delà de l'ethnie se trouvent des populations à exploiter.
Cet homme élu de dieu arrivera dans une période de débâcle, manifestera la volonté d'aller "enseigner toutes les nations" et il aura contre lui ceux qui refusent cette vision et il comploteront contre lui jusqu'à vouloir le tuer. L’élu aura le choix entre « rentrer dans les rangs » ou se sacrifier pour montrer à dieu que l’homme peut atteindre l’amitié parfaite, vertueuse et unitive jusqu'à se sacrifier pour les autres sans rien attendre en retour.

Chapitre deuxième: les titres de Christos

Il est messie, guide et miroir de la divinité.

Chapitre troisième: le Salut

C'est ainsi que Christos est venu parmi nous, mais la haine qui obscurcit les esprits aveugla les hommes, et rejetant le message d'amour ils le crucifièrent comme on égorge un agneau sans défense. Lui, aimant jusqu'a la fin, Homme parfait pur de tout péché accepta ce sort avec humilité, afin de réparer par son sacrifice volontaire les péchés de tous les hommes passés, présents et futurs et pour établir à jamais l'amitié entre les hommes et avec Dieu.
C'est donc par ce sacrifice que Christos apporta le salut aux hommes, afin qu'ils puissent être sauvés en accomplissant les oeuvres de Dieu, c'est à dire:
L'adhésion à l'Eglise Aristotélicienne qu'il a fondé, la Foi en l'enseignement d'Aristote, et l'union, l'obéissance et l'imitation de Christos, qui est venu sur terre pour donner force et majesté aux enseignements de Dieu consignés dans les livres de la Révélation.


Questions
  1. Qu'incarne Christos ?
  2. Quels sont les titres donnés à Christos ?
  3. Qu'a permis le sacrifice de Christos ?
  4. Que doivent faire les hommes pour être sauvés ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 8 Juin - 23:55

1/ Christos incarne l'Amour Divin, la raison de notre vie sur terre, l'Amitié vertueuse, l'union, l'humilité, la miséricorde, l'agneau immolé enfin le don de soi.

2/ Les titres donnés à Christos sont : messie, guide et miroir de la divinité.

3/ Le sacrifice de Christos a permis le rachat des péchés du monde pour que nous puissions obtenir le salut, le Paradis Solaire.

4/ Pour être sauvés, les hommes doivent avoir la foi, prendre le baptême donc l'adhésion à l'Eglise Aristotélicienne, suivre l'enseignement d'Aristote et le chemin que nous a montré Christos vers le salut, mener une vie vertueuse et surtout imiter Christos dans son sacrifice : le don de soi. Pour finir, croire en Christos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Lun 9 Juin - 0:31

L'agneau immolé? Quel étrange réponse que cela, je ne l'avais jamais vu ainsi.

Esquisse un sourire.

Sinon, à la question quatre, plus que croire en Christos, il serait peut-être plus judicieux de parler de croire en le message de Christos. Croire en son existence, ou en son état, n'est pas grand chose, si on fait fi de son message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Lun 9 Juin - 0:32

Résumé :

Suite à un songe dans lequel elle vit Aristote, Maria se retrouva enceinte de Jeshua. Mais le fait que Jeshua soit le prochain Messie arriva aux oreilles du roi de Judée qui envoya ses hommes pour le tuer. Maria et Giosep s'enfuirent en Chypre et échappèrent au massacre. Là, afin de protéger leur enfant, ils lui donnèrent le nom de Christos. A la mort du roi de Judée ils revinrent à Nazareth. Christos y passa une enfance tranquille, élevé dans les preceptes d'Aristote dans lesquels il excellait.
A l'age adulte, il partit sur les routes. Sur son chemin il convainquit bon nombre de personnes de suivre les préceptes d'Aristote. Mais, à un moment, il éprouva le besoin de se retrouver seul. Sa retraite spirituelle dura 40 jours, qu'il passa dans le désert tenté par la Créature Sans Nom à chacun de ses pas. Il sortit de retraite lorsque cette dernière se rendit compte que ses tentations étaient vaines.
Après sa retraite, Christos retourna en ville et démontra aux villageois que même les prêtres étaient tombés dans le vice. En se soulevant contre des païens voulant sacrifier un mouton, Christos trouva 12 hommes qui voulaient le défendre et qui devinrent ses apôtres.
Christos et ses compagnons répandaient la bonne nouvelle de village en village. Il fit des miracles comme faire boire un vagabond dans ses mains, l'eau apparaissant lorsqu'il formait une coupe. Ils se dirigèrent vers Jérusalem. Lorsqu'ils y arrivèrent, Christos s'installa au milieu du marché bruyant et, parlant d'une voix calme et sans crier, il réussit à faire le silence autour de lui pour que tout le monde l'écoute. Tous venaient l'écouter, si bien que la ville se retrouva bloquée. Il leur expliqua que ce qui manquait à cette ville c'était l'humanité et qu'il fallait que les gens apprennent à reformer une communauté soudée.
Lorsque la foule se fut dissipée, les gardes romains arrivèrent. Ils étaient venus l'arrêter pour avoir troubler l'ordre public. Mais, à la surprise générale un centurion romain s'agenouilla devant lui pour lui demander de faire partie de la communauté des personnes qui le suivent. Alors, Christos mouilla le visage du centurion de l'eau de la fontaine en l'absolvant de ses péchés. Puis, il fit de même à ses apôtres.
Au lendemain de cette journée, l'un des apôtres, Daju quitta la table, furieux, corrompu par la Créature Sans Nom. Plutard, il revint accompagné des gardes qui venaient arrêter Christos pour complot.
Dans un premier temps, Pierre Ponce condamna Christos au bannissement. Mais, ce dernier répliqua que dans n'importe quelle ville il ferait la même chose qu'ici ; ce qui conduisit Pierre Ponce à le condamner à être supplicié puis crucifié. Durant tout son supplice il ne poussa pas un cri. Il pria tout au long de cette journée horrible. Il mourut au soir, et fut emporté par les anges.

Extrait

Voici un passage de la vie de Christos, il s’agit du chapitre 8 de sa vita.

Ah, mes enfants, ce que nous dit alors Christos nous illumina ! Ses mots sont restés gravés dans ma mémoire.

" Mes amis, nous dit-il, ne vous méprenez pas ! Ceux qui ne vivent pas dans l’amitié que nous a enseigné Aristote, ceux-là brûleront dans les mille flammes de la géhenne.

Ceux qui cèdent trop vites aux tentations des péchés, ceux qui ne connaissent pas la vertu, ceux-là finiront dans la souffrance et la solitude de l’enfer.
Ceux qui cèdent à la voix mielleuse du péché, qui sont séduits par son discours, ceux-là iront l’accompagner dans les ténèbres.
Ceux qui, enfin, se passent de l’amour de Dieu et des Hommes, qui se réfugient dans leur seul égoïsme, ceux là termineront dans l’abime infernale.

Aussi, prenez garde, mes frères, soyez attentifs et vigilants ! Car nul ne le connaît, le jour où les prophéties se réaliseront. Nul ne le connaît, le jour de la fin des temps. "

Nous écoutions attentivement ce qu’il disait, ayant l’intuition que ce jour était décisif pour notre vie future. Et les neuf qui s’étaient interposés restaient bouche bées devant tant de justesse, devant un tel homme.

Christos reprit :

" Vous voulez me rejoindre ? Dans ce cas ayez beaucoup d’amour dans votre cœur et suivez moi, partagez un peu de votre temps et de vos biens le temps que vous pourrez. Par contre si vous choisissez de vous dédier à guider les autres sur la voie de l'Eglise, il faut alors que vous soyez prêt à lui donner priorité. Alors prenez de la distance par rapport à vos biens, à votre travail, à vos outils, dites au revoir à votre famille… Préférez la simplicité et l'instruction aux riches ornements et aux beaux atours. Car notre tâche nécessitera de sacrifier le bien personnel au bien collectif, mais en échange vous serrez sacré parmi les enfants de Dieu. "

Et il dit encore :

" Si votre famille ne vous comprend pas, priez pour elle, car elle n’est pas sensible au message de Dieu.
Si celui qui vous embauche vous en veut, ne lui en voulez pas, et priez pour lui, car il n’est pas sensible au message de Dieu.
Si vos amis vous retiennent, alors entraînez les avec vous, afin qu’ils découvrent aussi le message de Dieu.

La route sera longue et tortueuse, le chemin rugueux, l’horizon lointain, la pente forte, mais le soleil qui brille guidera nos pas. Nous connaîtrons des difficultés, des disputes, des colères, des passions, des hésitations, mais l’amour et l’amitié nous uniront et Dieu nous portera.

Si vous voulez vivre seul, raisonner seul, manger seul, marcher seul, alors rien ne vous en empêche, passez votre chemin et réfugiez vous dans l’amour de vous même.

Mais si quelqu’un vous frappe, et que vous tombez, alors personne ne vous relèvera.

Si vous voulez vivre en groupe, dans l’amour de votre prochain et de la multitude, si vous voulez partager votre pain avec vos amis, marcher avec vos frères, alors venez à moi et suivez moi.

Dans ce cas, si vous tombez sur le chemin, un frère s’arrêtera, et vous relèvera. "

Et nous, ses amis, écoutions et approuvions Christos. Nous étions désormais douze pour le suivre. Les six femmes se nommaient Calandra, Adonia, Hélène, Kyrène, Ophelia et Uriana. Les six hommes se nommaient Daju, Thanos, Paulos, Nikolos, Titus et Samoht, votre serviteur.



Questions :
  1. Que faut-il faire, selon Christos, pour ne pas être condamné et se retrouver en Enfer ?
  2. Qu'exige Christos à ceux qui souhaitent se joindre à lui et servir l'Eglise ?
  3. Le service de l'Église est-il une sinécure ?
  4. Quel est l'avantage de vivre en communauté selon Christos ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 10 Juin - 17:37

1/ Selon Christos, pour ne pas être condamné et se retrouver en Enfer, il ne faut pas céder trop vite à la tentation du péché, devenir vertueux, saisir l'amour de Dieu mais aussi des Hommes et ne pas être égoïste.

2/ Pour suivre Christos, nous devons aimer Dieu, renoncer entièrement à nous-même pour Dieu donc tout abandonner y compris notre famille, même nos biens temporels et réserver notre temps au Très-Haut. Être prêt à guider les Hommes par le biais des enseignements d'Aristote et Christos sur la voie de l'Eglise. J'ajouterais à cela se charger de sa croix, la croix du croyant est la croix de Christos, celle-là même à laquelle il a été crucifié, il faut tout abandonner et le suivre malgré la souffrance jusqu'à la mort.  

3/ Non, car nous devrons traverser des moments difficiles durant notre ministère baptismal ou sacerdotal, le chemin sera semé d'embûches par les disputes, les colères, les passions et les hésitations. Cependant le Tout-Puissant reste notre force.

4/ L'avantage de vivre en communauté selon Christos :  l'union, la fraternité est une plus grande force, si l'on reste seul alors la difficulté sera plus grande pour affronter les païens. En marchant ensemble dans l'unité, nous propagerons mieux les préceptes d'Aristote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Jeu 12 Juin - 8:05

À la première question, il n'est pas question de ''trop vite''. Il faut simplement l'éviter; vivre dans la vertu au final. Le reste est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Jeu 12 Juin - 8:06

Aristote


Ce cours va vous enseigner la vie et le message du premier prophète, celui qui a donné son nom à notre religion : Aristote.


La vita d'Aristote compose la seconde partie du livre des vertus avec la vita de Christos. Elle n'est pour le moment composée de trois livres :


  • Livre I : Dialogues :arrow:Treize chapitres
  • Livre II : Panégyrique :arrow:Quatre chapitres
  • Livre III : Le siège d'Aornos :arrow:Quatre chapitres


Résumé :

Aristote naquit un jour, en Grèce où tous étaient réunis sur l'agora afin de savoir de quel Dieu la comète que les astrologues avaient repérée était le signe. Son père s'étant rendu sur la place, lorsqu'il revint, sa femme avait mis le jour à un enfant. Le père présenta son fils aux puissances célestes, dont il demanda la bénédiction.
Un jour, le jeune Aristote, à peine âgé de cinq ans, se rendit au temple d'Apollon, mais une force l'immobilisa, un éclair vint frapper le temple et une voix résonna dans la tête de l'enfant : "Voilà ce que ma puissance réserve aux idoles qui se font honorer comme des dieux. Cherche le Dieu unique, cherche la Vérité et la Beauté, car un jour viendra celui qui restaurera tout". Et l'enfant, bouleversé, s'écroula sur le sol. Ce fut la première apparition de Dieu au prophète.
Plus tard, alors que le roi de Macédoine est mourant, toute la population prie les faux Dieux, et Aristote découvrit à ce moment là qu'il y a une vie après la mort matérielle, il découvre enfin qu'il est inutile de prier plusieurs dieux, et qu'un seul Dieu était suffisant, il fut envoyé ensuite à Athènes, afin d'y rencontrer Platon. Chez Aristote, l'art du syllogisme est inné, ce qui facilita l'apprentissage avec Platon., car tout ce que le maître disait, l'élève l'intégrait.
Puis Aristote quitta son maître, et alla fonder sa propre école, où il éclaira de son savoir les élèves. Il découvrit ensuite que les astres étaient de nature céleste. Pour Aristote, après un rêve d'une cité merveilleuse, décida de partir à la recherche de cette cité, il rejoignit Alexandre, qui écouta le conseil du philosophe et partit à la recherche de la Cité mythique d'Oanylone. Grâce, toujours aux conseils d'Aristote, Alexandre et son armée remportèrent une bataille contre un général perse.
Continuant la campagne, l'armée finit par manquer de vivres, d'eau, et les soldats étaient pris de mal, quand enfin on aperçut une cité, l'état de siège fut déclaré mais une délégation venant de la cité leur demanda d'attendre, leur Manitou avait prophétisé la venue d'Aristote, et voulait qu'il visite la ville. Ce que le prophète fit en disant : La curiosité n'est pas un si mauvais défaut.

Aristote visita donc la cité, divisée en plusieurs parties : La partie A, où habitaient les reclus de la société, la partie B, où habitaient les cultivateurs, la partie C, où habitaient les citoyens soldats, et enfin la partie D, où habitaient les plus riches. Le philosophe fut affligé de ce découpage, les écarts entre les classes étaient pour lui trop importants.

Extrait

Voici un passage de la vie d'Aristote, il raconte la visite d'Aristote d'une ville nommée Aornos.

Le temple du manitou du serpent cosmique était un édifice imposant, dont l’architecture ne tolérait aucune fioriture. Le décorum était d’une simplicité extrême, et se limitait à quelques bas reliefs représentant des épisodes de la vie du serpent cosmique, divinité Assacène. Seul le dôme du temple tranchait avec l’austérité de l’ensemble, chargé qu’il était de pierres précieuses, et tapissé de feuilles d’or. Nous pénétrâmes dans la bâtisse, emboîtant le pas de notre guide, qui nous conduisit à une sorte de guichet, tenu par ce qui semblait être des moines. Ceux-ci nous interrogèrent sur nos identités, nos adresses, nos situations familiales, nos revenus, nos filiations, et plusieurs heures plus tard, nous fûmes enfin autorisés à rencontrer le manitou.
Le manitou du serpent cosmique était un personnage singulier. Nous nous attendions à rencontrer un souverain, splendide dans sa majesté, mais c’est un homme dépourvu de charisme qui nous faisait face. Le manitou était petit, maigre, d’un age plutôt avancé, et portait une ridicule petite moustache. Il nous accueillit froidement en ces termes : « Les étrangers ne sont d’habitude pas bienvenus ici, mais pour vous nous faisons une exception, puisque vous êtes acteurs de la prophétie ». Je brûlais de lui poser la question, mais c’est Aristote qui le fit avant moi : « Mais de quelle prophétie parlez-vous donc ? ». Le manitou lui répondit qu’il avait vu en rêve qu’Aornos serait détruite par des armées venues d’occident, mais qu’un philosophe du nom d’Aristote devait d’abord visiter la cité pour en perpétuer la mémoire dans ses écrits. Aristote affirma que jamais il n’userait de son précieux temps pour écrire deux lignes sur Aornos, « plutôt crever, ou mieux, qu’Aornos sombre dans un total oubli ». Le manitou fut atterré par les paroles du philosophe : « Ah, non, non, non ! Ca non, nous ne pouvons pas être oubliés, enfin ! Nous sommes l’idéal politique ». Aristote pouffa : « Pouah ! Vous plaisantez ? Un idéal, une vaste blague oui : je ne vois ici que péché.
Je ne vois que luxure des hordes d’égarés vautrés dans les abus obscènes des choses de la chair, qui conduisent à l’irrémédiable contamination de l’âme, devenant alors comme un noir paysage peuplé de phantasmes où les corps se mêlent dans des positions indicibles. Ces damnés vont et viennent dans un sinistre ballet, en quête de nouvelles expériences sordides, pour calmer leur appétit féroce qui ne fait qu’aller grandissant. Plus rien n’a d’importance, sinon la satisfaction de leurs bas penchants, et bientôt, les obsessions deviennent si fortes qu’ils sombrent lentement dans une folie noire.
Je ne vois que colère, que des pauvres bougres qui s’abandonnent à leurs penchants primitifs pour lever la voix ou le gourdin contre leurs frères, que des sinistres maraudeurs qui jouissent de la violence de leurs actes malfaisants. Ceux-là, bientôt poussés par leurs pulsions bestiales, ou leurs tendances à la perversité, se repaissent de chair humaine et boivent le sang de leurs victimes, avant de semer la mort, puis de s’oublier à jamais dans une orgie de viscères et d’humeurs répandues.
Je ne vois qu’avarice de ceux qui prétendent commander mais qui ne font qu’exploiter, méprisant des intérêts les plus fondamentaux de leurs sujets, de ceux qui se complaisent dans leur petit confort, méconnaissant des besoins vitaux de leurs frères laborieux, et qui refusent une miche de pain aux bouches affamées. Ceux-là, en vérité, font preuve d’un tel égoïsme, que toute leur substance converge vers un même point central de leur organisme, et qu’ils deviennent ainsi tout rabougris, bossus, et tordus par l’œuvre du temps.
Je ne vois que gourmandise, et extraordinaire opulence des citoyens, qui sont gras d’abuser des choses de la table, rosés de boire trop de vin, et nonchalants de leurs excès de sommeil. Ceux-là verront bientôt leurs langues couvertes de pustules immondes, et gonfleront comme des baudruches, pour ensuite éclater tels des fruits murs dispersant ainsi leurs pauvres chairs aux quatre vents.
Je ne vois qu’orgueil et fatuité des citoyens, qui se réjouissent de la contemplation de leur propre image, et qui se persuadent de vivre dans la perfection physique, morale et politique. Ceux-là deviendront les plus laids, les plus difformes d’entre tous à mesure qu’ils vieilliront ; ils finiront fous de désespoir d’être rendus à l'état de monstruosités rampantes, larves visqueuses qui n’ont plus rien d’humain.
Je ne vois qu’envie des uns pour les choses des autres, ceux d’en bas voulant posséder autant que ceux d’en haut, tels se pourléchant de ce qu’ils pourraient encore tirer de leur prochain, et la chrématistique se faisant l’instrument de ce système pernicieux. Ceux-là aiment trop posséder et posséder autrui, et à se croire trop libres de désirer, ils en deviennent esclaves de leurs désirs, soumis aux moindres aléas de la fortune : leur vie devient un enfer, une quête effrénée et impossible d’un nombre toujours plus grand de choses terrestres.
Et enfin, je ne vois qu’acédie, le pire de tous les vices, s’il en est un, car voilà des citoyens qui au nom d’une obscure prophétie se laissent aller à la contemplation absurde de ce qu’il croient être leur destinée, à savoir disparaître sous les coups du glaive d’Alexandre, des citoyens qui au lieu d’agir, regardent béatement et passivement, des citoyens qui ignorent que l’action est le produit de l’héroïsme, le plus noble véhicule des vertus. Ceux-là, en vérité, ne méritent plus le nom de citoyens, et donc ne méritent plus le nom d’homme, ils sont des légumes ! »
Et Aristote se tût. Le manitou fit des yeux ronds, quant à moi je ne savais que dire après une telle tirade. Le temps fut suspendu, puis le souverain eut soudain une réaction violente. Aristote et moi fûmes expulsés d’Aornos, après avoir été copieusement insultés par le petit roi, qui entrait dans une colère hystérique.

Voici un autre passage, où Aristote parle de l'importance de la sociabilité :

Aristote cheminait en Attique alors qu'il avait rendu visite à un lointain parent vivant à Thèbes. Il était seul, ayant laissé la responsabilité de son école à ses meilleurs élèves. Mais à une bifurcation, il se trompa de chemin et au lieu de redescendre vers la plaine et la ville, il s'engagea dans les collines. Au bout de deux heures de marches, il se rendit compte de son erreur et avisa une habitation isolée. Il décida d'y aller demander conseil sur la route à suivre.
Au fur et à mesure qu'il s'approchait, il se rendit compte que ce qui de loin passait pour une maison n'était une mauvaise cabane adossée aux rochers, masquant grossièrement l'entrée d'une grotte.
Il frappa à la porte et héla, on vint lui ouvrir. L'homme, âgé, était à peine vêtu, et seulement de haillons. Il était maigre et hirsute.
Aristote : "Bonjour, vieil homme. Je me suis perdu et cherche le chemin de Mégare."
Ermite : "C'est si tu y vas, que tu seras perdu."
Aristote : "Je n'ai point souvenir que la ville ou les routes alentours soient à ce point peuplées de brigands."
Ermite : "Qui donc te parle de brigands. Elles sont peuplées d'humains. C'est déjà bien assez dangereux. "
Aristote comprit alors qu'il avait affaire à un ermite.
Aristote : "Dis-moi, es-tu heureux ?"
Ermite : "Si je suis heureux ? Et comment ! J'ai tout ce qu'il me faut : l'eau de la rivière, des oliviers, un petit jardin. Et comme je ne suis pas maladroit de mes mains, je fabrique ce dont j'ai besoin. Je n'ai besoin de rien, ni de personne. Je suis parfaitement heureux."
Aristote : "Un homme ne peut pas se contenter d'une telle vie. Ou alors il n'est pas pleinement humain."
Ermite : "Balivernes ! Je suis le meilleur des hommes."
Aristote : "Comment le saurais-tu, toi qui ne connais pas les autres ? Etre un humain, c'est vivre selon la vertu. Et la vertu est une pratique qu'on ne peut exprimer qu'avec les autres. Tu vis bien certes, mais tu ne pratiques aucune vertu puisqu'il n'y a personne avec qui tu puisses la pratiquer. Tu vis comme un ours, indépendant. Mais a-t-on vu un ours faire preuve de vertu ? Tu n'es pas un homme heureux puisque tu n'es même pas un humain. Un humain a des amis, où sont les tiens ?"
Ermite : "Mes amis sont la nature, mes oliviers, mes légumes."
Aristote : "Une véritable amitié se fait entre égaux. Tu es donc l'égal d'un olivier : planté et immobile. Tu survis en marge de la Cité au lieu d'y participer comme le fait tout véritable humain. Je vais donc te laisser prendre racine, adieu !"
Et Aristote reprit sa route, descendant vers Mégare.


Travail :

  1. Pour Aristote, de quel péchés se rendent coupables les plus riches? (Texte 2)
  2. Pourquoi Aristote ne veut pas écrire sur cette cité? (Texte 2)
  3. Quand Dieu apparût pour la première fois à Aristote? (Texte 1)
  4. Pourquoi l'ermite pense-t-il être heureux? (Texte 3)
  5. Pourquoi l'ermite n'est pas un homme de vertu d'après Aristote? (Texte 3)

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 15 Juin - 17:48

1) l'avarice, puisqu'ils ont tendance à vouloir accumuler toujours d'avantage de richesses par divers moyens. Également la gourmandise, parce que les moyens financiers dont ils disposent leur donnent la possibilité de consommer bien plus que ce qui est nécessaire. L'orgueuil, puisqu'ils se complaisent de leur situation. L'Acédie, puisqu'ils ont accepté de se faire battre par Alexandre sans se défendre.

2) Il juge qu'elle est indigne d'être retenue par l'histoire, tant la perversion qui est sienne s'apparente au message du Sans-Nom; la domination du fort sur le faible.

3) Dieu apparaît à Aristote dans le temple à 5 ans.

4) Il n'a aucune contrainte, il se juge libre par son isolement.

5) Il ne peut pas être un homme de vertu, parce que la vertu s'exerce impérativement en communauté. Il ne pense d'ailleurs qu'à lui-même en s'affirmant par orgueuil comme étant le meilleur des hommes, alors qu'il ne peut l'être, parce qu'il ne vit pas avec les hommes. Il est isolé de tout, et également de la vertu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 17 Juin - 1:26

C'est très bien. À la question trois cependant, j'aurais aimé que vous développiez plus sur le sujet. C'est justement cette apparence de liberté qu'il associe au bonheur, mais qui n'en est aucunement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 17 Juin - 1:29

La messe

Ce cours va vous apprendre à célébrer la messe. La messe n’est pas un sacrement à proprement parler, car en général vous officiez seul(e). Il est cependant très important de saisir le concept de la messe, car nous nous en resservirons tout au long du cursus sur la liturgie.


I) La forme :

Ecrire des messes trop longues ne sert à rien. C’est joli, ça fait plaisir à soi même, mais personne ne les lit! Il faut faire des messes courtes et accessibles. Ce n ‘est pas une raison pour ne pas citer le livre des vertus pour autant! Un extrait court, bien commenté et faisant écho à la situation du moment est le bienvenu.

II) Déroulement de la messe :

1°) Accueil des fidèles.

2°) Prière de demande du pardon :
Exemple a écrit:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensée, en parole, en action.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.

3°) Invitation à la confession au confessionnal

4°) Profession de la Foy en récitant le credo.
Exemple


5°) Lecture du livre des vertus
Il s'agit ici de lire un passage du livre des Vertus. Le passage choisi doit être en rapport avec le sermon. Il est donc nécessaire d'avoir lu au moins une fois le livre des Vertus afin de pouvoir retrouver un passage qui pourrait accompagner le Sermon.

6°) Sermon
Le sermon ou homélie est un discours prononcé par le prêtre lors de la messe. Il a lieu juste après la lecture du livre des Vertus. L'homélie a pour objectif d'expliquer et de commenter le texte lu, mais également d'établir d'éventuels rapprochements avec l'actualité du village ou duché.

7°) Communion
Exemple a écrit:
Amies, Amis, communions ensemble :
Code:
[img]http://www.image-dream.com/membre/up/anonym/5e63e912a859d03c2731d14ac4b1a2b0.gif[/img]

8°) l’Envoi :
Information diverses sur la vie de la paroisse ou courte intention de prière.

ATTENTION : Il s’agit ici d’un exemple. Le prêtre peut, bien entendu, utiliser d’autres formulations et d’autres illustrations.


III) Travail à faire :

Vous ferez une messe en suivant le déroulement ci dessus tout en veillant à ce qu’elle ne soit pas trop longue et qu’elle donne envie d’être écoutée.
Le texte lu doit être extrait d'un texte non étudié en cours.

De nombreux exemples de cérémonies sont disponibles à la Biblihomélie, n’hésitez pas à vous en inspirer : http://biblihomelie.bb-fr.com/forum.htm

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mer 25 Juin - 19:02

Très chers frères, soyez les bienvenus dans la maison de Dieu. Que la Paix du Tout-Puissant soit toujours avec vous. Je vous en prie, installez-vous.

Avant d'aller plus loin, confessons que nous sommes pécheurs.


Confiteor a écrit:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensée, en parole, en action.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.

Frères, professons notre Foi en présence de Dieu :

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN


Vita de Christos, Chapitre V a écrit:
Alors, comme Jeshua jeûnait depuis des jours, il avait de plus en plus faim. Il sentait son ventre lui faire mal, et monter en lui l’envie d’ouvrir les dernières provisions qui lui restaient dans son sac en peau de mouton. La créature sans nom, douée d'un charisme exceptionnel lui disait :

" Ouvre ton sac, Christos, fils de Giosep, car tu as faim. Mange donc cette viande et ce pain qui t’attendent… tu pourras toujours te réserver les sauterelles pour plus tard. "

Christos répondit, sans se mettre en colère : " Va t’en, toi, qui veux me perdre dans la gourmandise. Je n’ouvrirai pas mon sac car le monde appartient à ceux qui savent endurer la faim. "

Alors, comme Christos se trouvait au beau milieu du désert, il était fatigué, il avait faim et son corps lui faisait mal. Soudain, en fixant l’horizon devant lui, il eut l’impression de voir une oasis. C’était un petit lac entouré de buissons verts. L’oasis était encore loin mais des cris d’allégresse semblaient s’en échapper. Christos reconnut bientôt des silhouettes féminines, nues, se baignant dans cette pièce d’eau. La voix mielleuse de la créature sans nom lui dit :

" Qu’attends-tu, Christos, fils de Giosep, pour les rejoindre ? Ne les entends-tu pas ? ces belles femmes qui t’appellent ? Elles sont toutes à toi ! et belles, en plus, mazette ! "

Christos répondit, sans se mettre en colère : " Va t’en, toi, esprit du vice, qui veux me perdre dans la luxure. Je ne détournerai point ma route, car aussi vrai que je te le dis, cette oasis et ces femmes vont disparaître de ma vue. "

Et en effet, bientôt, l’image de l’oasis se dissipa, laissant à Christos la vision d’un désert étendu jusqu’à l’horizon et irradié par le soleil.

Alors, comme Jeshua continuait à marcher, sans regarder derrière, il vit soudain devant lui l’image d’une grande ville. Cette cité était magnifique, les tours et les murailles ne cachaient pas sa richesse et les maisons, ornées d’ors et de pierreries, semblaient briller de mille feux. Un dôme dépassait, qui devait être celui du palais du maire. La douce voix de la créature sans nom dit à Christos :

" Vois cette belle ville, et contemple sa richesse ! Si tu voulais, tu pourrais en devenir le maire, avec les talents que tu possèdes. Car en vérité, tu as été capable de jeûner durant toutes ces journées, ainsi que de résister à la fatigue et aux femmes ; ta force de caractère pourrait t’emmener très haut ! "

Alors Christos lui répondit, sans se mettre en colère :
" Va t’en, Esprit malin, qui veux me perdre dans l’orgueil, l’envie et l’avarice. Je résisterai aussi à ces péchés là, car il est petit, celui qui cède à ses pulsions. "

Alors la créature sans nom dit : " Dieu nous a faits ses enfants car nous sommes les plus fortes de ses créatures. Parmi nous, je suis sa préférée, car je suis le plus fort de nous tous. J’ai compris que le fort devait dominer le faible, comme vous les hommes, dominez les vaches, les cochons et les moutons. Dieu nous a donné Sa création pour nous apporter les mille plaisirs du corps et de l’esprit que nous méritons. Y a-t-il un meilleur moyen de Lui rendre hommage autrement qu’en sachant apprécier les plaisirs de Sa création? "

Mais Christos lui rétorqua : "Va-t’en, tentatrice! Ta présence parmi la création est une injure faite à Dieu. Sache que tu n’es pas Sa préférée. Il t’a reléguée dans l’ombre, car tu t’es détournée de Sa lumière. Il ne t’a laissé la parole qu’afin d’éprouver la foi des humains. "

et il ajouta: “Dieu nous a fait ses enfants car nous sommes les seuls à savoir aimer sans rien attendre en retour. Il ne t’a pas donné ce titre, vile créature, car tu n’as pas de cœur, car ton âme est noire comme le jais. Certes, le monde, créé par Dieu, est source de mille plaisirs. Certes, c’est lui rendre hommage que de savoir les apprécier à leur juste valeur. Mais ces plaisirs doivent être dégustés et non dévorés. Seule la vertu, telle que nous l’a enseignée le prophète Aristote nous permet d’apprécier les plaisirs du monde sans tomber dans le vice et le péché.”

Il conclut enfin: “Car le péché est la négation de la perfection divine. L’abandon total aux mille plaisirs s’accompagne du détournement de l’amour de Dieu, alors que le goût simple et mesuré de la création divine ne peut se faire que dans l’amour de son créateur. Alors va t'en!"

Aussitôt, la créature sans nom, qui rampait à ses côtés, disparut, le laissant aux portes du désert. Il avait traversé ce pays de tentations durant quarante jours.

Nous parlerons aujourd'hui de la tentation.
L'épreuve est une leçon de vie. Ce n'est pas, comme on le croit souvent, une punition divine. La lecture de la Vita de Christos dans le Chapitre V  évoque cette leçon de vie, Jeshua est allé dans le désert en quête de jeûner mais il a été tenté entre-temps. Vous devez savoir une chose importante, le jeûne n'est pas forcément une pénitence donnée par le prêtre, il peut être dans le cadre d'une glorification de notre Dieu par le sacrifice en ne s'alimentant point.
Qui n'a jamais pensé ou dit dans son existence:
Mais qu'ai-je fait au Tout-Puissant pour mériter cela ? Nous avons souvent tendance à le réprimer !
Sachez que Dieu ne punit pas!
Nous sommes toujours responsables de nos actes parce que Dieu a fait l'Homme libre. Toutefois, notre nature humaine prend parfois le dessus, nous sommes faibles. Alors il nous faut demander à Dieu son aide, si nous voulons résister à cette tentation !
Ne voyez cela comme étant un châtiment, frères et soeurs !
Il ne s'agit d'un châtiment, mais simplement d'un enseignement apporté au Peuple de Dieu.
Le Très-Haut nous a montré le chemin dans Sa Parole. A nous de la suivre!
Si notre chemin se retrouve parsemé d'embûches, c'est non pour que nous les contournions mais que nous les affrontions avec confiance. Voyez par vous, Christos a expérimenté sa Foi en repoussant de lui-même la Créature Sans Nom : " Va t’en, Esprit malin, qui veux me perdre dans l’orgueil, l’envie et l’avarice. Je résisterai aussi à ces péchés là, car il est petit, celui qui cède à ses pulsions. "
Parce que chacune de ces embûches nous ouvre les yeux et nous fait grandir, tant aux yeux du Père qu'en celui de nos semblables.
En prenant conscience de l'actes qui ont été accomplis, nous sommes capables de nous reprendre. C'est pourquoi l'épreuve doit nous rendre plus courageux et fortifier notre Foy. Non nous la faire perdre.

Amen.


Frères et soeurs, célébrons le mystère de la Foi. Communions tel Christos le fit avec ses apôtres :




Allez dans la Paix de Dieu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mer 25 Juin - 20:11

C'est très bien. Pour le texte, Vous pouvez aussi prendre un extrait plus court, vous savez, c'est parfois plus facile de rejoindre les gens avec quelque chose de plus concis. Et sinon, veuillez à utiliser des images exploitables. Pas trop d'images, mais une image ici et là peut être bien pour dynamiser la cérémonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mer 25 Juin - 20:14

Le baptême

Ce cours va vous apprendre à célébrer le baptême, aussi appelé rite d’entrée dans la communauté aristotélicienne. Vous serez certainement amené à réaliser ce sacrement de très nombreuses fois, et parfois en groupe.


A) Informations

Le baptême est la cérémonie d'entrée dans la communauté aristotélicienne. C'est donc un sacrement très souvent pratiqué. Il est important de souligner l'aspect d'entrée dans la communauté aristotélicienne comme une seconde naissance.
Des baptêmes collectifs peuvent être organisés en cas de beaucoup de demandes. La cérémonie ne change pas pour autant.
Le parrainage est hautement souhaité mais non une obligation, à part pour les reconversions. Toutefois la personne faisant office de parrain ou de marraine doit être baptisée et non sujet à interdictions.

Avant de procéder au baptême, le clerc devra obligatoirement réaliser une préparation au baptême appelée "Pastorale". Il existe une Pastorale Officielle, validée par la Préfecture à l'Enseignement Aristotélicien et la Congrégation du Saint Office, qui devra être privilégiée, cependant, le clerc officiant pourra réaliser sa propre pastorale à la condition de la présenter à la préfecture pour validation.
A l'issue de cette pastorale, le clerc devra s'assurer que le futur baptisé comprend bien les engagements qu'il prend en entrant, par le baptême, dans la grande famille des croyants aristotéliciens. Pour cela, il devra obligatoirement lui faire passer "L'Examen de Préparation au Baptême" que vous trouverez en annexe ci dessous.
Ce n'est qu'une fois que ces formalités, imposées par le droit canon, auront été satisfaites que le baptême pourra être célébré.
En cas de non respect de ces obligations, le baptême sera considéré comme nul et non avenu.

Lien vers l'intégralité du texte du droit canon relatif au baptême[/b]


B) Cérémonie type

1) Accueil des fidèles

2) Confession

3) Récitation du Credo par le parrain ou la marraine

4) Lecture d'un passage du Livre des Vertus en lien avec le baptême par le parrain ou la marraine

5) - Brève description de la religion aristotélicienne (Agrégation à la communauté des croyants, Illumination de l'Ame par la Foi, Début du chemin de purification, Libération de la vision purement matérielle du monde : accession au monde des Idées, Promesse du paradis.
- Arrivée devant le baptistère
- Serment d'allégeance à l'Eglise par le baptisé
- Aspersion d'eau accompagné des paroles : "Je te baptise au nom de l’Eglise Aristotélicienne et au nom du Très Haut, pour l’amitié de tous les Saint et pour l’amour du Père de l’humanité"
- Le baptisé reçoit un cierge et le célébrant le renvoie par une exhortation à porter par ses exemples la lumière aux autres et lui dit ce qu'il a gagné par le baptême et ce qu'il risque de perdre en trahissant son engagement solennel par une conduite déshonnête.
- Le baptisé reçoit aussi une médaille aristotélicienne de couleur bleu cyan, couleur des fidèles Aristotéliciens baptisés, ils pourront l’utiliser sur leurs signatures afin d’afficher leur engagement aristotélicien.




Vous pouvez utiliser cette image spécifique au baptême pour le serment d'allégeance :



Code:
[img]http://img49.imageshack.us/img49/8021/sermentbaptemeba2.png[/img]

6) Fin de la cérémonie, tous viennent féliciter le(s) nouveau(x) baptisé(s).

(La B.U.A a également des exemples de baptêmes dans ses rayons, allez y faire un tour en cliquant sur le lien en haut)


C) Exercice

Vous réaliserez un baptême avec un personnage type qui n'a pas été baptisé par le passé et qui a un parrain et une marraine.

De nombreux exemples de cérémonies sont disponibles à la Biblihomélie, n’hésitez pas à vous en inspirer : http://biblihomelie.bb-fr.com/forum.htm

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola, corrigé par Mgr Yut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Ven 27 Juin - 20:11

Chers frères et soeurs, soyez les bienvenus au sein de l'église X. Aujourd'hui nous célébrerons ensemble le baptême d'Yves qui a suivi la pastorale et réussi l'Examen de Préparation au Baptême. En ce jour béni, nous l'accueillerons en notre communauté, la communauté aristotélicienne. Prenez place je vous en prie.

Tout d'abord, reconnaissons que nous sommes pécheurs :


Confiteor a écrit:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensée, en parole, en action.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.

Que le Parrain s'avance et récite le Credo.

Credo a écrit:
Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN

Lecture du Chapitre 12 de la Vita de Chritos du Livre des Vertus :


Vita de Christos a écrit:
Alors, le tribun ordonna au centurion de se saisir de Jeshua, et l’officier, à la mine féroce s’approcha de nous d’un pas lent. Je respirais au rythme de la cadence de ses pas, essayant de calmer mon cœur qui s’affolait. Lorsqu’il se trouva face à Christos, le Centurion le regarda dans les yeux, intensément et assez longuement. Lorsque soudain, il ôta son casque et s’agenouilla en embrassant la robe de notre messie.

" Maître, supplia-t-il, à la plus grande surprise du Tribun, je voudrais vous suivre et faire partie de cette communauté de fidèles. Comment dois-je faire ? Je sais que je suis pécheur et que j’ai servi un mauvais maître, mais je t’en prie dis-moi comment me faire pardonner ! "

Alors Christos le releva et sous le regard médusé des romains, il prononça ces mots :
" Pêcheur, je te le dis, tu viens de faire la première chose que les fidèles devront faire ; se montrer humble et confesser leurs pêchés. Ainsi, si ton repentir est sincère, Dieu te pardonnera. "

Christos se tourna vers ses apôtres, et continua :
" Et vous, que les fautes commises par vos ouailles leurs soient pardonnées si elles viennent les confesser à vos oreilles, et qu’elles sont prêtes à en faire pénitence."

Alors, Christos s’approcha de la fontaine, et dit encore au Centurion :
" Par la grâce de l’éternel, je vais te laver de tes péchés, te ceignant d’eau, source de vie. "

Et Christos plongea ses mains jointes sous le jet de la fontaine. Il aspergea la figure du Centurion de cette eau en chuchotant ces paroles :

" Seigneur, daigne laver cet homme de ses péchés, et lui donner ainsi une nouvelle naissance parmi les croyants ! Au nom du Très Haut. Amen "







Je te baptise au nom de l’Eglise Aristotélicienne et au nom du Très Haut, pour l’amitié de tous les Saint et pour l’amour du Père de l’humanité !


Recevez le cierge, que votre foi soit à l'image d'un cierge, toujours luisant à travers vous et aux yeux des personnes vous entourant chaque jour. Mon fils, n'oubliez jamais que vous êtes un baptisé, vos actions doivent correspondre à votre entrée dans la communauté d'Aristote. Si vous jetez le déshonneur sur votre baptême, alors vous en faites de même sur le Très-Haut et son Eglise.




Gardez toujours avec vous la médaille du baptisé, vous rappelant la célébration d'aujourd'hui. Allez en paix, Mon fils.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 29 Juin - 7:04

C'est relativement bien. Maintenant, il aurait été préférable que vous fassiez vous-même un texte pour expliquer les principes du baptême, surtout dans le cadre d'un Séminaire comme celui-ci. Également, pensez à inviter les gens au baptistère, ils n’apparaîtront pas par magie.


Dernière édition par Yut le Dim 29 Juin - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 29 Juin - 7:05

Le mariage


Ce cours va vous apprendre à officier une des plus agréables cérémonies : le mariage. Cette cérémonie reste cependant très rare à effectuer.


A) Informations

Le mariage est un évènement très personnel. Ceci n'est que la base. Il est recommandé de faire beaucoup de RP également concernant les mariés du genre "Ils sortirent main dans la main de l'église alors que des enfants leur jetaient des pétales de rose" que je ne met pas dans ce mariage type. La lecture de cet extrait de la Création est celui le plus souvent utilisé lors d'un mariage mais vous pouvez en mettre un autre, si vous en trouvez un qui soit adapté. Ici x est l'homme et y la femme.

B) La messe

1) Accueil des fidèles

2) Ouverture de la cérémonie

Citation :

LECTURE ET HOMÉLIE EN RAPPORT AVEC LE SACREMENT DU MARIAGE

3) Credo
Récitation du credo par les fidèles


4) Célébration du mariage
Prêche décrivant les deux époux, ce qu'ils ont fait, les postes qu'ils occupent ou occupaient, leur place dans la ville, leur rencontre, ...

Bénédiction des alliances.

Le mariage suppose que les deux époux s'engagent l'un vers l'autre librement et sans contrainte, qu'ils se promettent amour mutuel et respect pour toute la vie, qu'ils accueillent les enfants que Dieu leur donne, et les éduquent selon les écrits d'Aristote et la pensée de Christos. x et y, est-ce bien ainsi que vous voulez vivre dans le mariage ?
x : Oui
y : Oui
x : y veux-tu être ma femme ?
y : Oui, je le veux et toi x veux-tu être mon mari ?
x : Oui, je le veux. Moi, x, je te reçois comme épouse et je serais ton époux. Je promets de t'aimer fidèlement dans le bonheur et dans les épreuves tout au long de notre vie.
y : Moi, y, je te reçois comme époux et je serais ton épouse. Je promets de t'aimer fidèlement dans le bonheur et dans les épreuves tout au long de notre vie.
x : y, reçois cette alliance, signe de mon amour et de ma fidelité.
y : x, reçois cette alliance, signe de mon amour et de ma fidelité.

5) Communion
Amies, amis, communions ensemble


6) Fin de la cérémonie
Informations diverses sur la vie future des mariés.


C) Travail

Célebrez un mariage entre deux personnes dont vous inventerez la vie, pour remplier tous les chapitres. Chaque marié aura un témoin.
Le texte doit contenir beaucoup de RP tournant autour du mariage surtout.

De nombreux exemples de cérémonies sont disponibles à la Biblihomélie, n’hésitez pas à vous en inspirer : http://biblihomelie.bb-fr.com/forum.htm

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Dim 29 Juin - 18:52

Chers frères et soeurs, soyez les bienvenus au sein de l'église X. Aujourd'hui nous célébrerons ensemble le mariage de Messire Thibault et Dame Colette qui ont décidé de s'unir sous le regard du Très-Haut. Avant d'officialiser leur alliance, imprégnons-nous de la Parole Divine. Prenez place.

Lecture du Chapitre 13 de la Vita de Christos du Livre des Vertus :


Dogme a écrit:
Ainsi, après le départ mystérieux des soldats romains, qui, aujourd’hui, je m’en rends compte mes amis, devaient être tout simplement partis chercher du renfort, Christos nous guida vers une grande maison cossue et bourgeoise qui faisait taverne et gîte pour la nuit. Il avait décidé que nous nous établirions là pour loger jusqu’au lendemain.

Or, la fille de nos hôtes vint avec une cruche pour nous servir du pain et du vin, et Christos reconnut celle qui se nommait Natchiachia, et qui lui avait adressé la parole précédemment, lorsqu’elle était dans la foule.

Natchiachia versa le vin de sa cruche dans la corne de Christos, et lui demanda :
" Maître, je suis en proie à un profond tourment de l’âme. Je voudrais te suivre dans tes enseignements, mais j’aime un homme qui habite ici et qui se nomme Yhonny, je l’aime d’un amour pur comme le diamant… Que dit Aristote sur cette question que dois-je faire ? "

Christos lui répondit: " Lorsque deux êtres s’aiment d’un amour pur et qu’ils souhaitent perpétuer notre espèce par la procréation, Dieu leur permet, par le sacrement du mariage, de vivre leur amour. Cet amour si pur, vécu dans la vertu, glorifie Dieu, parce qu’Il est amour et que l’amour que les humains partagent est le plus bel hommage qui puisse lui être fait. Mais, comme le baptême, le mariage est un engagement à vie, aussi, Natchiatchia, choisis judicieusement, car une foi que tu auras épousé Yhonny, vous ne pourrez plus vous y soustraire. "

Comme cette dernière parole frappa d’étonnement l’assemblée, car l’époque était à l’inconstance… Natchiatchia reprit :

" Mais, Maître, serons-nous assez forts pour respecter ce choix et vivre sans pécher ? "

Alors, Christos répondit :
" Sachez que l’humain doute par nature, que l’amour qu’il éprouve pour Dieu et pour son prochain peut connaître autant d’aléas que la vie comporte d’épisodes. Mais la vie vertueuse est un idéal vers lequel l’homme doit tendre. Et, dans son chemin, il peut s’aider de la prière. La prière peut en effet être le moyen pour tous de renforcer cet amour lorsque cela est nécessaire. N’oubliez pas non plus la puissance de la miséricorde, qui est accordée grâce à la repentance. "

Christos se tourna ensuite vers nous, ses apôtres, qu’il avait nommés ses évêques. A nous, il nous dit :

" Et vous, mes amis, comme vous devrez vous consacrer totalement à Dieu, comme je le fais moi-même, l’amour humain dans ce qu’il a de personnel vous sera à jamais interdit. Vous vous devrez d’aimer l’Humain, et non un humain. En ceci, le mariage n’est pas pour vous, ni même l’acte de chair. "

Mes enfants, le sujet de mon prêche sera sur l'importance du sacrement du mariage et de garder le Très-Haut dans la vie maritale. Que les aristoteliciens seraient heureux, s'ils demandaient la bénédiction de Dieu lors de leurs noces et le don des grâces nécessaires à leur sanctification; mais non, très peu font ce qu'ils doivent faire pour engager le Tout-Puissant à venir à leurs noces afin de les bénir : au contraire, il semble que l'on prend tous les moyens pour l'en empêcher. Hélas ! Que de gens damnés pour avoir négligé l'invitation de Christos à leurs noces comme Natchiachia, que de gens qui commencent leur enfer en ce monde ! Même si, nous devons concéder au fait que la Terre malgré son origine comme étant une création du Divin, elle est régentée par l'oeuvre des démons, voyez par vous, les guerres, les famines et les maladies. Hélas ! Comment pouvons-nous prétendre à un mariage durable jusqu'à la mort, sans l'aide du Tout-Puissant ? Nous évoluons dans une société où l’Homme est plus important que Dieu. Les choses du monde, le regard de l’autre, le poids de la famille sont plus importants que Dieu. Pourtant, ne nous a t-il créés ? Si s'en est le cas, ne devrions nous pas lui laisser une place d'honneur au moment de nos noces ?! J’en veux pour preuve ceci : combien dans cette noble assemblée êtes vous a avoir invité Christos dans votre relation matrimoniale ? Peut-il être présent au milieu de vous en dehors du mariage sacré ? Assurément non car il ne pourrait être guère demeurer là où il y a l'ignominie et je rajouterais là où il y a le péché.
Dieu ne peut pas être au milieu du péché, je vous le dis véridiquement, alors l’Homme ne va pas renoncer à son amour pour autant mais il va écarter Dieu et vivre humainement son amour sans y inviter Dieu dans les choses spirituelles. Souvent j'entends en confession : « Ma vie est réduite à un enfer, aidez moi, j’ai des persécutions… » Que pourrais-je répondre à cela ? C’est normal car en vivant ainsi l’effet est immédiat, la coupure avec les sacrements, le détachement, la séparation et l'éloignement du Très-Haut. Nous ne pouvons plus recevoir le sacrement de pénitence qui nous réconcilie avec Dieu ; nous ne pouvons plus communier. La grâce sanctifiante se perd, s’enterre, alors effectivement notre vie devient pénible : « un enfer. » Le sacrement du mariage permet de grandir dans un véritable amour, car celui qui en est le Principe : notre Dieu, Il est présent pour nous élever, pour nous sublimer.
Les épreuves, nous serons toujours sous l'assujetissement des épreuves, mais ne l'oublions point, Dieu est la forteresse unique où nous pouvons nous réfugier. Alors nous triompherons des épreuves et nous fortifierons notre amour.

Professons notre Foi chers frères :

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN


Il bénit les alliances :

Bénis, Seigneur, ces deux magnifiques anneaux, symboles de l'amour de cet homme pour cette femme et de cette dame. Ces cercles représentant leurs sentiments n'ont ni de début ni de fin, comme l'amour qu'ils viennent de se promettre. A leurs doigts, ils seront la marque de cette réciprocité. Fais en sorte qu'ils soient le gage de leur fidélité et qu'ils les protègent des tentations de la créature sans nom, qu'ils soient munis de ta protection céleste et surtout qu'ils soient signe d'une conduite sainte, dans le sillon de tes enseignements.


Le mariage suppose que les deux époux s'engagent l'un vers l'autre librement et sans contrainte, qu'ils se promettent amour mutuel et respect pour toute la vie, qu'ils accueillent les enfants que Dieu leur donne, et les éduquent selon les écrits d'Aristote et la pensée de Christos Thibault et Colette, est-ce bien ainsi que vous voulez vivre dans le mariage ?

Thibault: Oui
Colette : Oui
Thibault : veux-tu être ma femme ?
Colette : Oui, je le veux et toi Thibault veux-tu être mon mari ?
Thibault : Oui, je le veux. Moi, Thibault, je te reçois comme épouse et je serais ton époux. Je promets de t'aimer fidèlement dans le bonheur et dans les épreuves tout au long de notre vie.
Colette : Moi, Colette, je te reçois comme époux et je serais ton épouse. Je promets de t'aimer fidèlement dans le bonheur et dans les épreuves tout au long de notre vie.
Thibault : Colette, reçois cette alliance, signe de mon amour et de ma fidelité.
Colette : Thibault, reçois cette alliance, signe de mon amour et de ma fidelité.

Frères et soeurs, célébrons le mystère de la Foi. Communions tel Christos le fit avec ses apôtres.


Maintenant prions, mes chers frères, le Dieu tout-puissant qui a daigné répandre la grâce de sa bénédiction, pour que se multiplie la descendance du genre humain. Et demandons -Lui qu'Il garde Lui-même ses serviteurs ici présents Thibault et Colette, qu'Il a appelé à l'union matrimoniale. Qu'il leur donne des sens apaisés, des cœurs accordés et une conduite gouvernée par un mutuel amour. Qu'ils obtiennent aussi, par sa faveur, des enfants, et qu'étant le don que lui même leur accorde, lui-même leur maintienne sa bénédiction ; qu'ainsi ses serviteurs ici présents le serve en toute humilité de leur cœur, eux qui ne doutent pas d'avoir été l'objet de sa rédemption et de la richesse de ses dons.Notre-Seigneur tout-puissant qui vit et qui règne pour l'éternité, AMEN.


Allez dans la paix, que votre union soit bénie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 1 Juil - 1:04

Excellent travail, très bien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 1 Juil - 1:04

Les funérailles


Ce cours va vous apprendre à célébrer les funérailles, chose peu agréable à réaliser mais importante à maîtriser.
Il a été rédigé par monseigneur Uterpendragon, ce qui explique que sa présentation est différente des autres cours.




I - Informations


Le sacrement des Funérailles consiste principalement à rendre un ultime hommage au décédé, et ensevelir son corps. Tout être humain étant essentiellement composé d'eau et de terre est naturellement attiré par le centre de la Terre. Ceci ne le fera pas rejoindre le paradis, car seule l'âme s'élèvera et rejoindra soit les Enfers Lunaires, soit le Paradis Solaire, mais là n'est pas la question, car seul Dieu nous jugera à l'heure de notre mort, comme il est dit dans le credo.


    A) Au point de vue Canonique


  • Tout d'abord, afin d'éviter les bourdes, il faut savoir que seul un fidèle ou bien croyant peut recevoir ce sacrement. Les morts par suicide, ou bien les hétérodoxes, schismatiques et caetera ne peuvent pas être enterrés selon le rite aristotélicien. De plus, il est fortement conseillé d'attendre l'éradication avant de procéder à l'office.



  • Ensuite, tout clerc peut être habilité à donner ce sacrement, qu'il soit diacre, curé, évêque ou encore pape. Il se doit juste de respecter ce qui est donné comme le rite modèle pour ce sacrement et demander l'autorisation à l'évêque du diocèse où aura lieu la cérémonie. De plus, en cas de décès d'un évêque, c'est l'assemblée épiscopale qui donne son accord, et la curie pour un cardinal.



  • Quelques précisions, tout d'abord, dès enterré, si la personne réapparaît, ceci ne serait autre chose qu'un subterfuge, une mauvaise blague à laquelle il ne vaut mieux pas se mêler et prévenir illico presto la congrégation de la Sainte Inquisition ou bien votre supérieur direct. De plus, en cas de mariage, les funérailles mettent fin à l'union qui permet un remariage après un deuil - qui est préférable à une nouvelle union juste après le décès-.


    B) Au point de vue Dogmatique


  • Comme dit précédemment, tout être humain constitué d'eau et de terre est irrévocablement attiré par le centre de la Terre. Les funérailles comblent cet attraction. L'esprit - ou âme - revêt après son jugement un nouveau corps à l'image de la vie qu'il a eu, comme nous le savons bien. ( Pour plus de précisions, relisez votre cours sur l'Eclipse )


  • De nombreux points, au cours de l'office, rappelleront immanquablement le rite aristotélicien, tel que l'eau projetée dans la tombe, sur le cercueil est en rapport avec celle du baptême. Libre à vous de réfléchir à propos de cela, y associant des parcelles de vie d'un Aristotélicien.



II - Cérémonie type



    1. ARRIVEE A L'EGLISE
A ce moment là, le cercueil est amené devant l'autel, le prêtre se trouve sur le parvis et psalmodie :

Citation :
Le prêtre :Après tous nos regards qui ont croisé le sien, qu’il puisse enfin voir le tiens seigneur.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre
: Après l’amitié qu’il a reçu et qui a guidé sa vie, accorde lui l’amitié ultime qu’et la tienne Seigneur.

Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Seigneur, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’ami qui nous est cher.
Accorde-nous l’espérance de le revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.


Tous : Amen


    2. LES QUATRE SIGNES

Après être entré dans l'église, le cercueil est déposé devant l'autel, on peut déposer des fleurs et des cierges autour, une petite corbeille est laissée à l'entrée afin de recueillir les dons pour les mendiants.
Après un court accueil, l'officiant procède aux quatre signes, qui sont :


    Le signe de la lumière


Les cierges autour du cercueil sont allumés en silence


Le prêtre : "L’Amitié est la lumière du monde c’est la flamme qui réchauffe notre cœur.
Quelle éclaire maintenant la route de < Nom du défunt > qui le/la conduit maintenant au Royaume de Dieu !"



    Le signe de la foi


Le prêtre
: "< Nom du défunt >, nous déposons cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et le Christ, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle".



    Le signe des amis


L’un des amis du défunt apporte la corbeille de l’amitié

Le prêtre
: "< Nom du défunt >,nous déposons ces présent sur ton cercueil, signe de notre amitié, signe de notre prière, signe de notre cœur".


    Le signe de la mémoire


Ici, vous pouvez vous-même rédiger votre propre déclaration, mais inspirez vous de ceci :

Prêtre : "Cet enterrement nous rappelle plusieurs choses :
- Le souvenir d'un Ami aristotélicien qui vient de nous quitter. D'un homme/d'une femme qui avait une histoire, unique, avec Dieu. Qui était entouré de tendresse par Dieu. Qui a fait, ou non, l'expérience de cette tendresse.
Nous voici nombreux dans cette chapelle, autour de < Nom du défunt >, pour prendre conscience de ce lien d'amour qui l'a toujours uni Dieu, qui unit Dieu à chacun de nous, à tout instant.
- La mort viendra pour chacun de nous. pour les uns tôt, pour les autres plus tard. Pour les uns dans leur jeunesse, pour d'autres dans leur vieillesse.
Le Seigneur nous prévient : "Soyez prêts, soyez toujours prêts car vous ne savez ni le jour ni l'heure".
Aristote nous a guidé et Christos nous invite à prendre exemple sur lui, à trouver notre joie à vivre pour les autres, à aimer comme ils nous ont aimés.
Notre présence ici est prière. Nous invoquons Aristote qu’il mesure les péchés de notre frère/sœur et que Christos intercède auprès du seigneur pour qu’il le reçoive en son Paradis.




    3. LECTURE

Ici, un ami ou bien l'officiant lit un texte en rapport avec la mort et ce qui s'en suit. Evitez de prendre un vieux texte qui plombe le moral, pensez aux proches. Ceux que je saurais vous conseiller seraient par exemple quelques parties de L'Eclipse, à propos du paradis, ou bien encore de La Fin des Temps, partie IV, à propos du jugement, bien que celui-ci soit nettement moins joyeux. Si vous préférez un texte à propos de vies exemplaires, prenez par exemple le passage d'une hagiographie et poursuivez avec un court sermon à propos de la vertu et de la Foi, qui mènent au Paradis Solaire.



    4. INTERVENTION DE CEUX LE DESIRANT

Ici, les amis du défunt peuvent parler de lui, dire ce qu'il a fait, ce qu'il a été, ses qualités... Ou n'importe quoi d'autre, du moment que cela reste respectueux de l'Eglise et d'autrui. Pensez bien à organiser l'office auparavant, afin de ne pas se retrouver sans personne évoquant le concerné...




    5. LE SIGNE D'ADIEU

Juste avant de quitter l'église en direction du cimetière, un léger recueillement est conseillé, ainsi qu'une courte prière. Vous pouvez prendre ceci comme modèle :


Le prêtre
: "Avant de quitter la chapelle, nous allons dire un dernier adieu à notre frère/sœur < Nom du défunt >

Avec respect et affection, confions-le/la à Dieu dans l'espérance de nous retrouver un jour auprès de Lui
*.


[UN INSTANT DE SILENCE]



Avec tous ceux qui nous ont précédés et qui vivent déjà auprès du Seigneur,

avec l'immense cortège des saints, nous souhaitons un bon dernier voyage à son enveloppe charnelle.
"

* : Dans ce cas là, Dieu.



    6. DEPOSITION AU CIMETIERE

Après que le cercueil ait été fermé, le cortège arrive au cimetière, tandis que les présents forment un cercle autour de la tombe.

Prêtre : "Nous allons maintenant confier à la terre le corps de notre frère/soeur dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
C'est un moment de tristesse, mais il faut que l'espérance reste forte en nous. car nous espérons le/la revoir quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec < Nom du défunt >, à ce qu'il/elle est pour nous, à ce qu'il/elle est pour Dieu."


Silence pendant la descente du cercueil
Ensuite, le prêtre asperge le cercueil d'eau bénite et dit :

"Cette eau, souvenir de ton baptême,
nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant.
Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !"


Enfin, chacun passe et jette une poignée de terre dans la tombe, puis chacun s'en va tandis que l'officiant présente ses condoléances à la famille et aux proches.

N'oubliez pas de reverser les dons faits ce jour là si vous profitez d'une messe In Greatibus, ne gardant que le strict minimum pour l'office (Achat du pain et du vin).



III - Exercice

Vous célébrerez les funérailles d'une personne type connue dans son village en respectant le modèle donné. Utilisez quelques images, mais pas trop non plus, afin d'égailler la cérémonie.


Vous êtes à sec d'idées? Allez donc voir à la Biblihomélie !

Et en lecture supplémentaire, vous pouvez jeter un coup d’œil à L'intégralité du Droit Canon à ce propos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scolopius

avatar

Nombre de messages : 18
Diocèse : Archidiocèse d'Avignon
Date d'inscription : 21/09/2013

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 1 Juil - 1:52

Chers frères et soeurs, soyez les bienvenus au sein de l'église X. Nous sommes réunis en ce jour dans la tristesse en raison des funérailles de Messire Jacouilles.


Après tous nos regards qui ont croisé le sien, qu’il puisse enfin voir le tiens seigneur.

Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami

Après l’amitié qu’il a reçu et qui a guidé sa vie, accorde lui l’amitié ultime qu’et la tienne Seigneur.

Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami.

Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.

Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami.

Seigneur, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’ami qui nous est cher. Accorde-nous l’espérance de le revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.

Amen


L’Amitié est la lumière du monde c’est la flamme qui réchauffe notre cœur.
Qu'elle éclaire maintenant la route de Jacouilles qui le conduit maintenant au Royaume de Dieu !

Jacouilles, nous déposons cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et le Christ, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle.

Jacouilles,
nous déposons ces présent sur ton cercueil, signe de notre amitié, signe de notre prière, signe de notre cœur

Cet enterrement nous rappelle plusieurs choses :
- Le souvenir d'un Ami aristotélicien qui vient de nous quitter. D'un homme qui avait une histoire, unique, avec Dieu. Qui était entouré de tendresse par Dieu. Qui a fait, ou non, l'expérience de cette tendresse.
Nous voici nombreux dans cette chapelle, autour de Jacouilles, pour prendre conscience de ce lien d'amour qui l'a toujours uni Dieu, qui unit Dieu à chacun de nous, à tout instant.
- La mort viendra pour chacun de nous. pour les uns tôt, pour les autres plus tard. Pour les uns dans leur jeunesse, pour d'autres dans leur vieillesse.
Le Seigneur nous prévient : "Soyez prêts, soyez toujours prêts car vous ne savez ni le jour ni l'heure".
Aristote nous a guidé et Christos nous invite à prendre exemple sur lui, à trouver notre joie à vivre pour les autres, à aimer comme ils nous ont aimés.
Notre présence ici est prière. Nous invoquons Aristote qu’il mesure les péchés de notre frère et que Christos intercède auprès du seigneur pour qu’il le reçoive en son Paradis.

Lecture du Chapitre VIII  : « La résurrection » du Livre des Vertus :

Dogme a écrit:
Je répondis: “J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. S'il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, dans la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aimes, mais c’est également à nous de T’aimer.”

3 Dieu me dit: “Maintenant, le temps est venu pour toi de faire ton choix. Tu peux décider d’accepter la mort. Dans ce cas, je jugerai toute ta vie, les moments où tu as su oeuvrer pour la vertu et ceux où tu t’es détourné d’elle. Si, alors, Je juge que tu le mérites, tu rejoindras les élus pour une éternité de joie et de bonheur. Mais si Je juge alors que ta vie n’a pas été assez vertueuse, tu connaîtras une éternité de tourments en Enfer. Mais, si tu penses que ton temps n’a pas encore été accompli, que tu n’as pas encore fait tes preuves devant Moi, tu peux décider de revenir à la vie.”

4 Je ne savais que répondre. Avais-je mérité de rejoindre le Paradis ou finirais-je en Enfer? Alors, j’entendis des voix. C’était celles de mes amis, qui priaient pour le Salut de mon âme. Bien qu’ils se trouvassent sur terre, je les entendais distinctement. Cela me faisait chaud au cœur de voir qu’ils se souciaient tant de ce qui allait m’arriver. Il me fallait leur montrer que leurs prières n’étaient pas vaines. Je décidai d’accepter la résurrection, afin de pouvoir vivre dans la vertu et de mériter le Paradis. Je leur devais bien ça, au moins autant que je me le devais à moi-même.

5 Dieu me dit alors: “Depuis que J’ai décidé de changer l’esprit des humains en âme, afin qu’elle soit jugée à leur mort, chacun d’eux parcourt le chemin qui t’a conduit à Moi, et Je pose la même question à chacun d’eux. Certains ont la même prudence que toi, d’autres accèdent au Paradis, et d’autres surestiment la qualité de leur vécu et sont envoyés en Enfer.”

6 “Ceux qui ont opté, comme toi, pour la résurrection ne gardent pas traces de leur périple céleste dans leur mémoire. Ainsi, leur comportement ne change que si la leçon s’est gravée au fond de leur cœur. Mais, afin que tous sachent quel sort terrible les attend s'ils se détournent de mon amour, je te laisse exceptionnellement la mémoire. Tu pourras ainsi témoigner de ton périple. Et ton témoignage restera pour les siècles des siècles. Maintenant que tu sais quelle tâche Je t’ai confiée, retourne à la vie, jusqu’à ce que Je te rappelle pour que tu fasses un nouveau choix.”

"Avant de quitter la chapelle, nous allons dire un dernier adieu à notre frère Jacouilles

Avec respect et affection, confions-le à Dieu dans l'espérance de nous retrouver un jour auprès de Lui.


Avec tous ceux qui nous ont précédés et qui vivent déjà auprès du Seigneur,

avec l'immense cortège des saints, nous souhaitons un bon dernier voyage à son enveloppe charnelle. "


"Nous allons maintenant confier à la terre le corps de notre frère dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
C'est un moment de tristesse, mais il faut que l'espérance reste forte en nous. car nous espérons le revoir quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec Jacouilles, à ce qu'il est pour nous, à ce qu'il est pour Dieu."


"Cette eau, souvenir de ton baptême,
nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant.
Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 1 Juil - 2:30

Fort bien. Mais essayez d'ajouter une image au moins. Les funérailles sont une cérémonie triste, pour laquelle une image peut souvent aider.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yut
Cardinal-archevêque de Lyon
Cardinal-archevêque de Lyon
avatar

Nombre de messages : 1211
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 21/11/2009

MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   Mar 1 Juil - 2:33

Voici votre diplôme, félicitations!

Citation :


    Diplôme de licence en théologie aristotélicienne du Séminaire St-Bynarr
    Scolopius



    Nous, Sa Merveilleuse Éminence Yvon-Ulrich Borgia-Diftain d’Embussy-Taschereau, Cardinal-Archevêque de Lyon, Premier Cardinal Inquisiteur Francophone, Conseiller extraordinaire auprès de la Primatie Française, Légiste Pontifical, Ministre de la Foy de Lotharingie, en notre qualité de Professeur au Séminaire Saint-Bynarr de Lyon,


      Octroyons à Scolopius., au nom du corps professoral du Séminaire, le titre de licencié en théologie du séminaire primaire Saint-Bynarr de Lyon, en vertu de la réussite de toutes les épreuves et du suivi de toutes les leçons de celui-ci.




    Fait à Lyon, ce trente juin quatorzecent soixante-deux.




Code:
[quote]
[list][i][img]http://img11.hostingpics.net/pics/855579lyon3.png [/img]
[size=18][b][color=#ffcc33]Diplôme de licence en théologie aristotélicienne du Séminaire St-Bynarr
Scolopius[/color][/b][/size]


Nous, Sa Merveilleuse Éminence Yvon-Ulrich Borgia-Diftain d’Embussy-Taschereau, Cardinal-Archevêque de Lyon, Premier Cardinal Inquisiteur Francophone, Conseiller extraordinaire auprès de la Primatie Française, Légiste Pontifical, Ministre de la Foy de Lotharingie, en notre qualité de Professeur au Séminaire Saint-Bynarr de Lyon,

[list]
Octroyons à [b]Scolopius.[/b], au nom du corps professoral du Séminaire, le titre de licencié en théologie du séminaire primaire Saint-Bynarr de Lyon, en vertu de la réussite de toutes les épreuves et du suivi de toutes les leçons de celui-ci.

 [/list]


Fait à Lyon, ce trente juin quatorzecent soixante-deux.[/i]
[img]http://img11.hostingpics.net/pics/153927YutJ.png[/img][/list]
[/quote]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Séminaire primaire] Scolopius   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Séminaire primaire] Scolopius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Inscrivez vous !
» Inscription au séminaire théologique
» Inscription au séminaire médical
» Informations sur le séminaire médical Lescurien
» Présentation et inscription au séminaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province Ecclésiastique de Lyon :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Annexes congrégationnelles :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Séminaire Archidiocésain Saint Bynarr de Lyon :: Grandes Archives du Séminaire :: Archives 1462-
Sauter vers: