Forum annexe officieux du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesRomeConnexion

Partagez | 
 

 Licence de Nastyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Licence de Nastyna   Ven 1 Aoû - 6:43

Wil ouvrit la cellule et attendit son éleve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Ven 1 Aoû - 14:03

La cellule était bien, elle se rappelais Sparo lui avait fais le tour de la ville et montré les cellules de Grandson, ici c’était le luxe.
Elle regarda tout autour, c’était spacieux en plus il y avait un lit même une table et une chaise avec un lit.
Elle regarda son professeur.

C'est bien ici, vous avez une jolie vue sur Lyon aussi. C'est charmant Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Ven 1 Aoû - 20:31


Citation :
Il y bien longtemps, je venais de dire ma messe dominicale, quand une foule, un peu bruyante pour ce lieu sacré, jeta au pied de l'autel un être aux yeux hagards et à la vêture des plus fantaisiste.
Mes villageois parlaient tous en même temps, mais, je finis par comprendre que, s'il m'avaient amené cet étranger, c'est que pour eux il était possédé.
Il disait que c'était sa première connexion depuis son ordinateur et qu'il cherchait la Faq ou au moins un guide pour l'aider à démarrer.

M'approchant du pauvre hère, je me rendis immédiatement compte que c'était la première fois qu'il voyait un prêtre aristotélicien, ou du moins qu'il n'avait pas une bonne opinion d'eux.

- Bonjour mon enfant, je suis, Neajdlaf ,le curé de ce village,
Comment vous nomme-t-on ?

- L'on me nomme Newbie, contrairement à mon apparence je suis un elfe magicien, à la recherche de l'anneau des anciens
Un villageois m'interpela :
- Vous voyez bien mon père, il faut appeler l'Inquisition, ou les exorcistes, il est possédé que je vous dis.

- Du calme, mon fils, l'Inquisition a d'autres chats à fouetter, son but est de lutter contre les hérétiques reconnus et non pour brûler celui qui se perd un peu.
Je sais que certains annoncent à l'enfant qui ne mange pas ses légumes que la méchante Inquisition va venir les brûler mais ce n'est pas son but ici. Quant aux exorcistes, attendons de voir ce qu'il en est de notre ami.

Le vagabond, l'air toujours aussi perdu, cria :
Bon alors on m'explique ? Et qui peut me donner un peu de sa confiance ?

-Chaque chose en son temps mon fils. Pour vous prendre pour un elfe magicien vous devez réellement avoir eu un gros coup sur la tête. Alors écoutez l'histoire de nos royaumes.
"A l'origine du monde il n'y avait que Dieu immobile et plein d'amour, il a défini l'univers et accompli une série de miracles pour arriver à la création des animaux, des plantes et des humains. Donc soit vous êtes une plante, soit un animal, soit un humain.
Ensuite Dieu n'a laissé la parole qu'aux humains et à une créature sans nom qui tente de pervertir l'humanité.
Donc comme vous ne pouvez être cette créature qui n'a que la forme des ombres, vous ne pouvez être qu'humain.

-Ah oui, je vois mais, si je le veux, je peux être magicien quand même ? rétorqua l'étranger.

-Vous pouvez utiliser des tours pour divertir les foules mais aucun humain n'a de magie en lui. Certes, certains élus semblent bien avoir réalisé des chose prodigieuse, mais c'est grâce à leur foi en Dieu et non à une quelconque magie païenne.
- Bon admettons, mais Moïse ? Il a bien fait de la magie, non ? Hein ! Là je vous tiens non ?

- Je ne connais pas ce Moïse, j'ai bien lu des textes le concernant mais c'était des textes pour distraire les anciens, comme l'histoire de Noé et autres textes anciens qui circulent parfois.

- Bien ils sont dans la Bible non ?

- Pas dans celle de l'Eglise officielle des royaumes en tout cas. Je vais vous raconter notre histoire en quelques mots :

Dieu créa l'univers. Dans l'univers, Il créa le monde. Et Il peupla le monde de diverses espèces de créatures. Mais chaque espèce se croyait la préférée de Dieu, sauf l'espèce humaine, car elle connaissait le sens de la vie: l'amour. Dieu récompensa alors les humains en les nommant "Ses enfants". Mais les enfants de Dieu s'abandonnèrent au péché, encouragés par une des créatures ainsi rejetées par Dieu, a qui Il ne donna pas de nom. Dieu punit donc Ses enfants en détruisant leur cité, et ils s'éparpillèrent. N'ayant pas compris la punition, ils s'inventèrent des dieux multiples. Alors, Dieu, pour rappeler aux humains le sens de la vie, confia Son message à Aristote. Et ce message trouva sa perfection avec Christos (parfois nommé Jiésu Christos).

Le vagabond demanda alors s'il devait oublier tout ce qu'il connaissait.

Je tentai donc de lui répondre :
- Si ce que vous croyez connaître n'est pas directement lié à l'histoire des Royaumes et que vous désirez intégrer notre vérité historique, il y a sans doute beaucoup de chose à oublier oui.
Le plus simple est parfois de tout oublier et de remettre à jour ses connaissances par des textes validés du royaume. N'oubliez pas que vous n'êtes qu'un vagabon encore il faudra du temps pour vous instruire et devenir un érudit.

Notre religion porte le nom d'église Aristotélicienne et est de source Aristochrétienne, c'est à dire qu'elle s'inspire à la fois des écrits d'Aristote, des Royaumes et de Christo.
Son message est que pour se rapprocher de Dieu il faut se rapprocher du bonheur et trouver l'amitié aristotélicienne. Cette amitié n'est pas une amitié débridée mais une amitié respectant certaines règles dont la principale est qu'elle doit être désintéressée. Bien sûr, il y a différents type d'amitiés, mais vous trouverez ça dans nos bibliothèques où par vous même.
Il y a dans chaque village un maire qui s'occupe de politique et de la gestion de la ville et surtout de son commerce. Il y a aussi un curé qui, lui s'occupe de religion et de la gestion de la foi des paroissiens.
Le curé et le maire se doivent de collaborer au bien des citoyens et si l'un des deux juges que l'autre ne remplit pas sa mission, il peut intervenir pour tenter d'arranger les choses. C'est pour cela que certains maires s'occupent de religion et que certains clercs s'occupent de politique.
Au-dessus vous avez le comte pour la politique et l'évêque pour la religion, mais vous découvrirez tout ça par vous-même, sachez juste que les guides politiques sont choisis par les citoyens lors d'élection, alors que les guides religieux sont nommés et révoqués par la hiérarchie de l'Eglise. C'est pour ça que si le peuple veut élire son curé comme Maire c'est le choix du peuple, et la hiérarchie de l'église ne ferra que veiller à ce que le clerc continue principalement à guider les citoyens sans oublier sa responsabilité de clerc.

Le vagabond semblait avoir compris.
-Ah oui, je vois, c'est plus clair déjà, et pour le reste que dois-je faire ? Pour manger ? Pour gagner ma vie ?

- Cela, mon fils, est moins de mon domaine, mais voici une liste de documents qui vous aideront à trouver votre place.

Liste de la Bibliothèque

- Merci mon ami, je vais voir si je trouve ma voie, dit le vagabond en attrapant son sac et sa bourse. Je vais de ce pas prendre contact avec les villageois à la taverne pour leur montrer que je ne suis pas possédé... et qu'ils peuvent me donner leur confiance.

Je souriai en le voyant partir, et je lui criai :
-N'hésitez pas à me contacter en cas de besoin.

J'ai appris plus tard que le vagabond était devenu un grand seigneur et que s'il n'avait pas rejoint l'église aristotélicienne au moins il n'avait pas d'idée préconçue sur elle et ne se laissait pas raconter n'importe quoi.
Il faisait ses choix en connaissance de cause et non pour faire plaisir aux chimères de la créature Sans Nom.



926 ap JC, tiré des mémoires du curé de campage Neajdlaf


Je vous demanderai ensuite de prouver votre compréhension du texte en répondant à ces questions. Je vous recommande de toujours essayer de répondre par des phrases.
  1. Qui est Neajdalf ? A quelle époque écrit-il ?
  2. Pourquoi les villageois s'adressent à Neajdalf plutôt qu'à quelqu'un d'autre ?
  3. Que reprochent les villageois au vagabond ?
  4. Quel est le rôle de l'Inquisition d'après les villageois ? Et d'après Neajdalf ?
  5. Quel est le rôle de la Créature sans nom ?
  6. Qu'est-ce que la Bible d'après le vagabond ? A-t-il raison et pourquoi ?
  7. Qu'est-ce qui différencie les hommes des autres espèces vivantes ?
  8. Pourquoi Dieu punit-il les Hommes ?
  9. De quoi s'inspire la religion aristotélicienne ? Quel est son message principal ?
  10. Que nous prouve ce texte ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Ven 1 Aoû - 21:28

tiens c'est les même questions que la pastorale Smile

1 ) Qui est Neajdlaf ? À quelle époque écrit-il ?

Neadjeaf est le curé du village, et il a écrit en 926 après Christos

2 ) Pourquoi les villageois s'adressent-ils à Neajdlaf plutôt qu'à quelqu'un d'autre ?

C'est leur curé, donc guide spirituel, que l'on va consulter pour toute question d'ordre idéologique.

3 ) Que reprochent les villageois au vagabond ?

Les villageois reproche au vagabond d'être possédé et une façon étrange de parler.
Il croit au conte pour enfant, d'ailleur il se prend pour un elfe magicien. Cet homme leur semble particulier et possédé, car son comportement est inhabituel.


4 ) Quel est le rôle de l'Inquisition d'après les villageois ? Et d'après Neajdlaf

Il s'agit pour l'Inquisition de lutter contre les hérétiques dangereux, le nouveau villageois ici semble un peu perdu et pourra être aiguillé par le curé et les autres villageois, il ne sera pas brûlé pour autant.

5 ) Quel est le rôle de la Créature sans nom ?

La créature sans nom erre sur terre pour nous tenter, nous faire pécher et nous éloigner de Dieu. Elle souhaite pervertir l'humanité pour montrer sa force au Très-Haut et celle de la Haine.


6 ) Qu'est-ce que la Bible d'après le vagabond ? A-t-il raison et pourquoi ?

Il a raison dans le sens ou l'église Aristotélicienne à aussi une Bible. L'Eglise Aristotélicienne regroupe ses textes sacrés dans le Livre des vertus seulement, nulle Bible, la Bible est un regroupement de récits anciens, visant la distraction.

7 ) Qu'est-ce qui différencie les hommes des autres espèces vivantes ?

Ce qui différencie les hommes des animaux je dirais en premier lieu c'est que Dieu nous considère comme ses enfants.
Pourquoi ?
Parce que seul l'homme a compris le sens de la vie qui est l'amour.
Il y a aussi la Parole, mais bon lors de la réunion tous le monde parle.


8 Pourquoi Dieu punit-il les Hommes ?

Dieu punit les hommes car ils s'éloigne du message du très haut en péchant encouragé en cela par la créature sans nom.

9 De quoi s'inspire la religion aristotélicienne ? Quel est son message principal ?

Elle s'inspire des écrits de nos deux prophètes Aristote et Christos mais plus généralement du Dogme appelé livre des Vertus il se compose de 4 volumes :
Livre 1. Le mythe Aristotélicien.
Livre 2. Le Duo Prophétique
Le Livre des Hagiographies
Les écrits des Saints
il regroupe les écrits sacrés qui vont guider la foi des Aristotéliciens.


Oula le message de l'église est vaste c'est un guide pour notre vie, mais c'est un message d'amour et de tolérance; c'est aussi une source d'information sur la création de l'univers et du monde.
Mais son message en général je dirais le même que le message de Dieu l'amour l'amour dU très haut, l'amour de son prochain aussi, l'amour dans un sens général.


10 Que nous prouve ce texte ?

Plein de chose, déjà il nous montre la nature humaine, qui n'aime pas trop l'inconnu.
Il nous montre que l'enseignement des valeurs et mieux que la méconnaissance d’ailleurs quelque chose de choquant Neadjalf prends le temps avec l'inconnu alors qu'il n'a pas éduqué ses propre fidèles.
Il nous montre aussi les bases de la religion.
ILs doit y avoir plein d'autres points mais je pense que c'est les principaux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Dim 3 Aoû - 11:45

leçon parfaite,on continue!


Vita de Saint Bynarr


Ce cours va vous apprendre les grandes lignes de la vie et du message du Saint-Patron du duché de Bourgogne et de ce séminaire.


Résumé de sa vie :

Bynarr naquit en 1407 en Bourgogne. Il vint habiter à Sémur en l'année 1453. Issu d'une famille pauvre, il montre dès sa plus tendre enfance de grandes facilités à comprendre le dogme, et une intelligence hors du commun. Ainsi, dès son premier cours de catéchisme, il impressionne le curé de la ville, qui lui promettra une grande carrière religieuse. Bynarr continue ses études au séminaire, où il surprendra, à son tour, l'évêque de Bourgogne, qui le remarquera.

Plus tard, Bynarr devint un de douze cardinaux de la Curie Romaine. On lui attribua l'archidiocèse métropolitain de Lyon, celui d'Autun, qu'on lui avait confié auparavant, convenait peu à son statut.
Il s'inverstit grandement dans la congrégations des Affaires du Siècle (Nonciature), ainsi que dans la congrégation pour la Diffusion de la Foi, dont il deviendra le cardinal chancelier.

Quelques temps plus tard, alors qu'il est agonisant, un jeune fidèle atteint de la vérole vint le voir. Bynarr lui offrit un lys, et lui jura de le sauver par ses prières. Il pria donc toute la nuit, jusqu'à minuit, où le Très-Haut le rappella. Le lendemain, on le découvrit, mort, un sourire de satisfaction aux lèvres, tandis que le jeune malade se réveillait, guéri, de nombreux lys avaient poussés non loin.

Ses valeurs et ses vertus :

Comme chaque Saint, Bynarr possède son propre lot de valeurs :


  • Citation :
    Plus tard, conscient de la nécessité de rencontrer les fidèles, il s’investit dans la Congrégation pour la Diffusion de la Foy : Bynarr fut également un grand évangélisateur. [...] En tant que Cardinal-Chancelier de la Congrégation pour la Diffusion de la Foy, il consacra beaucoup de temps à se rapprocher des fidèles.
    Bynarr tenta, durant toute sa vie, d'être le plus près possible du peuple. Fait que tous les Grands des Royaumes devraient imiter. En effet, Dieu nous a tous créés égaux, certains d'entre nous ont pour rôle de guider les fidèles, mais point de les diriger. Par ses actions, il faisait preuve d'humilité.
    Il fonda d'ailleurs le premier séminaire archidiocésain : celui de Lyon !
  • Citation :
    Il avait le don d'apaiser les foules, les tractations et les négociations. [...] On retient de son passage à la Nonciature son grand talent de diplomate, qui lui sert pour régler pacifiquement et dans la plus grande foi aristotélicienne de nombreuses crises de son époque.
    En effet, il avait aussi le talent de diplomate, il résolut d'ailleurs de nombreux conflits, toujours avec la Foi Aristotélicienne.
  • Citation :
    Quelques heures avant sa mort, alors qu’il agonisait, il reçut d’abord les derniers sacrements puis la visite d’un jeune fidèle atteint de la vérole. [...] Il le prit donc dans ses bras. En même temps, il cueillit un lys qui poussait dans un bac de bois, sur le rebord de la fenêtre.
    Bynarr
    dit alors au malade : « Demain, je ne serai plus de ce monde, j’ai déjà
    servi le Très-Haut comme je l’ai pu et maintenant, il m’appelle à le
    rejoindre ; mais toi, tu as encore tout à apprendre, tout à faire.
    Cette nuit, je vais prier pour que le Très-Haut te guérisse et, quand
    j’arriverai sur le Soleil, tu guériras. [...]»
    On retrouve ici la vertu du don de soi, dont Bynarr fait preuve, en donnant ses dernières heures à un enfant, afin de le guérir.


Conclusion :

On retient de Bynarr sa vertu et ses nombreuses valeurs, mais on oublie souvent son travail pour l'Eglise, dont il fut l'un des bâtisseurs.
Il fit aussi beaucoup pour le duché de bourgogne.

Elements associés :

- Duché de Bourgogne
- Modestie et Harmonie
- Humilité, foi discrète et apaisante

Paroles célèbres :
"En avançant lentement, on avance quand même"
"L'excommunication est une arme sacrée"
"Une vie de plus est revenue à son commencement"


Questions :
  1. Pourquoi Bynarr a-t-il accédé à la Sainteté ?
  2. Quelles étaient ses grandes qualités et vertus ?
  3. De quoi la vie de Bynarr est-elle l'illustration ?
  4. En quoi est-il important pour nous, au séminaire archidiocèsain de Lyon ?
  5. Qu'avez vous retenu de lui ?
  6. Pouvez vous expliquer la troisième parole de Bynarr en sachant que nous sommes tous issus de Dieu ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Dim 3 Aoû - 12:48

1. Pourquoi Bynarr a-t-il accédé à la Sainteté ?

Saint Bynard a été canonisé, par le don ultime de soi qu'il a fait, auprès d'un enfant mais pas seulement d'après moi.
On ressent dans cette lecture une humilité mais aussi une foi discrète et apaisante et cela, je dirais malgré ses hautes fonctions dans l'église.
Ce n'est pas toujours un avantage d'être Cardinal, cette fonction pourrait être écrasante et monter à la tête, mais pas lui.
N'oublions pas non plus que Dieu lui même lui a fait tenir parole, de la a penser qui lui a parlé ? pourquoi pas.
Enfin quel leçon de cet homme, de ce Saint.


2. Quelles étaient ses grandes qualités et vertus ?

Sur cette question je pense avoir une réponse atypique mais je vais m'en expliquer.

Comme nous le dit cet écrit sur sa vie, le don de soi, l'humilité, mais je dirais aussi l'amour, le sens de la vie sont ses vertus et qualités, elle sont bien mise en avant.
Alors vous allez me dire mais son sens de la diplomatie, son savoir, son intelligence, son implication au sein de l'église que se soit auprès des affaires du siècle, la congrégation de la diffusion de la foi et même de la Curie qui doit être le but ou même parfois le rêve de beaucoup d'ecclésiastique, vous en faites quoi?

Sur ceux je vais vous répondre
-La diplomatie c'est souvent l'art de biaiser la vérité, d'arranger les choses parfois même au détriment de soi ou de son auditoire, donc pour moi ce n'est pas une qualité. C'est même plutôt un handicap, bien que dans cet écrit on nous dépeint la diplomatie dans le bon sens.
-L'intelligence elle permet d’appréhender, de communiquer, d'apprendre, mais surtout de souffrir en voyant les choses tel qu'elle sont et pas comme elle devrait être. donc ce n'est pas forcement une qualité.
Par contre il a une qualité d'intelligence, c'est l'intelligence du cœur mais on en a parlé dans le don de soi.
-Son implication dans l'église, a Rome, n'est pas un avantage il éloigne plus du commun des mortels, parce que tout simplement ça demande du temps, un investissement personnel énorme, et on risque d'oublier l'essentiel, le fidèle.
Je finirais par un autre obstacle, son savoir.
On dit une chose très vrai, plus on en sait et moins on en sait, je dirais même heureux celui qui ne sait pas ou plutôt juste ce qu'il faut car lui sait
Quand on commence le chemin du savoir, on commence en pensant faire le tour, mais plus on avance et moins on voit la ligne d'arrivée.
C'est une quête infinie, qui me fait dire qu'au bout on ne sait qu'une chose c'est qu'on ne sait rien.
Ce n'est pas une qualité, ce n'est pas un défaut, ça peut dans certains cas être une vertu et enseigner l'humilité.

Je dirais que c'est un homme exceptionnel, d'avoir réussit ce qu'il a fait, avec les dons qu'il avait.

je vous avez prévenu ma réponse est atypique mais complète.


3. De quoi la vie de Bynarr est-elle l'illustration ?

La vie de Bynarr est l'illustration, d'un homme qui a beaucoup de qualité, d'un chemin qu'il a emprunté, malgré bien des embûches et tentation, et qui l'a mener au paradis solaire.
Une belle illustration de courage et de dévotion  l'église mais surtout au très haut et quel amour.
Cependant ce n'est qu'applicable qu'a lui, on doit trouver chacun sa propre voix, avec nos moyens qui nous sont donné et heureusement.
Il n'y a qu'un seul st Bynarr Smile

4. En quoi est-il important pour nous, au séminaire archidiocèsain de Lyon ?

Il est même capital pour le séminaire de Lyon, car il en est le père fondateur.

5. Qu'avez vous retenu de lui ?

Ce que je retiens de lui, c'est une incroyable gentillesse, un homme de paix, d'après ce que j'en lis, disponible pour son prochain, qui n'a pas peur de s'investir que ce soit pour l'église comme pour son prochain.
Un grand homme qui oblige a l'admiration.


6. Pouvez vous expliquer la troisième parole de Bynarr en sachant que nous sommes tous issus de Dieu ?

Citation :
"Quelques heures avant sa mort, alors qu’il agonisait, il reçut d’abord les derniers sacrements puis la visite d’un jeune fidèle atteint de la vérole. [...] Il le prit donc dans ses bras. En même temps, il cueillit un lys qui poussait dans un bac de bois, sur le rebord de la fenêtre.
Bynarr dit alors au malade : « Demain, je ne serai plus de ce monde, j’ai déjà servi le Très-Haut comme je l’ai pu et maintenant, il m’appelle à le rejoindre ; mais toi, tu as encore tout à apprendre, tout à faire. Cette nuit, je vais prier pour que le Très-Haut te guérisse et, quand j’arriverai sur le Soleil, tu guériras. [...]»"

le fidèle est jeune, il commence dans sa vie, et même si on est tous les enfants de Dieu, nous avons une mission a faire sur notre si belle planète, un chemin a accomplir qui soit nous ramènera auprès de notre Père, soit nous mènera au 7 enfers.
Mais évidement nous partons du principe, que nous voulons tendre vers la perfection, même si on y arrivera jamais puisque c'est dans la nature humaine  Smile 
donc l'explication est très simple, lui est âgé il atteint, le crépuscule, alors que le jeune homme n'est qu'a l'aube de sa vie.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Dim 3 Aoû - 17:33

parfait!

Le rôle de l'ecclésiastique

Ce cours va vous enseigner comment gérer au mieux votre paroisse, en conformité avec le Droit Canon et pour le salut de l’âme de vos futurs paroissiens.


Qu'est-ce qu'une paroisse ?
Citation :
La paroisse religieuse est, en premier lieu, une subdivision géographique dans un diocèse.
Dans l’église aristotélicienne la paroisse désigne à la fois une aire géographique précise, le « territoire de la paroisse », et un groupe de personnes habitant sur ce territoire et constituant la communauté paroissiale.
Le droit canon définit trois types de paroisse : communale (ou citadine), nobiliaire (fief) et communautaire. Dans ce cours nous n'étudierons que la paroisse communale.
Citation :
La paroisse communale est obligatoirement une ville ou un village ouvert, référencé comme paroisse et comportant une église, une mairie, des résidences et un marché.

L'église dite paroissiale est le lieu de rassemblement de la communauté devant laquelle le curé et ses assistants célèbrent différentes cérémonies telles que les deux messes hebdomadaires.

Qu'est-ce qu'un curé ?

Il doit être prêtre et théologien de l’Eglise aristotélicienne (niveau 3 voie de l’Église).
Il est nommé par l’archevêque ou l’évêque dont la paroisse communale ou citadine où il est nommé dépend.
Il est intronisé par l’archevêque ou l’évêque dont la paroisse où il est nommé dépend.

Le Curé peut célébrer tout les sacrements aristotélicien hormis l’ordination.
Il a en charge représentative et en Dieu (In God) la gestion religieuse, économique et administrative de sa paroisse.
Il peut nommer deux clercs pour l’aider en temps que vicaire ou diacre, et autant d’acolytes qu’il le désire pour autant qu’il ait l’accord de son évêque.
Il pourra nommer 3 Confesseurs paroissiaux en Dieu. (non encore codé)

Cumul : Curé est une charge principale, il ne peut donc cumuler avec d’autre charge principale.

Qu'est-ce qu'un diacre ou un vicaire paroissial ?

Il doit être fidèle de l’Église, s'il est ordonné (donc prêtre) le diacre porte le nom de vicaire.
Il est nommé par le curé de sa paroisse avec l’accord de son évêque (ou archevêque).
Il est intronisé par le curé de sa paroisse ou par son évêque (ou archevêque).

Il a en charge représentative la gestion religieuse de la paroisse où il est nommé.
Les diacres et les vicaires peuvent célébrer tout les sacrements aristotéliciens hormis l’ordination.
Ils ne peuvent nommer de confesseurs ni aucun membre du clergé paroissial, ils dépendent directement du curé paroissial ou à défaut de l’évêque.

Cumul : Diacre ou vicaire sont des charges secondaires liées donc aux règles de cumul.
Ils peuvent cumuler avec une d’autres charges secondaires ou primaires dans le clergé séculier mais uniquement si cette charge dépend du même évêque.
Un cardinal ou un évêque in partibus pourra toutefois être vicaire.

Les messes IG

Les messes sont célébrées une le dimanche et une seconde au moment que le curé pensera le mieux pour lui et les fidèles. Les messes sont ouvertes à tous et remonte votre moral. La façon d'aller à la messe est d'aller à l'église dans les heures inscrites et cliquez sur : Allez à la messe.

Comment fonctionne l'interface IG du curé : Guide de MrGroar

Quels sont les rôles RP du curé et du diacre ?

Ils se doivent d'être présents pour leurs fidèles quotidiennement. Les fidèles n'hésiteront pas à demander conseil au curé ou au diacre pour des questions.

Leur devoir est aussi de faire une messe [RP] au moins le dimanche pour pouvoir ainsi donner un peu d'éducation religieuse aux fidèles.
[Ces offices seront donnés dans un sujet nommé préalablement sur la halle de votre village, exemple : Cathédrale de langres ou encore Cathédrale Saint Mamès.]

Les sacrements de l'église seront aussi donnés par le curé ou le diacre [en RP dans le sujet de l'église].

Ils doivent encore donner des cours de catéchisme au futurs baptisés dans la mesure du possible. Il faut également de préférence que les curés prévoient un lieu de confession [RP]...

Et naturellement ils connaissent les Textes Sacrés afin de les faire connaitre le plus largement, convertir par la Parole, non par le feu, garantir une présence religieuse dans la vie de tout les jours dans son village, se rendre à la taverne pour rencontrer les paroissiens...

Ils doivent tenir les registres paroissiaux et venir régulièrement à l'archidiocèse [Un forum RP est dédié à chaque Archevêché].

Les curés : quelles limites à leur vie séculaire ?

Les curés peuvent recevoir une charge par leur maire pour représenter l'église ou faire parti du conseil municipal sans problème. Cela dépend toujours des lois en cours dans votre comté/duché. Il peuvent également être maire.
Les curés peuvent entrer au conseil comtal/ducal.

Les limites sont celles que le Canon impose à tous les prêtres:
Canon 1.4 a écrit:
Le prêtre doit pouvoir être montré en exemple comme Christos et Aristote sont leur exemple.
Certains prêtres voudront compléter leur vie spirituelle en s'impliquant dans la "société laïc". Dans ce cas le prêtre qui choisit cette route, doit le faire uniquement s'il peut le faire en tant que prêtre et donc en prônant le message divin.
Si à un moment sa charge entre en opposition avec son statut de prêtre, il devra se faire remplacer plutôt que de prendre des décisions contraires au message aristotélicien.


Travail

Après cette lecture et par votre expérience, comment envisagez vous votre devoir d'ecclésiastique face à vos paroissiens? face aux éventuels hérétiques qui peupleraient votre paroisse ?

Avez vous des idées de manières susceptibles de donner envie aux paroissiens de s'intéresser à l'Église et à son dogme?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Dim 3 Aoû - 20:52

Après cette lecture et par votre expérience, comment envisagez vous votre devoir d'ecclésiastique face à vos paroissiens? face aux éventuels hérétiques qui peupleraient votre paroisse ?

Très bonne question, il y a des hérétiques de passage en helvetie.
Je n'ai pas de recette miracle, mais je fais déjà une fête en mon village toute simple. J'ai préparée le cochon et amener un tonneau de cervoise, et puis par la suite les gens sont venu et ceux qui voulait amène ce qu'il veulent.
Un vrai succès, les gens et moi même en sont encore étonné Smile
En fait pour les hérétiques, a Grandson ils sont calme ça va, peut être parce que l'église n'y ai pas représentée, mais ils se tiennent bien.
Déjà je prône la paix, ce qui signifie privilégier le dialogue et la tolérance. La violence et la religion ne font pas bon ménage, le message du très haut n'est il pas l'amour?

Pour les hérétiques ce sera le dialogue, allez vers eux, les écouter, une fois qu'ils n'auront plus rien a dire, je pourrais enfin parler, comme ils seront fatigués a faire leur discourt ils seront plus disposer a écouter et pourquoi pas comprendre le message divin.


Avez vous des idées de manières susceptibles de donner envie aux paroissiens de s'intéresser à l'Église et à son dogme?

Pour intéresser mes paroissiens, mais surtout mes villageois, je vois des fêtes, pourquoi pas sur des sujets religieux, mais quelque chose qui favorise le contact et l'échange, quelque chose qui pourrait amener la religion de façon ludique.
Faire participer les paroissiens à la messe, ça peut être sympa pour eux comme pour moi. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Lun 4 Aoû - 6:35

pas mal comme idées

La Hiérarchie et le découpage administratif de l'Église

Ce cours va vous enseigner comment sont découpées les provinces religieuses. Il est en effet important de savoir que les frontières temporelles n’ont aucune importance pour les évêques. Seuls comptent les diocèses et autres découpages ecclésiastiques .



La hiérarchie

La Sainte Église de Dieu fut instituée par l'accord commun des héritiers d'Aristote et des disciples de Christos. Ces sages, conscients de la faiblesse humaine, voulurent que les enseignements des élus de Dieu soient transmis par des hommes qui garderaient intact le dépôt de la sagesse et de la révélation.

Dans ce but, l'Eglise, afin d'accomplir au mieux sa mission divine, a décidé d'instituer des règles claires et précises, permettant ainsi l'efficace développement de son activité salvatrice. Ainsi une entorse à cette charte pourrait mettre en péril l'Eglise même, dans son fonctionnement et dans sa sainteté. C'est pourquoi nous maudissons ceux qui, dans leur fol orgueil, auraient l'audace d'y contrevenir et de mépriser les lois divines de la Sainte
Eglise Aristotélicienne.

Pour protéger nos valeurs, Titus et les premiers évêques ont défini qu’il y aurait un clergé faisant partie de la vie de la cité et attaché autant au temporel qu’au spirituel et il
décida que ce serait le clergé « In sécula seculorum ».
Il portera le nom de clergé séculier et sera dirigé par les prélats de l’Eglise.
Au départ il n’y avait que le Saint-Père, ses conseillers à Rome et les évêques pour diriger des régions épiscopales en Occident et en Orient. Au fil du temps et de l’évolution de l’Église dans les royaumes, les conseillers pontificaux devinrent les ministres de Rome et pour se
différencier revêtirent le pourpre en l’honneur du sang versé par les fondateurs de l’Église.
Les évêques gardèrent la couleur verte pour représenter la couleur de l’émeraude, l’émeraude étant le signe de ralliement des premiers prêtres aristotélicien.
Le noir fut choisi pour le bas clergé, car cette teinte ou contre-couleur qui se veut
funèbre, est vue comme l'initiation à la spiritualité par la mort symbolique.

Le découpage administratif

Diocèse (Du grec "diokésis")
Le diocèse c'est « la portion du peuple de la Création confiée à un évêque
pour qu'il en soit le guide religieux avec la coopération de ses clercs.».

Par définition un diocèse regroupe un certain nombre de paroisses.

Province ecclésiastique : groupe de diocèses dépendant d'un même archevêché métropolitain.

Province
religieuse: Aussi appelée primatie, c'est l'ensemble des diocèses d’une
zone géodogmatique placées sous l'autorité d'un Primat. En général les
provinces religieuses suivent des frontières administratives.

En 1460 on trouve les provinces suivantes :
-Province religieuse du royaume de France.
-Province religieuse du SRING Angleterre non comprise
-Province religieuse d’Angleterre.
-Province religieuse du Grand Duché de Bretagne.
-Province religieuse de la Couronne d'Aragon.
-Province religieuse du Portugal.
-Province religieuse de Hongrie et de Croatie.
-Province religieuse de Pologne.
-Province religieuse de l'Union de Kalmar.
-Province religieuse de Bulgarie.
-Province religieuse de Serbie.
-Province religieuse d'Albanie.
-Province religieuse du Royaume Tchèque.



Travail

Dites-moi de quelle province religieuse, province métropolitaine, diocèse et paroisse vous êtes.


Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola, et remis à jour par Monseigneur Tullia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Lun 4 Aoû - 7:17

Nasty rougit a tant de compliments, elle n'y était pas habituée, mais c'était fort agréable.

Faites attention je risque de m'habituer au compliments  Very Happy , mais vos cours sont bien fait surtout.

Dites-moi de quelle province religieuse, province métropolitaine, diocèse et paroisse vous êtes.

Ma paroisse est Grandson, diocèse Lausanne, province métropolitaine de Besançon et province religieuse du Sring

Puis je vous suggérer ce lien pour aider les gens au découpage? il est d'une certaine aide.


carte du monde par MrGroar (je n'ai pas l'autorisation de vous le poster mais je pense que vous le connaissez )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Lun 4 Aoû - 17:08

Wil sourit

j'aime bien donner des compliments,merci pour la carte!

Les statuts et l'organisation du clergé séculier

Ce cours va vous enseigner la subtile hiérarchie instaurée par Christos. Une fois le cours lu, vous ne confondrez plus diacre et vicaire, ni archevêque et cardinal !


La bonne organisation de notre Église impose a chacun de bien connaître la place qui est la sienne. la bonne compréhension des statuts que peut avoir tout être humain est un préalable nécessaire.

Concepts généraux

Canon 0.3 - Les statuts a écrit:
Les statuts

Art 1: Tout être humain, quel qu’il soit, a un des statuts suivants: hétérodoxe, croyant, fidèle ou prêtre.

Art 2: Une personne ne peut recevoir que les sacrements autorisés par son statut.

Art 3: Est hétérodoxe celui qui se trouve en dehors de la communauté des croyants, soit parce qu'il est excommunié soit parce qu'il ne partage pas la foi Aristotélicienne ou ne partage pas le droit canon de l'Eglise Aristotélicienne.

Art 4: Un hétérodoxe ne peut recevoir que le sacrement de la confession.

Art 5: Est croyant l'être humain qui n'est pas excommunié, qui partage la foi Aristotélicienne et qui respecte le droit canon de l'Eglise Aristotélicienne.

Art 6: Un croyant peut recevoir les sacrements de la confession et du baptême.

Art 7: Est fidèle le croyant qui a reçu le sacrement du baptême.

Art 8: Le fidèle peut recevoir les sacrements de la confession, du mariage, de l’ordination et des funérailles.

Art 9: Il faut avoir le statut de fidèle pour prétendre à celui de marié ou de prêtre.

Art 10: L'excommunication est la peine canonique qui retire le sacrement du baptême au fidèle, ce qui lui donne le statut d'hétérodoxe.

Art 11: Un fidèle excommunié perd non seulement le statut de fidèle, mais aussi celui de prêtre.
Il perd aussi l’effet du sacrement du mariage, et tout titre honorifique donné par l’Eglise.

Art 12: Est marié le fidèle qui a reçu le sacrement du mariage.

Art 13: Le marié peut recevoir les sacrements de la confession et des funérailles.

Art 14: Est prêtre le fidèle qui a reçu le sacrement de l’ordination.

Art 15: Le prêtre peut recevoir les sacrements de la confession et des funérailles.

L'organisation du clergé est basé sur "les charges":
Citation :
Les charges.
Article 1:Une charge est une fonction religieuse reconnue soit dans le présent droit canon, soit dans les règlements internes des congrégations romaines, soit dans la Règle d’un Ordre religieux reconnu par la Curie.

Article 2 :N’est considéré comme occupant une charge que celui dont la nomination ou l’élection a respecté les procédures décrites.

Article 3.1 :Est clerc celui qui occupe une charge religieuse séculière, et est militaire celui qui détient une charge dans les « Saintes Armées » et qui n'est pas prêtre, par opposition au fidèle qui n'en occupe pas.
Il est bon de noter que la charge de clerc prédomine sur celle de militaire, et le mélange des deux sera à éviter en dehors "d'aumônier ".

Article 3.2 : Seront considéré comme militaire de l’Eglise, les laïcs membres des ordres militaires faisant partie des effectifs des Saintes armées aristotéliciennes,ainsi que les laïcs qui sont mis individuellement ou collectivement sous les ordres de l'Etat Major des Saintes Armées.
Hors dérogation de leur primat, seuls les clercs militaires de l’Eglise pourront porter des armes autres que celles d’apparats liées à leur rang social.

Article 4: Un fidèle ne peut pas administrer de sacrement et un clerc ne peut administrer que ceux autorisés par sa charge.

Article 5: Seul un fidèle, marié ou non, ou un prêtre peut occuper une charge, mais pas un hétérodoxe ou un simple croyant.

Article 6: Le statut social de théologien (HRP: niveau 3 voie de l’Eglise) n’est pas un statut religieux mais est nécessaire pour occuper certaines charges.

Article 7: L’administration de sacrements ne peut pas être monnayé, sous quelque forme que ce soit, ni par le clerc ni par le fidèle ni par une personne tierce.

Article 8: Les charges au sein de l’Eglise Aristotélicienne sont regroupées en trois catégories: principale, secondaire et tertiaire.

Article 9: Les charges principales constituent le socle hiérarchique de l'Eglise Aristotélicienne.

Article 10: Un même clerc ne peut occuper qu’une seule charge principale en même temps et doit choisir dans les plus brefs délais celle qu'il conserve si il en occupe plusieurs.
Les articles 11, 12 et 16 précisent qu'un clerc ne peut pas cumuler plus de deux charges secondaires et que celles-ci doivent dépendre du même supérieur hiérarchique (le plus souvent du même évêque)

Le clergé séculier

Nous avons déjà vu que:
Citation :
La Sainte Église de Dieu fut instituée par l'accord commun des héritiers d'Aristote et des disciples de Christos. Ces sages, conscients de la faiblesse humaine, voulurent que les enseignements des élus de Dieu soient transmis par des hommes qui garderaient intact le dépôt de la sagesse et de la révélation.
Le préambule du livre 2 "église séculière" précise:
Citation :
Le clergé séculier est chargé d’encadrer les fidèles, de rendre le culte et d’accomplir les rites.
Il doit faire partie de la vie de la cité et peut même, s’il le juge nécessaire, s’y imposer pour combler les manquements aux valeurs aristotéliciennes.

Sous l'impulsion de l'apôtre Titus, une hiérarchie à travers de laquelle l'action divine se réalise a été instituée dans le clergé séculier:

extrait du livre 2.2 a écrit:
Dans l'exercice de son pouvoir suprême, plénier et immédiat sur l'Eglise universelle, le Pontife Romain se sert des Dicastères de la Curie romaine; c'est donc en son nom et par son autorité que ceux-ci remplissent leur charge pour le bien de l'Eglise et le service des fidèles.

La Curie, gouvernement de l'Eglise, est composé des cardinaux choisis par le Pape (après avoir pris conseil de la Curie) en fonction de leurs mérites. Ces cardinaux sont choisis parmi les évêques des diocèses aristotéliciens.

Les cardinaux agissent en collège et doivent faire valider, même à posteriori leurs décisions par le collège des cardinaux, peuvent célébrer tous les sacrements de l’Église aristotélicienne, sont seuls habilités à prononcer une excommunication, sont seuls à pouvoir valider une séparation ou une annulation de mariage, sont seuls à pouvoir valider un défroquage, volontaire ou pas, ont un droit de véto sur toute décision prise par un membre du clergé en dehors du pape.

Le titre de cardinal n’interdit aucun cumul avec une autre charge dans le clergé séculier ou régulier.

extrait du livre 2.3 a écrit:
Les évêques.

Après le Souverain Pontife et les cardinaux, le troisième rang dans l'Eglise est celui des évêques. Lorsqu’on emploie le terme évêque seul, il regroupe sans distinctions tous les types d’évêques ou d’archevêques.

L'évêque est un clerc choisi par le Pape ou par ses pairs, avec le consentement du Pape, pour diriger un diocèse. Il ne peut y avoir qu'un seul évêque pour diriger une province et/ou un diocèse. C'est une charge primaire.

Un évêque en fonction est soit archevêque métropolitain, soit archevêque suffragant, soit évêque suffragant soit évêque "in partibus" selon le statut du diocèse auquel il a été lié. Ces distinctions ne sont pas des distinctions de nature mais de dignité et d'honneur.

Chaque évêque est libre de gouverner son diocèse comme il l'entend, sous réserve qu'il respecte les prescriptions de l'Eglise. Cette autonomie de gouvernement ne le dispense pas de travailler en commun avec les autres évêques et son archevêque métropolitain dans le cadre de sa Province ecclésiastique.

Chaque évêque est relié aux assemblées épiscopales des royaumes où il exerce une autorité en temps qu'évêque.

Il devra assurer l’aristotélisation des paroisses et fiefs sous sa juridiction et veiller à composer son conseil diocésain avec des théologiens actifs et compétents.

Il est en charge de nommer et révoquer les membres de son conseil et de s’assurer qu’ils remplissent bien leur mission, de nommer et révoquer les curés de ses paroisses, et de s’assurer qu’ils remplissent bien leur mission, de faire nommer les chapelains aux chapelles des fiefs sous sa juridiction à la demande de la noblesse, et de nommer des aumôniers pour les organisations laïques et militaires (en dehors des Ordres religieux militaires et civils reconnus par Rome).
Il a le devoir d’en référer à son assemblée en cas de trouble ou de tout autre événement anormal survenant dans sa zone d’influence.

extrait du livre 2.4 a écrit:
La paroisse religieuse est, en premier lieu, une subdivision géographique dans un diocèse.
Dans l’église aristotélicienne la paroisse désigne à la fois une aire géographique précise, le « territoire de la paroisse », et un groupe de personnes habitant sur ce territoire et constituant la communauté paroissiale.

Le curé : il doit être prêtre et théologien de l’Eglise aristotélicienne (N3VE); il est nommé par l’archevêque ou l’évêque dont la paroisse communale ou citadine où il est nommé dépend; il est intronisé par l’archevêque ou l’évêque dont la paroisse où il est nommé dépend. C'est une charge primaire.

Le Curé peut célébrer tout les sacrements aristotélicien hormis l’ordination. Il a en charge représentative et In Gratebus la gestion religieuse, économique et administrative de sa paroisse.
Il peut nommer deux clercs pour l’aider en temps que vicaire ou diacre, et autant d’acolytes qu’il le désire pour autant qu’il aie l’accord de son évêque.

Diacre ou vicaire : il doit être fidèle de l’Église, s'il est ordonné le diacre porte le nom de vicaire; il est nommé par le curé de sa paroisse avec l’accord de son évêque (ou archevêque); il est intronisé par le curé de sa paroisse ou par son évêque (ou archevêque); il a en charge représentative la gestion religieuse de la paroisse où il est nommé. C'est une charge secondaire.

Les acolytes : bedeau, messager, intendant etc... ne sont pas considérés comme des clercs et sont sous la responsabilité directe de celui qui les nomme.


Questions
  1. Quel est la mission de l'Église?
  2. Quel est le sacrement qui définit un fidèle aristotélicien?
  3. Quel statut doit avoir un curé ?
  4. Quel est le rôle du clerc dans l'Église?
  5. Que dirige un évêque?
  6. A quelles charge l'évêque peut-il nommer?
  7. Que dirige un curé?
  8. A quelles charges peut il nommer?
  9. Peut-on être diacre dans deux paroisses ? si oui avec quelle restriction ?
  10. Mettre dans l'ordre hiérarchique du plus au moins haut placé:
    évêque suffragant; diacre; pape; archevêque métropolitain; curé

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Lun 4 Aoû - 23:05

Par Christos? en êtes vous sur ? moi pas, j'ai eu d'autres versions Wink

Quel est la mission de l'Église?

La mission de l'église est d’évangéliser, d’être gardienne du dogme et de l'enseigner, de sauver les âmes en leur montrant le bon chemin, de faire passer le message du très haut, l'amour qui est le sens de la vie.

Quel est le sacrement qui définit un fidèle aristotélicien?

Le baptême est le sacrement qui fait d'un croyant un fidèle, qui le fait entrer dans l'amitié aristotélicienne prémisse de l'amitié parfaite.

Quel statut doit avoir un curé ?

le curé doit être ordonné, il doit faire ses vœux, c'est une charge primaire et non pas secondaire comme Diacre.

Quel est le rôle du clerc dans l'Église?

rien de mieux que le texte :

Citation :
Article 3.1 :Est clerc celui qui occupe une charge religieuse séculière
alors qu'est ce que séculier?
Clergé séculier : clergé non régulier ; le clergé séculier regroupe donc les prêtres en paroisse, les diacres, les évêques, les cardinaux, etc. qui n'est pas soumis a une règle de vie.

contrairement au clergé régulier qui sont les moines et qui sont soumis a une règle de vie.


Que dirige un évêque?

Un évèque dirige un évéché  Razz 
Il dirige une province ou un diocèse, ou les deux

A quelles charge l'évêque peut-il nommer?

Il nomme les curés, des chapelains, son conseil, donc vous puisque vous êtes vicaire Smile conseil qui n'est pas identique entre un diocèse et un archidiocèse.
Il a des obligations mais ça ne rentre pas dans la question .


Que dirige un curé?

Un curé dirige une cure  Razz 
ce qui signifie qu'il dirige une paroisse si vous préférez.


A quelles charges peut il nommer?

IL peut nommer qu'au charge secondaire, j'en déduis que les charges primaire sont celle que nomme soit un évêque soit la Curie donc des cardinaux des gros évêques en somme.

il peut nommer des vicaires, des diacres ou des acolytes aux nombres de deux, saut pour les acolytes il peut en nommer autant qu'il veut.

Peut-on être diacre dans deux paroisses ? si oui avec quelle restriction ?

Je suppose que oui sinon la question n'aurait pas de sens, mais dans ce texte soit c'est pas marqué soit c'est mal indiqué.

Je vous transmet donc le texte qui manque.

Citation :
Cumul : Diacre ou vicaire sont des charges secondaires liées donc aux règles de cumul.
Ils peuvent cumuler avec une d’autres charges secondaires ou primaires dans le clergé séculier mais uniquement si cette charge dépend du même évêque.
Un cardinal ou un évêque in partibus pourra toutefois être vicaire.


Mettre dans l'ordre hiérarchique du plus au moins haut placé:
évêque suffragant; diacre; pape; archevêque métropolitain; curé

SS le pape, archevêque métropolitain, évêque suffragant, curé, diacre.

Il manque celui qui est le plus important car sans lui point d'église, le fidèle qui pour moi est tout en haut Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mar 5 Aoû - 6:47

Ah oui?quelles versions?tres bonne leçon encore une fois.

Le gouvernement de l’Église

Ce cours va vous enseigner comment Rome et les hautes institutions de l’Église sont organisées.
Attention, il y a énormément de termes dont la majorité sont peut-être nouveaux pour vous. Nous ne vous demandons pas de tout retenir, mais lisez ce cours encore plus attentivement que les autres.


Organisation générale du gouvernement de l'église

Rome est le siège du gouvernement de l’Eglise Universelle.

Dans l'exercice de son pouvoir suprême, plénier et immédiat sur l'Eglise universelle, le Souverain Pontife s'appuie sur la Curie et sur les Congrégations.

La Curie comprend le Collège des cardinaux et le secrétariat pontifical.

Les cinq Congrégations sont:
- la Congrégation du Saint-Office
- la Congrégation pour la Diffusion de la Foi
- la Congrégation des Affaires du Siècle
- la Congrégation de la Sainte Inquisition
- la Congrégation des Saintes-Armées

Les Consistoires pontificaux (dits aussi conciles géodogmatiques) sont définis par regroupement linguistique et dirigé par un triumvirat constitué de 3 prélats portant le titre de cardinal:
- Le cardinal "Romain", il siège également à la Curie romaine et doit être bilingue francophone.
- Le cardinal "Chamberlain"
- Le cardinal "Primat" (dans les Consistoires il n'y a pas d'évêque Primat)
C’est la Curie Romaine qui accorde ou pas le droit à la création d'un consistoire pontifical.

La Curie peut accorder, ou pas, le droit d'assemblée aux évêques et autres prélats d'un regroupement de diocèses d'une même zone politique (d'une même province religieuse). Ils constituent alors une assemblée épiscopale. Elle est dirigée par un évêque Primat.

Les charges de la Curie

Le Pape

Il est l’autorité supérieure de l’Église et préside la Curie.

Le pape en temps que représentant direct de l’Église Universelle possède tout les pouvoirs cumulés des autres clercs.
Il peut éditer des bulles papales qui sont au-dessus de toutes les autres lois de l’Église.

Le collège des cardinaux

Le camerlingue: il est le représentant direct de la Curie, il peut parler en son nom et n’a de compte à rendre qu’au Saint-Père et au collège des cardinaux romains; il est élu par les cardinaux romains et suffragants parmi les cardinaux romains pour six mois maximum selon les règles définies par la curie elle-même.
Le camerlingue cumule les droits réservés aux cardinaux romains en plus des siens propres.
Le Camerlingue en l'absence du pape et du connétable désigne le chef suprême des Saintes Armés.
Le Camerlingue nomme l'archidiacre de Rome et détermine ses missions.

Le Cardinal connétable : il est désigné par le collège des cardinaux romains et suffragants; il est responsable de la défense de Rome et de la sécurité des clercs et prélats de l'Eglise Aristotélicienne. Il assure le commandement de toutes les forces rattachées à l'Eglise.
Le connétable cumule les droits réservés aux cardinaux romains en plus des siens propres.
Le connétable dirige et supervise l'ensemble de la Congrégation des Saintes Armées.

L'Archidiacre de Rome: il est désigné par le camerlingue.
L’archidiacre de Rome cumule les droits réservés aux cardinaux romains en plus des siens propres
En cas de disparition ou de démission du camerlingue, l'archidiacre veillera avec le collège à lancer dès que possible l'élection pour un nouveau camerlingue.

Les Cardinaux Romains: ils sont désignés par le collège des cardinaux ou directement par le Pape; ils sont membres de la Curie.

Les Cardinaux Suffragants: ils sont désignés par le collège des cardinaux ou directement par le Pape; ils sont membres d’un concile géodogmatique et membres consultants de la Curie .
Ils ne peuvent exercer leur autorité de cardinal que pour la zone géodogmatique dont ils dépendent, ils ont un accès consultatif au collège des cardinaux romain.

Les Cardinaux émérites: ils doivent avoir été cardinal romain ou suffragant de façon correcte et régulière plus de 6 mois; ils sont confirmés par la Curie pour une période de 6 mois; ils sont membres consultants de la Curie.
Ils ne possèdent plus que les droits relatifs à une autre charge éventuelle mais gardent un siège consultatif à la curie et peuvent célébrer tous les sacrements de l’Église aristotélicienne.

Les congrégations

La Congrégation du Saint-Office

Sous la direction d'un Cardinal chancelier, elle est en charge du dogme. Les Théologues lui sont rattachés. Elle assure en particulier la traduction des parties encore méconnues du Livre des vertus. Elle reçoit et corrige éventuellement puis soumet à validation tout nouveau texte doctrinal et en particulier les hagiographies (vies des saints).


La Congrégation pour la Diffusion de la Foi

Sous la direction d'un Cardinal chancelier, elle est en charge de la diffusion de la foi aristotélicienne. Lui sont rattachés:
* la Préfecture à l'enseignement aristotélicien qui organise le séminaire de Rome, organise et contrôle l'ensemble des séminaires primaires, encadre l'enseignement pastoral, propose aux Assemblées Episcopales qui en font la demande des clercs formés à la charge d’épiscopat.
* les Missionnaires qui sillonnent le monde pour soutenir la foi des croyants partout où le manque de clercs se fait trop sentir.
* les Pélerinages
* Les Exorcistes qui, réunis au sein de la Confrérie des exorcistes, s'occupent des affaires de possession.

Elle est chargée du lien entre la Curie et les Ordres religieux.
Elle assure le suivi et validation des dossiers de chapelle pour les paroisses non communautaires (hors OMR) et tient le registre des chapelles.

La Congrégation des Affaires du Siècle

Sous la direction du Cardinal Préfet, elle assure la gestion de la politique et de la diplomatie de l'église. Elle nomme et réunit les nonces et les ambassadeurs apostoliques. Chaque duché ou comté se voit affecter un nonce (ou un ambassadeur).

La Congrégation de la Sainte Inquisition

Sous la direction des Cardinaux Inquisiteurs, elle organise la justice de l'église.

La justice ordinaire est composée:
* à Rome de la Haute cour de justice ecclésiastique
* à Rome de du Tribunal pontifical (la Rote)
* dans les diocèses ou les archidiocèses des Officialités

La justice d'exception est le fait du Tribunal de l'inquisition.

La Congrégation des Saintes-Armées

Sous la direction du Cardinal Connétable, elle coordonne les Saintes Armées. Celles ci sont constituées des Ordres militaires religieux (OMR) et de la Garde.

La Garde est présente :
* à Rome : c'est la Garde Pontificale Romaine
* dans les archidiocèse : ce sont les gardes épiscopales, sous la responsabilité du Vidame.

Les grandes divisions administratives

Primatie : c'est l'ensemble des diocèses d’une zone géodogmatique placées sous l'autorité d'un Primat. En général les Primaties suivent des frontières administratives.

Zone Géodogmatique: C'est l'ensemble des territoires parlant une même langue regroupés et placées sous l'autorité d'un Consistoire national, dirigé par des Cardinaux-nationaux. Une zone géodogmatique peut contenir plusieurs Primaties. Par exemple, la zone gédogmatique Francophone contient la Primatie de France, la Primatie de Bretagne et la partie Francophone de la Primatie du SRING.

Il y a plusieurs Primaties. Nous pouvons citer quelques exemples:
Primatie de France.
Primatie SRING
Primatie d’Angleterre, Écosse et Irelande.
Primatie Grand Duché de Bretagne.
Primatie de la Couronne d'Aragon.
Primatie du Portugal.

Les Évêques d'une même Primatie sont regroupés ensemble dans une Assemblée Épiscopale.

Chaque assemblée dispose de ses propres statuts. Ceux de la province de France sont rangés à Rome.

C'est l'assemblée épiscopale qui nomme les évêques et archevêques de sa province.

L'Evêque Primat est à la tête de l'assemblée épiscopale

Il doit être avoir été évêque de façon correcte et régulière plus de 3 mois ; il est désigné par son assemblé selon les règles établies par cette assemblée ; il est intronisé par le camerlingue ou l’archidiacre de Rome.

L‘évêque Primat est au nom de son assemblée le supérieur hiérarchique directe de tout les évêques dépendant de sa primatie.
Dans l’hypothèse où le primat prend ses décisions seul (et avec ses vice-primats), le concile épiscopal a la faculté de le dénoncer a posteriori, et de substituer à la décrétale du primat la sienne propre, sur demande d’un de ses membres.

Le primat garde ses responsabilités au niveau de sa province ecclésiastique (s'il est archevêque) ou de son diocèse.


Questions

Questions d’ordre général :
  1. Quelle est la plus haute instance de notre église, sous la Présidence du Pape ?
  2. La Curie nomme-t-elle les évêques? Si non, qui le fait?
  3. Qu'est ce qu'une Primatie?
  4. Qu'est ce qu'une Assemblée épiscopale?

Questions locales. Répondez par des noms, en fonction de votre diocèse :
  1. Quelle instance rend la justice (de l'église) ordinaire ?
  2. Qui est le représentant de la diplomatie ?
  3. Qui dirige la garde épiscopale ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola, modifié par Mgr Yut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mar 5 Aoû - 8:28

Le texte sur le cumul des mandats? c'est dans le droit canon a rome je ne peux toujours pas donner de lien - de 7 jours

Questions

Questions d’ordre général :
Quelle est la plus haute instance de notre église, sous la Présidence du Pape ?

D'après ce que je comprends la Curie, elle comprend le secrétariat pontifical et le collège des Cardinaux.
(Et non je ne le développerais pas en 4 points hihi)

Le sacré collège est composé comme suis.
Il réunit Le camerlingue, Le Cardinal connétable, L'Archidiacre de Rome, Les Cardinaux Romains, Les Cardinaux Suffragants, Les Cardinaux émérites.

La Curie nomme-t-elle les évêques? Si non, qui le fait?
Non, bien sur sinon a quoi servirais la question déjà ?
c'est très mal expliqué en tout cas, mais je pense avoir trouvée c'est le collège des cardinaux qui nomme les évêques, enfin presque.
En effet c'est la congrégation de la diffusion de la foi qui nommera des évêques à l'étranger : surtout des évêques in partibus et ceux des églises autonomes d'après mes observations.


Qu'est ce qu'une Primatie?
La primatie, du latin prima sedes episcoporum, est la dignité d'un « primat », évêque qui possède une suprématie, au moins honorifique, sur tous les évêques et archevêques d'une région. Le terme désigne aussi l'étendue du ressort de la juridiction ecclésiastique du primat, et le siège de cette juridiction. L'église cathédrale du primat reçoit le titre de « primatiale ».

mais c'est pas dans le texte Smile, bon ici c'est l'ensemble des diocèses d’une zone géo-dogmatique placées sous l'autorité d'un Primat.
Alors qu'est ce que ce mot barbare geo dogmatique? il est composé de deux mot geo pour géographie et dogmatique pour dogme.
C'est un découpage que je qualifierais de social, qui respecte plus ou moins les frontière d'un pays ex la primatie du royaume de France ou celle du SRING, qui regroupe donc des archidiocèses, diocèses et paroisses, afin de diffuser le dogme, car il parle la même langue mais c'est totalement faux quand il s'agit du Sring mais bon.


Qu'est ce qu'une Assemblée épiscopale?

C'est l'ensemble des évêques d'une même primatie, elle est définit par des statuts et est dirigé par l’évêque Primat.

Questions locales. Répondez par des noms, en fonction de votre diocèse :
Quelle instance rend la justice (de l'église) ordinaire ? alors dans mon diocèse de lausanne personne
Qui est le représentant de la diplomatie ? personne
Qui dirige la garde épiscopale ? personne ça va vite hein ? :lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mar 5 Aoû - 20:41

leçon rondement menée  Very Happy 

Le credo aristotélicien

Ce cours va vous enseigner le véritable sens du Credo, ainsi que son importance.


Le texte

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN

Importance de ce texte

Le Credo est le texte fédérateur de notre Eglise, il est là pour faire grandir notre foi en notre cœur. Cette prière affirme notre foi et la crie au monde: il est le signe de notre union de croyants aristotéliciens.

Il illustre aussi le dogme et le résume en quelques mots. Tous les aristotéliciens doivent le connaître.


Travail

Vous expliquerez le texte comme si vous aviez devant vous un jeune paroissien demandant le baptême et que vous lui donniez un cours de catéchisme.

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mar 5 Aoû - 22:15

Je vais déjà donner le corrigé, après je ferais ma version mais ce sera plus long


Credo commenté par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte Église Aristotélicienne

Citation :
Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,

Dieu est tout puissant, car sans lui rien ne peut exister. Dieu est la source de toute chose, de la matière comme du vide, si bien qu’avant la création du monde, il n’existait même pas de vide, car même le vide est quelque chose. On appelait alors cet état sans existence «le Néant», où seul Dieu était.

Le temps, le mouvement, l’existence et le savoir sont issu de Dieu Lui-même. Il est la source de toutes choses. Il est omnipotent, car il suffit à Dieu de penser pour que le monde se fit, Il est omniscient, car Il est la source même du savoir et de l’existence, Il est omniprésent, car tout est issu de Lui et tout est en Lui.

Enfin, le Très-Haut, par son statut de divin, de source de la Création, est infini et éternel. Par Lui tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans Lui. Il est l'Alpha et l'Omega, ce qui signifie «le premier et le dernier».

Créateur du Ciel et de la Terre,

Cette phrase est à la dimension de l’homme. Par cette réplique, l’on tente d’englober l’ensemble de la Création, car de notre condition, le ciel et la terre sont partout. En affirmant que le Très-Haut créa le ciel et la terre, où que nous positionnons notre regard, de l’Orient à l’Occident, du Septentrion au Midi, nous ne faisons que contempler l’œuvre de Dieu, et uniquement celle-ci.

Par le ciel et la terre, on réunit donc l’ensemble de la création visible par l’homme, car la réplique suivante définira ce qui lui est invisible. Cependant, le ciel et la terre ne se résument pas aux arbres, à l’humus, aux nuages ou à la pluie, ils s’étendent aussi à l’homme, à l’ensemble des créatures vivantes, mais également aux sentiment, aux émotions, à tous ce que l’homme peut vivre ou ressentir et par qui ces sentiments existent.

Des Enfers et du Paradis,

Comme tout est issu de Dieu, le Tout-Puissant est également à l’origine des Enfers et du Paradis. C’est le monde invisible, par opposition au monde visible qu’est le ciel et la terre, comme nous venons de le démontrer. Le Livre des Vertus est une source appréciable pour connaître ces lieux, notamment dans sa troisième partie qui à pour titre «L’Éclipse» et où un jeune homme fait un songe durant lequel il visitera à la fois les Enfers sélénites et le Paradis solaire.

Car bien que nous évoquions de temps à autre que nos morts aillent au ciel, c’est en fait sur le Soleil qu’ils se rendent, terre d’accueil des enfants défunts du Très-Haut, terre de la Cité Céleste. C’est là, derrière l’image que nous avons des grilles du Paradis qu'Aristote et Christos, entourés des archanges et d’anges, attendent ceux qui auront réussi à vivre une vie exemplaire, vertueuse, aristotélicienne… À l’inverse, le sol lunaire attendra les hérétiques, les incroyants et les infidèles qui n’auront pas cru en l’existence de l’Éternel.

Sur la Lune règne les sept démons qui caractérisent les sept péchés capitaux, par opposition aux sept archanges qui symbolisent les sept vertus fondamentales de l’Aristotélisme et qui, eux, vivent auprès du Créateur.

Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Le chapitre de L’Éclipse du Livre des Vertus est un texte important pour connaître ce qui nous attend dans l’au-delà. Sypous, personnage principal de cette partie, nous relate sa confrontation avec le Tout-Puissant durant son songe, où il Lui dit : «J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. S'il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, sur la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aimes, mais c’est également à nous de T’aimer».

Ce passage résume les deux possibilités qui s’offriront à nous lorsque nous serons face à Dieu le jour de notre mort. Nous nous soumettrons alors à son jugement. Cependant, le Très-Haut nous laisse une chance, un choix, une dernière possibilité de nous racheter, si nous venions à Le rejoindre plus vite que nous l’aurions pensé.

En effet, dans son infinie mansuétude, Dieu nous permet de revenir à la vie si arrivé devant Lui, nous ne nous estimions pas assez vertueux pour mériter le Paradis, qu’au vu de notre vie la sentence pourrait bien être la damnation éternelle à l’Enfer lunaire. Choisir de revenir à la vie, c’est vouloir changer de mode d’existence et se tourner désormais vers l’Aristotélisme et ses valeurs, car le deuxième jugement pourrait bien être sans appel…

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,

Aristote le sage, serviteur du Très-Haut, à qui le verbe divin a été révélé et qui annonça la venue du Salut et de la lumière.

Depuis Oane, premier être humain à comprendre Dieu et à conduire la communauté originelle du Tout-Puissant, les Hommes s’étaient peu à peu détourner de Dieu pour finalement oublier jusqu’à Son existence. C’est alors qu’Il décida de poser la première pierre d’un édifice qui allait devenir sans doute la deuxième plus belle œuvre de Sa création : l’Église.

Aristote fut éclairé par la lumière divine, sa raison et ses enseignements allaient ouvrir le monde sur une nouvelle ère, celle du retour de la communauté des hommes dans le sillage de l’Amour infini du Très-Haut. Il était la première partie du binôme fondateur de l’Institution de Dieu et il annonçait déjà celui qui le complèterait : Christos.

Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Trois logions, symboles du message de Christos qui sont certaines de ses paroles révélatrices mises par écrit, servirons à nous expliquer, ou en tous cas nous aiderons comprendre ce passage du Credo.

Dans le logion III, Christos disait : «Mes amis, l'âme est composée de deux parties : la compréhension et le savoir. Aristote est venu vous apporter la compréhension, moi je suis venu vous apporter le savoir. Entre Aristote et moi se tient toute la différence qui existe entre convaincre et persuader». Cette phrase, peut être compliquée, doit être associée à deux autres logions afin d’être éclairée. Il s’agit des logions IV et V dans lesquels Christos affirme : «La foi apporte la vérité. Mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison» et «La raison et le mysticisme permettent tous deux de comprendre Dieu, chacun d'eux se retrouvant dans chacun de nous. À vous de trouver votre chemin vers le Très-Haut en vous inspirant de la raison d'Aristote et de mon mysticisme.»

Nous sommes donc face à plusieurs éléments de nous même, de notre âme et de notre esprit : la foi, la raison, la compréhension, le savoir et le mysticisme. Aristote touche plus particulièrement notre esprit, car Dieu se révèle tout d'abord dans sa doctrine lumineuse et ses enseignements, doctrine qui annonçait de manière prophétique l'enseignement de la Lumière d’une façon tout autre mais non moins complémentaire par le prophète Christos.

Foi et Raison sont comme les deux facettes d'une même réalité, comme l’exprime le logion que nous venons de citer : «La foi apporte la vérité, mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison»... Une même réalité qui forme un ensemble éclairé par les prophéties divines transmises aux hommes par l’intermédiaire d’Aristote et Christos. La vérité de la Raison et la compréhension furent l’œuvre du philosophe grec; elles furent le premier élément de cet universel sentiment que l’homme a retrouvé depuis la chute du paganisme : la Foi et la conscience de l’existence d’un seul et unique dieu : le Très-Haut.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.

Christos est messie, guide et miroir de la divinité.

Devant le spectacle impie qu’offrait l’humanité, Dieu décida, dans son infinie bonté et sagesse, qu’il était temps pour les hommes de voir arriver celui qui fut annoncé par Aristote, pour apporter le divin enseignement, incarnant par la même l’amitié vertueuse et le philanthropisme.

Christos aura la volonté d’aller enseigner à toutes les nations, de compléter l’ouvrage entamé par son illustre prédécesseur dans l’optique de l’établissement d’une Institution forte, morale et vertueuse, au service du Créateur duquel Il avait reçu la vérité divine.

Il affrontera sans relâche les tentatives perverses de la bête sans nom, il luttera par la foi, la sagesse et la non-violence contre ceux qui l’empêcheront de délivrer son message. Il finira enfin par s’offrir à l’humanité afin de montrer à Dieu que l’homme peut atteindre l’amitié parfaite vertueuse et unitive jusqu'à se sacrifier pour les autres sans rien attendre en retour.

Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.

Christos est, comme nous l’avons expliqué précédemment, le message complémentaire du Très-Haut et indispensable à la compréhension de la foi aristotélicienne. Par Aristote, emblème de la Raison, les pauvres d'esprits apprendront la science, et par Christos, porteur de la Foi, les savants progresseront dans la sagesse et dans la piété. L'équilibre prophétique divin trouve là son fondement.

L'étude de la philosophie et de la théologie doit être développée dans cet esprit d'union, et les théologiens seront conscients que de la beauté et de la pureté de leur doctrine découlera l'image que les fidèles se feront de la beauté même de Dieu. Ainsi les Livres Saints de la Révélation de Christos et ceux de la Révélation du Logos écrits par Aristote devront être lus de concert et se complètent mutuellement.

Voilà pourquoi Christos nous indique le chemin du Paradis. Par sa doctrine, sa foi et son message, il complète son prédécesseur dans une indispensable explication du mysticisme et de la foi. Il faut trouver le juste milieu entre les vertus et les péchés, entre les vertus elles-mêmes et entre la foi, car il ne suffit pas d’être vertueux pour être Aristotélicien, il faut aussi croire, il faut avoir la foi, il faut être persuadé par le message de Christos. C’est en cela que sa vie exemplaire est essentielle et c’est par ce qu’elle est exemplaire, que celle-ci nous mène tout droit au Paradis solaire.

C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

«Lui, aimant jusqu'à la fin, Homme parfait pur de tout péché accepta ce sort avec humilité, afin de réparer par son sacrifice volontaire les péchés de tous les Hommes passés, présents et futurs et pour établir à jamais l'amitié entre les Hommes et avec Dieu.»

Christos fut condamné à la croix, comme plus tard beaucoup des premiers Aristotéliciens. Mais ce qu’il y a d’admirable dans ce fait, c’est que Christos s’est offert lui-même à l’humanité pour réparer les fautes qu’elle avait commise au cour des siècles, fautes qui l’avait amené à renier l’existence de Dieu. Par son sacrifice, Christos apporte le salut et prouve à Dieu que l’on peut offrir, jusqu’à son propre corps, sa propre vie, sans rien attendre en retour et pour le bénéfice des autres.

La volonté de Christos en se donnant aux hommes est que ceux-ci adhèrent à l’Église de Dieu, croient et fondent leurs existences sur les principes aristotéliciens, la foi, les enseignements prophétiques de la raison et du mysticisme, et enfin, qu’ils imitent sa propre vie pour le salut de leurs âmes et la plus grande gloire du Royaume de Dieu.

Pour que jamais nous n’oublions, Christos institua le sacrement de l’amitié que nous répétons à chaque office. Le pain et le vin, symbole du prophète offert à l’Humanité, sont ainsi partagés à chaque célébration pour symboliser le partage et les liens qui lient ainsi les fidèles de l’Église, ceci, en sa propre mémoire et en celle du Très-Haut qui l’avait envoyé.

Je crois en l'Action Divine;

L’Action Divine se manifeste quotidiennement par la foi des fidèles aristotéliciens. La seule survivance de la Sainte Église à travers les premiers siècles de notre ère et jusqu’à nos jours en est la preuve la plus fondamentale. Persécutés, crucifiés, martyrisés, les premiers Aristotéliciens n’en sont pourtant pas resté à une simple communauté numériquement faible. A travers l’espace et le temps, grâce à la Foi, vivifié par l’Action Divine, l’Aristotélisme s’est développé malgré les contraintes et les vilénies que l’autorité en place infligeait aux premiers fidèles.

L’Action Divine, c’est l’espoir et la Foi, insufflée par Dieu aux hommes à travers l’Église qui canalise et centralise celle-ci pour la redistribuer à l’ensemble des fidèles, animant et inspirant cette volonté de se rapprocher toujours plus du divin à travers les sacrements donnés par la Sainte Institution de Dieu sur Terre elle-même.

L’Action Divine, c’est la sève de l’arbre qui permet à celui-ci de grandir sans cesse, de porter feuilles et fruits…

En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;

La Sainte Église Aristotélicienne trouve ses racines à la fois en terre hellénique et en terre sainte. C’est l’union entre les deux enseignements des prophètes Aristote et Christos qui donna naissance à la Sainte Institution. Ils sont le fondement même de la parole divine et sans lesquels l’Église n’existerait pas.

Cependant, c’est à Christos que l’on doit la création institutionnelle de l’Église de Dieu. En effet, lors d’un repas il interpela Titus, l’un des ses apôtres préférés, et le chargea de l’aider à construire l’Église pour la plus grande gloire des Cieux. A ses autres disciples, il confia la lourde tâche de porter la bonne parole à travers l’empire romain qui pourchassait à cette époque tous ceux qui se revendiquaient de la philosophie aristotélicienne.

Aujourd’hui, les évêques sont les successeurs des apôtres de Christos, et le premier d’entre eux est le successeur de Titus, l’évêque de la Ville Éternelle, voilà pourquoi on la nomme «Romaine», c'est également pour cela qu'elle est apostolique.

En outre, elle est «Sainte», car Institution de Dieu. Elle est «Une», car les fidèles ne forment qu’une seule et même famille, dont le père est le Créateur Lui-même. Elle est donc «Indivisible», car «Une». Dieu étant Un, la foi étant basée sur l’amitié unitive, tout schisme est donc considéré comme un reniement de l’Église primaire fondée par Christos, et un reniement d’une partie de la famille à laquelle on appartient, sinon de l’autorité ou de la légitime succession du premier représentant de Dieu sur Terre.

Enfin, par son statut d’institution de Dieu par laquelle Il fait entendre sa voix, la Sainte et Immuable Église Aristotélicienne est seule qualifiée pour interpréter l'enseignement divin. Elle veillera ainsi en bon pasteur, comme le fut Christos, au maintien de l'unité de la Foi, de l'harmonie de la doctrine, et de la concorde entre les croyants.

En la communion des Saints;

Cette réplique est d’une importance majeure, car elle symbolise l’union universelle de l’Église à travers le temps, l’univers visible et invisible. On nomme aussi «communion des Saints» : l’amitié Aristotélicienne.

Lorsque l’on devient fidèle de la Sainte Église Aristotélicienne par le baptême, nous sommes invités à tendre vers le divin. Or, tendre vers le divin, c’est tendre vers l’état de sainteté, état que tout fidèle est invité à atteindre… Pour notre Sainte Mère l’Église, le fidèle est Saint quand il a atteint le paradis solaire, gage d’une vie qui fut vertueuse, du moins, suffisamment pour que le Très-Haut ait accordé Sa confiance et le droit de vivre éternellement dans la Cité Céleste.

À côté des fidèles, devenu saints par leur accession au Paradis solaire, nous trouvons les Saints placer sur un piédestal par la Sainte Église. Ceux-ci sont ceux qui ont eut une vie plus vertueuse encore que la normale. Ils sont distingués, car l’Église est certaine qu’ils ont atteint le Soleil sans entraves ni difficultés. Ils sont élevés en modèle de sanctification et intercèdent auprès du Tout-Puissant lorsque les fidèles d’ici bas leur adressent des prières.

Enfin, comme nous le spécifions au début de ce paragraphe, la communion des Saints ne se limite pas aux défunts, elle englobe ce que l’on nomme l’Église Militante et l’Église Triomphante. La première étant l’Église d’ici bas, la seconde étant l’Église des Cieux, toutes deux rassemblées en une seule et même Église pour la plus grande gloire de Dieu.

La communion des Saints doit être, avant tout, une communion de toutes les âmes en Celui qui est la vie, la Lumière et l'Amour.

En la rémission des péchés.

Un théologien du Saint Office, la congrégation qui à pour charge la conservation et l’analyse des écritures et des dogmes, faisait remarquer que les érudits des temps anciens et de nos jours affirmaient par calcul que la Lune était beaucoup plus petite que le Soleil, lui-même immensément plus grand que la Terre. Or, comme nous le savons, le Soleil est la terre d’accueil du Très-Haut pour les âmes des défunts.

Ainsi, nous pouvons donc en déduire, que Dieu, dans son infini sagesse et sa pleine omniscience savait que l’Homme ne serait pas foncièrement mauvais, mais justement qu’il chercherait à se faire pardonner des fautes commises, puisqu’Il a prévu un lieu infiniment plus grand pour les âmes sauvées que pour les âmes damnées.

Avec l’Amour, le Pardon est sans doute le plus beau cadeau que le Seigneur peut nous donner après le don de la vie elle-même. Dieu, dans son infinie mansuétude, pardonne aux hommes leurs fautes, leurs péchés. Cependant, l’homme doit croire en cette rémission, en ce cadeau. Il doit entreprendre cette démarche dans l’optique sincère de se voir lavé du mal commis.

Et c’est par la confession que Dieu nous accorde son pardon. Lorsque l’on partage ses peines et ses regrets avec quelqu’un, un prêtre, on entreprend la démarche de se soulager d’un sentiment, d’un souvenir de culpabilité. «Le commencement des bonnes œuvres, c’est la confession des œuvres mauvaises. Tu fais la vérité et tu viens à la Lumière.»

Parfois, ce sera dans la souffrance que l’on lavera ses péchés, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut la rechercher, car Dieu ne le veut pas ainsi. Si elle se présente, si on la subit, il faut la prendre comme une épreuve à surmonter grâce à la foi retrouvée en la rémission du péché, pour la rendre plus forte encore qu’avant. C’est là, le but de la pénitence, renforcer la Foi à travers un sacrifice du corps et de l’esprit et recouvrer pleinement Dieu et la communion des Saints.

Croire en la rémission des péchés, c’est donc croire en l’infinie bonté du Très-Haut, en son amour infini, en son pardon gracieux et gratuit. La seule rétribution qu’il demande en retour, c’est de l’aimer!

En la vie éternelle.

La vie éternelle sera l’affaire de tout Homme. Qu'il soit bon ou mauvais, après sa mort il sera confronté au jugement divin qui décidera si l’Homme est condamné à l’enfer lunaire ou au paradis solaire pour l’éternité. Le premier est bien entendu un monde de souffrance et de malheurs que se partage les sept ange-démons symbolisant chacun un des grands péchés. Chaque homme jugé indigne du paradis solaire sera affecté à l’un d’eux selon le vice vers lequel il aura le plus tendu.

Le second est le monde de Dieu, le lieu de la Cité Céleste où sont rassemblé l’ensemble des fidèles de la Sainte Église qui ont mené une vie exemplaire, empreinte de vertu. On y retrouve Aristote, Christos, Oane, le premier d’entre les humains à avoir compris Dieu, les sept archanges et les myriades d’anges, les saints, nos frères et nos sœurs en l’Église…

Ceux qui sont dans la gloire du Ciel, auprès du Père universel et créateur, vive pour l’éternité à ses côtés dans la pleine béatitude et l’amour infini du Tout-Puissant. La vie éternelle au sein de l’Église Triomphante de la Cité Céleste est le point d’aboutissement de la Foi du fidèle Aristotélicien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mer 6 Aoû - 0:22

donc voila ma version,elle est différente plus courte Smile

Je vais essayer de te faire comprendre la prière, cette prière nous a été donné
par le Très Haut lui même.
Elle résume à elle seule, tout ce quoi nous croyons.
C'est, pour faire une image, la pierre fondatrice de aristotélisme, et celle qui scelle notre foi.
Elle est aussi un condensé du dogme

allons y petit bout par petit bout.


Chapitre premier.

Citation :
Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.
Cela signifie que tu crois au Seigneur, qu'il est un et unique
Qu'il est omniscient, omniprésent et omnipotent.
Quil a créer notre univers,mais aussi ce que nous ne voyons pas.
Que seul lui juge tes actes et que tu devra lui en rendre compte lors de ta mort.

On peut en conclure que cette partie resume parfaitement la partie création dans le livre des vertus.


Chapitre deux

Citation :
Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Dans se chapitre on présente Aristote premier prophete de Dieu
On le présente comme le prophète de la sagesse, on dit aussi qu'il est humain
c'est très important, car il est enfant d'homme comme toi.
On parle de ce qu'il enseigne,Aristote c'est tout une philosophie.

Cette partie résume la vita d'Aristote dans le Dogme.


Chapitre 3

Citation :
Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Ici on parle de second prophète, Christos et encore on insiste sur le fait de son humanité.
IL est même un peu plus qu'un prophète il est messie dans le vrai sens du therme.
C'est a dire ouin par dieu, oui il a eu cette chance d'être beni par le Très Haut.
Mais il n'en est pas le fils.
L'importance de Christos est Capitale et nous le louons pour son sacrifice, sacrifice ultime
celui de sa vie, pour nous sauver alors que Dieu aurait pu nous aneantir pour toujours.
On parle aussi du Paradis solaire, on dit ou il est, et comme tu t'en doute
Tout homme bon vas au soleil, aristote y etait déjà et l'a acceuillit.

ce chapitre résume donc la vita de christos.

En deux court chapitre nous avons résumé le duo prophetique, un autre livre du dogme.


enfin le dernier chapitre de notre prière que nous allons detaillé car elle en dit des choses Smile


Citation :
Je crois en l'Action Divine;
Finalement, tout dépend de la grâce de Dieu. Sa
grâce est la source du salut, aussi bien que la
force et la motivation du salut.


En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
Cela signifie que non seulement tu admets qu'il n'y a qu'une église qui soit la vraie
mais aussi qu'elle est la détentrice de la seule et unique vérité et qu'elle est gardienne du seul vrai Dogme.


Citation :
En la communion des Saints;
La comunion des saints c'est l'union de l'ensemble des fidèles vivants et morts unis,
par leur apartenance à la religion aristotélicienne.
N'oublie pas que ton ame survit a ta mort physique.


Citation :
En la rémission des péchés
C'est le pardon des péchés, si tu es sincère et que tu regrettes profondément ce que tu as fait et que tu as le courage de te confesser,alors Dieu te pardonnera

Citation :
En la Vie Eternelle.
Croire en la vie éternelle signifie que tu crois en l'âme, que ta vie ne s’arrête pas
par ce que ton corps arrete d'exister.
C'est aussi croire qu'il y a un ailleurs, l'enfer et le paradis.

A tu bien tout compris?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mer 6 Aoû - 6:53

Magnifique!  cheers 


La Création

Nous allons maintenant aborder le Dogme, autrement dit le Livre des Vertus. Ce cours vous en présente la première partie.


La Création est la première partie du Livre I, intitulé le Mythe aristotélicien, qui compose le Livre des vertus.
Le Livre de la Création est composé de huit chapitres qui sont :
    I : L'univers
    II : La vie
    III : Les créatures
    IV : Le doute
    V : La réunion
    VI : La question
    VII : L'amour
    VIII : La décision


Résumé

A l’origine, seul Dieu existait, le reste n’était que Néant. Dieu décida donc de se faire Créateur afin d’avoir quelque chose à aimer. Il créa donc l’Univers et le Monde. Mais Sa création ne pouvait l’aimer en retour. La vie fut alors inventée, mêlant la matière à l’esprit, une chose où Dieu avait mis le plus de lui : il peut penser et ressentir, donc aimer. L’esprit est une chose supérieure, elle tend à se rapprocher de Dieu.
Toutes les créatures se vantaient chacune d’être la préférée de Dieu. Seule une avait l’impression d’être la lie de la Création : l’espèce humaine. Dieu le vit, et il décida de réunir toute les espèces pour déterminer laquelle serait celle des enfants de Dieu.
Dans une grande plaine, toute la Création fut réunie, et Dieu posa une question…
“Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie?”.
Le silence lui répondit jusqu’à ce qu’une créature s’avance et dise que selon elle le sens de la vie était la domination du plus fort sur le faible. Mais Dieu, au lieu de la féliciter, se tût.
Alors, il poussa un humain, que l’on disait faible d’esprit, à prendre la parole et à donner sa réponse. Cet homme était Oane et il répondit que le sens de la vie était l’Amour : Dieu aimait sa création et la création devait aimer Dieu. Dieu fit donc des hommes ses enfants, leur esprit devint l’âme et ils reçurent la domination des autres espèces qui perdirent l’usage du langage.
La créature qui avait fait l’apologie de la violence fut, quant à elle, chargé de tenter les hommes par le vice.

Extrait

Création I: L’univers

Au commencement, il n’y avait que Dieu.
Il n’y avait encore ni matière, ni énergie, ni mouvement. Il n’y avait même pas le vide, comme celui qui aujourd’hui sépare le monde des étoiles, car même le vide est quelque chose. Non, ce qui Le composait alors, c’était le Néant. Cela ne se définit pas comme l’absence de tout chose car, lorsque l’on dit de quelque chose qu’il est absent, nous avons conscience de la possibilité de son existence. Le Néant, c’est lorsque même l’idée de l’existence est impossible. Sauf pour Dieu.
Mais Dieu est supérieur à tout, y compris au Néant. Il n’a pas de commencement ni de fin. Il est donc l’Infini et l’Eternel. Il est l’Être Parfait, sur qui rien n’a de prise, rien ne peut agir, rien ne peut interférer. Il Lui suffit d’une simple pensée pour que quelque chose passe du Néant à l’Existence et d’une autre simple pensée pour que cela retourne de l’Existence au Néant. Tout Lui est donc possible et tout Lui doit donc son existence.
Dieu est la Matière Première à partir de laquelle tout est créé. La matière, l’énergie, le mouvement et le temps sont eux-même composés de Lui. Ceci fait que tout ce qui existe, ainsi que le Néant lui-même, fait partie de Lui. Il est aussi le Créateur de toutes choses. C’est Lui qui crée tout ce qui existe et lui donne sa forme et son contenu. Il est enfin le Très Haut, car Il est la cause même de l’existence de toutes choses, y compris du Néant.
De ce fait, Dieu sait tout, car le savoir même fait partie de Lui, est créé par Lui et trouve sa cause en Lui. On dit ainsi qu’Il est omniscient. De plus, Il est partout car, aussi loin que l’on aille, on se trouve toujours en Lui. On le qualifie donc d’omniprésent. Enfin, Il peut agir partout car, étant partout et sachant tout, rien ne peut entraver Son action.
Dieu pensa et un point minuscule apparut. Ainsi, par la création de cet unique minuscule point, Il venait de faire disparaître le Néant. Dorénavant, Il serait composé de l’Existence et du vide, mais plus du Néant. Il décida de nommer ce point minuscule “univers” et le fit exploser en une myriade d’étoiles, qui vinrent peupler le vide. Jamais plus, elles ne cessèrent de resplendir au firmament céleste.
Alors Dieu créa les deux mouvements: les choses lourdes iraient vers le bas et les choses légères vers le haut. Il créa également les quatre éléments. Le plus lourd était la terre. Puis venaient l’eau, le vent et le feu. Il les disposa dans l’ordre hiérarchique de leur pesanteur. La terre se trouvait donc au centre. Elle fut recouverte par l’eau, elle-même recouverte par l’air. Enfin, le plus léger des éléments, le feu, vint couvrir le tout.
Cette boule de matière, Dieu la nomma Monde. Afin que mouvement se fasse, Il entreprit de défaire l’ordre hiérarchique des éléments. Il plaça le feu au centre de la terre et l’eau dans le ciel, au-dessus de l’air. Les éléments bougeaient, alternant ordre et désordre, retournant systématiquement du désordre à l’ordre. Dieu se plaisait à voir comment Sa création se mouvait pour correspondre à l’ordre hiérarchique de leur pesanteur.

Spyosu


Questions
  1. Qu’est-ce que le Néant ?
  2. Quels sont les qualificatifs de Dieu donnés par le texte ?
  3. Que crée Dieu au départ ? Comment nomme-t-il sa première création ?
  4. Que crée-t-il ensuite ?
  5. Comment fait-il pour que le mouvement existe ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mer 6 Aoû - 7:23

1. Qu’est-ce que le Néant ?

J'aurais envie de dire que c'est rien, mais ce n'est pas le cas, c'est plus l'absence de choses, même l'absence du vide,le néant est au delà de rien, plus vide que l'absence de quelque chose.
Le néant est un concept d'absence absolue, ou de nullité absolue. Il est directement et indissociablement lié à la notion d'existence.


2. Quels sont les qualificatifs de Dieu donnés par le texte ?
les qualificatifs de Dieu sont :
Dieu, le Créateur, l’Infini et l’Eternel, l’Être Parfait, le Très Haut


remarque : j'ai omis volontairement omniscient, omniprésent car se ne sont pas des qualificatifs au sens propre du terme

3. Que crée Dieu au départ ? Comment nomme-t-il sa première création ?
Le Trés Haut crée L'univers et la terre.

4. Que crée-t-il ensuite ?
Il crée ensuite la vie, ce dont je l'en remercie grandement. Smile

5.Comment fait-il pour que le mouvement existe ?
Après avoir crée le monde, c'est vrai qu'une planète comme ça c'est jolie mais limité, avec le mouvement c'est mieux.
Il place le feu au centre de la terre (quoique même si c'est plus chaud que le soleil le centre de la terre est solide composé en grande partie par du fer) et l’eau dans le ciel, au-dessus de l’air. comme c’était l'ordre puis le chaos, personnellement j'ai jamais vue l'eau au dessus de l'air Smile, le mouvement se crée enfin.heureusement maintenant que le mouvement existe l'ordre est revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mer 6 Aoû - 19:03

parfait!

La préhistoire

Ce cours vous présente la suite de notre dogme.


La Pré-Histoire est la deuxième partie du Livre I du Livre des Vertus intitulé Le Mythe Aristotélicien.
Elle est subdivisée en 8 chapitres.
    I: Oanylone
    II: Le travail
    III: L'acédie
    IV: Les péchés
    V: Le roi du péché
    VI: La punition
    VII: L'exode
    VIII: Le paganisme


Résumé

Les hommes, devenus les enfants de Dieu, suivent Oane. Celui-ci, qui était considéré comme simple d’esprit, par sa réponse à Dieu est devenu le guide de la communauté. Il la conduit donc dans un endroit où une ville pourra être construite et meurt à l’arrivée, dans l’espoir d’une vie meilleur. Les hommes construisent donc une ville : Oanylone et décide que la tombe de leur guide sera un lieu de recueillement et de prière à Dieu.

Les hommes travaillaient six jours à leur subsistance comme leur avait conseillé Dieu et gardaient le septième pour la prière. Mais il fallut de moins en moins de temps pour travailler et les hommes sombrèrent peu à peu dans l’acédie. Ils paraissaient de plus en plus souvent et même le septième jour au lieu de prier.

Après l’acédie, ce fut d’autres pêchés qui apparurent à la chaîne : la gourmandise, l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure. Cette débauche était encouragée par la Créature Sans Nom qui voulait prouver à Dieu qu’elle avait raison lorsqu’elle affirmait que le fort devait dominer le faible.

Alors Dieu intervint. Il décida de donner une leçon au genre humain. Dans sept jour, il détruira la ville. Tout ceux qui s’y trouveront encore mourraient et seraient envoyés dans la Lune, sauf si ils se repentaient, alors le soleil les accueilleraient.

La plupart quittèrent la ville et se livrèrent au paganisme jusqu’à ce qu’un prophète : Aristote leur arrive.

Les autres se regroupèrent autour de prêcheurs : sept qui prêchaient le vice et la non-puissance de Dieu : Asmodée qui prônait la gourmandise, Azazel la luxure, Belial l’orgueil, Lucifer l’acédie, Belzébuth l’avarice, Léviathan la colère et Satan l’envie. Ceux là allèrent en Enfer et devinrent les démons.

Mais d’autres se regroupèrent autour de sept vertueux et devinrent les anges. Ces sept sont : Gabriel prêchant la tempérance, Georges l’amitié, Michel la justice, Miguaël le don de soi, Galadrielle la conservation, Sylphaël le plaisir et Raphaëlle la conviction.

Extrait

Pré-Histoire I - Oanylone

Les humains étaient désormais les enfants de Dieu. Cela avait pour conséquence qu’ils étaient maintenant dotés dune âme, qui serait jugées à la fin des temps en fonction de leur pratique de la vertu. De plus, cela faisait qu’ils étaient maintenant voués à travailler pour assurer leur subsistance. Les autres créatures de la création, exceptée celle que le Très Haut n’avait pas nommé, leur étaient soumises. Les humains pouvaient ainsi les cultiver et les élever pour s’en nourrir.

Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché. Etant omniscient, Il savait déjà comment serait leur avenir, mais il voulait que ce soit à eux de faire leurs preuves, sans les juger par avance.

Oane, celui qui avait correctement répondu à Dieu, était maintenant passé du statut simple d’esprit de la communauté à guide de celle-ci. Il ne rechignait pas à la tâche. Il les conduit à travers le monde se trouver un lieu propice à leur épanouissement. Pendant des années, ils traversèrent des déserts, des montagnes et des plaines du monde entier. Oane s’affaiblissait tout au long de ce périple, mais il n’abandonna jamais.

Finalement, le jour vint où ils trouvèrent une vallée propice à leur établissement. Il s'y trouvait un lac, qui semblait foisonnant de poissons. De vastes espaces étaient propices à l’élevage et à la culture. Les forêts environnantes fourniraient du bois. Il y avait même un verger, où poussaient de nombreux arbres fruitiers. La vallée se trouvait au pied d’une montagne, d’où des minéraux, tels que de l’or, du fer ou du charbon, pouvaient être extraits.

Oane était ravi que sa quête soit enfin arrivée à son terme. Il admirait la plaine du regard lorsqu’il s’effondra. Tous s’attroupèrent autour de lui pour lui venir en aide. Quelques uns tentaient de le maintenir dans une position presque assise, mais il était clair pour tous qu’il vivait ses derniers instants. Mais, malgré le tragique de l’événement, alors que tous étaient effarés, Oane arborait un sourire plein de sérénité.

Il dit: “N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservé dans le monde et ait accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu. Alors, que vos larmes ne soient pas de tristesse mais de joie, car le Très Haut me fait le plus beau des cadeaux. Aimez Le et Il vous aimera. Adorez-Le et Il vous bénira. Vivez dans la vertu et Il vous accueillera à Ses côtés.”

Alors, il rendit son dernier soupir. Et tous se regardèrent les uns les autres, ne comprenant pas cette sérénité qui s’affichait encore sur le visage de leur guide. Ils enterrèrent son corps au milieu de la vallée, là où ils vivraient dorénavant. Ils firent le serment que, chaque semaine, ils se réuniraient autour de sa tombe, afin qu’il les accompagne et les guide lorsqu’ils rendraient hommage à Dieu.

Mais aucun ne comprit que l’amour qu’avait Oane pour Dieu lui fasse accepter la mort avec autant de sérénité. Mais personne ne voulait lui faire le moindre reproche, à lui qui avait tant fait pour eux. En hommage à sa vie au service des humains et de Dieu, ils décidèrent de nommer la cité qu’ils allaient construire Oanylone, “la cité d’Oane”.

Spyosu


Questions
  1. “Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché.”

    Pouvez-vous, après avoir lu le texte, m’expliquer cette phrase qui résume une situation ? Pourquoi ceci est-il important dans notre vie ?

  2. Quel est le rapport existant avec la phrase citée précédente et celle-ci:

    “ N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservé dans le monde et ait accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu."

  3. “ Les autres créatures de la création, exceptée celle que le Très Haut n’avait pas nommé, leur étaient soumises.”

    La domination que nous avons sur les autres créatures nous permet elle de les tuer pour notre bon plaisir ? Pourquoi ?

  4. Dans le texte, les humains commencent à se retrouver autour de la tombe d’Oane afin de prier.
    La façon dont est traité Oane ne rappelle-t-elle pas un statut qui est parfois donné aux hommes de nos jours ?
    Pouvez-vous expliquer ce statut ?
    La façon dont ces hommes et ces femmes se réunissent ne préfigure pas un usage que nous avons, nous aristotéliciens ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola


HRP absent de demain a lundi inclus HRP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mer 6 Aoû - 22:56

“Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché.”

Pouvez-vous, après avoir lu le texte, m’expliquer cette phrase qui résume une situation ? Pourquoi ceci est-il important dans notre vie ?

Dieu nous a fait le plus beau cadeaux qu'il soit le libre arbitre, la liberté, il a laisser la créature sans nom, sur terre pour nous tenter vers le mal, plaçant en nous une grande confiance.
Nous avons le choix de notre chemin, nos actes, nos paroles sont ce que nous sommes, et nous somme, ce qu'on fait de sa vie.
ON peut très bien être aristotélicien et faire le mal, et dans se cas même la confession n'y fera rien on finira aux enfers, ou bien passer sa vie sans rien savoir et faire le bien car il est naturel et finir au paradis.
"heureux les simple d'esprit car le paradis solaire leur est ouvert Wink "




Quel est le rapport existant avec la phrase citée précédente et celle-ci:

“ N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservé dans le monde et ait accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu."

Il explique que la mort n'est pas une fin, mais un commencement, par rapport à la phrase cité au dessus, le rapport est simple.
Oane aillant œuvré toute sa vie pour le bien, les porte du paradis lui était ouverte, comme il est dit au dessus il a eu le choix il a fait le sien, mais il le dit si on choisit la mauvaise voix alors c'est les enfers qui nous attendent comme dit dans la phrase au dessus.
Le sans nom est malin, rusé, il faut s'en méfier.


“ Les autres créatures de la création, exceptée celle que le Très Haut n’avait pas nommé, leur étaient soumises.”

La domination que nous avons sur les autres créatures nous permet elle de les tuer pour notre bon plaisir ? Pourquoi ?
Non bien sur que non. Elle doit nous servir a nous nourrir, nous faisons de l’élevage a cette fin, c'est un crime que d’abattre des créatures pour le plaisir, d’ailleurs on dit créature, mais nous somme aussi des créatures de Dieu, alors a votre avis avons nous le droit de tuer nos voisins pour le plaisir?

Dans le texte, les humains commencent à se retrouver autour de la tombe d’Oane afin de prier.
La façon dont est traité Oane ne rappelle-t-elle pas un statut qui est parfois donné aux hommes de nos jours ?
IL est rare ce statut, le dernier a l'avoir reçu doit être monseigneur Wilgeforte, justement a qui nous devons ce séminaire, c'est le statut de saint.

Pouvez-vous expliquer ce statut ?
Les saints sont des hommes ou des femmes distingués pour leur élévation spirituelle et proposés aux croyants comme modèles de vie en raison d'un trait de personnalité ou d'un comportement réputé exemplaire.

La façon dont ces hommes et ces femmes se réunissent ne préfigure pas un usage que nous avons, nous aristotéliciens ?
Oui cela me rappelle la messe ou les fidèles se réunissent chaque semaine autour d'un clerc pour prier.

HRP bon week end Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Jeu 7 Aoû - 6:44

Tres belle leçon

L'Éclipse

Ce cours va vous faire découvrir la troisième partie du Livre des Vertus.


L'Éclipse est la troisième partie du Mythe Aristotélicien, elle est subdivisée en 8 chapitres.
    I: La lune
    II: Le brouillard
    III: La plaine
    IV: Les galeries
    V: Le pic
    VI: Le soleil
    VII: Le Paradis
    VIII: La résurrection


Résumé

Par une belle journée, Sypous se promenait et observa un phénomène étrange. La lune était présente en plein jour : le paradis et l'enfer étaient près l'un de l'autre. Bientôt la lune passa même devant le soleil, provocant l'obscurité.
Tandis que Sypous observait avec appréhension ce phénomène, quelque chose d'encore plus étrange arriva. Un arc en ciel de couleur partant de la lune pour arriver jusqu'au pied de Sypous s'était formé. Il monta dessus pour marcher jusqu'à la lune.
Il rencontra les 7 démons les uns après les autres :
- Asmodée, Prince de la Luxure
- Belial, Prince de l’Orgueil
- Satan, Prince de l’Envie
- Léviathan, Prince de la Colère
- Azazel, Prince de la Gourmandise
- Belzébuth, Prince de l’Avarice
- Lucifer, Prince de l’Acédie
Chacun lui expliqua le pêcher qui menait à lui.
Puis il vit sept anges se poser devant lui. Ils l'emmenèrent sur le soleil où il fut accueilli par Aristote et Christos. Puis Dieu lui posa une question : “Toi, l’humain que les tiens nomment Sypous, tu es venu à Moi, découvrant tout ce qu’un humain pourra connaître après sa mort. Tu as visité chacun des sept Enfers, où tu as rencontré chacun des Princes-démons, qui se sont présentés à toi, conformément à Ma volonté. Qu’as-tu retenu de tes périples?”
Sypous répondit : “J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. Si il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, dans la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aime, mais c’est également à nous de T’aimer.”
Dieu dit: “Maintenant, le temps est venu pour toi de faire ton choix. Tu peux décider d’accepter la mort. Dans ce cas, je jugerait toute ta vie, les moments où tu as su oeuvrer pour la vertu et ceux où tu t’es détourné d’elle. Si, alors, Je juge que tu le mérite, tu rejoindra les élus pour une éternité de joie et de bonheur. Mais si Je juge alors que ta vie n’a pas été assez vertueuse, tu connaîtra une éternité de tourments en Enfer. Mais, si tu penses que ton temps n’a pas encore été accompli, que tu n’as pas encore fait tes preuves devant Moi, tu peux décider de revenir à la vie.”
Sypous choisi la résurrection. Dieu dit alors: “Depuis que J’ai décidé de changer l’esprit des humains en âme, afin qu’elle soit jugée à leur mort, chacun d’eux parcourt le chemin qui t’a conduit à Moi, et Je pose la même question à chacun d’eux. Certains ont la même prudence que toi, d’autres accèdent au Paradis, et d’autres surestiment la qualité de leur vécu et sont envoyés en Enfer.”
“Ceux qui ont opté, comme toi, pour la résurrection ne gardent pas traces de leur périple céleste dans leur mémoire. Ainsi, leur comportement ne change que si la leçon s’est gravée au fond de leur cœur. Mais, afin que tous sachent quel sort terrible les attend si ils se détournent de mon amour, je te laisse exceptionnellement la mémoire. Tu pourra ainsi témoigner de ton périple. Et ton témoignage restera pour les siècles des siècles. Maintenant que tu sais quel tâche Je t’ai confié, retourne à la vie, jusqu’à ce que Je te rappelle pour que tu fasse un nouveau choix.”
Et Sypous se réveilla dans son lit où on lui expliqua que cela faisait 9 jours qu'il était mort.

Extrait

L’éclipse II: Le brouillard

Je marchai donc sur un pont rayé de six couleurs, en destination de la lune, sous un ciel d’encre vide de toute étoile. Le trajet me sembla durer une éternité. Mais, alors que je commençais à désespérer de la distance qui me restait à parcourir, je perdis l’équilibre. En effet, les bandes de couleurs qui constituaient le pont que je traversais se mêlèrent en une seule et unique lumière blanche. Celle-ci, telle de l’eau, s'abattait sur la surface de la lune en une cascade laiteuse. Je m’effondrai pathétiquement au sol et, fortement agacé, me relevai, essuyant la poussière de mes vêtements.
Tout autour de moi, je voyais un brouillard blanchâtre peu engageant. Il faisait chaud et moite au sein de cet air dense et irrespirable. J’essayais d’avancer mais mes mouvements était lents et maladroits, tant le brouillard semblait s’agripper à mon corps. Mes pieds s’enfonçaient dans le sol mou et visqueux. J’en venais à souhaiter que le vent se lève afin de disperser cette gangue crémeuse qui m’entourait. Mais ce lieu me donnait l’impression de ne pas avoir connu la moindre brise depuis la nuit des temps. C’était la même atmosphère moite qui régnait depuis. Je me croyais dans un tombeau.
C’est alors que je sentis une longue langue me lécher le torse. Paralysé par la terreur, je m’immobilisai. Regardant autour de moi, je discernai enfin des formes. Elles étaient innombrables et ressemblaient fort peu à des êtres humains. L’une d’elles, de taille gigantesque se dressa face à moi, et je pus en détailler la laideur. Entièrement nu, ce démon avait une peau lisse, gorgée de sueur, et des jambes arquée, entre lesquels les attributs de la masculinité s’affichaient sans pudeur. Je vis également que sa poitrine portait les attributs de la féminité. J’espérais découvrir un visage humain, mais, à la place, se trouvait une gueule semblable à celle d’un serpent, de laquelle sortait une longue langue dressée vers moi.
Le monstre me dit: “ Je suis Asmodée, Prince de la Luxure. Raphaëlle, Archange de la Conviction, est mon opposée. Celui qui se complaît dans l’abus des choses de la chair et dans le nihilisme le plus total vient rejoindre les rangs de mes damnés.” Je ne savais pas quelle réponse donner à une si horrible créature, mais elle n’en attendait pas et s’écarta de mon chemin. C’est alors que je vis un long couloir creusé dans le dense brouillard. Je ne me fis pas prier pour l’emprunter et ainsi échapper à ces bêtes luxurieuses. Le sol était de moins en moins pâteux et devenait de plus en plus sableux. La couleur blanchâtre laissait peu à peu la place à une sombre lueur turquoise.
Au bout d’un temps indéfinissable, j’accédai à une gigantesque grotte. Des piliers titanesques soutenaient sa voûte, que j’avais du mal à discerner, étant donnée sa hauteur. Un lac aux dimensions homériques emplissait les lieux. Son liquide, qu’aucune onde ne venait troubler, irradiait d’une sombre lueur turquoise, colorant ainsi toutes les roches environnantes. Aucune vie ne semblait pouvoir se maintenir en ces lieux. Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis, parmi les roches qui s’entassaient le long de la berge des formes obscures se lever. Leurs mouvements étaient lents, maladroits, et peu affirmés.
Elles semblaient devoir faire un effort surhumain pour entrer en mouvement. Je les voyais toutes pleurer leur état déliquescent et amorphe. C’est alors qu’une gerbe de liquide turquoise surgit de la surface du lac. Une énorme créature à la peau écailleuse et à la longue queue de lézard surgit du liquide. Surmontant une mâchoire titanesque, deux petits yeux d’émeraude me fixaient. Elle me dit: “ Je suis Belial, Prince de l’Orgueil. Miguaël, Archange du Don de soi, est mon opposé. Celui qui a le sentiment de pouvoir vivre hors de la communauté, ou d’être capable d’atteindre le statut de divin, vient rejoindre les rangs de mes damnés.”

Ysupso


Questions
  1. Il rencontre les princes-démons sur la Lune. Est-ce étonnant ? Oui/Non ? Pourquoi ?
  2. Qui sont les “formes ressemblant fort peu à des êtres humains” et les“formes obscures” ?
  3. Pourquoi sont-elles a cet endroit-là ? Depuis quand ? Et pourquoi ne ressemble-t-elle que peu à des êtres humains ?
  4. Chaque vice est incarné par un prince-démon. Qui sont les princes-démons ?
  5. Il ne parle pas de la créature sans nom, pourquoi ?

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola


HRP merci,a vous aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Jeu 7 Aoû - 7:13

1.Il rencontre les princes-démons sur la Lune. Est-ce étonnant ? Oui/Non ? Pourquoi ?
Non cela n'est pas étonnant de les rencontrer ici puisque c'est l'enfer,ou rencontrer des démons autre part qu'en enfer? peut etre en cas de possession, mais dieu merci c'est rare et les exorcistes veillent.

2.Qui sont les “formes ressemblant fort peu à des êtres humains” et les“formes obscures” ?
le formes qui ressemble fort peu à des humains sont les âmes torturées et aussi celle du prince démon Asmodée, mais il ne représente qu'une forme pas toute, la souffrance les a déformés au fil du temps

3.Pourquoi sont-elles a cet endroit-là ? Depuis quand ? Et pourquoi ne ressemble-t-elle que peu à des êtres humains ?
-Durant leur vie sur terre, ces gens ont péchés, ils se retrouvent donc dans l'enfer qui représente le péché par lequel ils ont le plus de penchant.
-Elle sont la depuis la mort physique de leur corps, certains depuis une éternité.
- La torture qu'elles endurent, ces pauvres âmes, on aimerait pas être a leur place, font qu'elles ont perdue leur humanité, leur tète et leur corps ne sont que souffrance, comment ne pas être déformé par tant d'horreur.


4.Chaque vice est incarné par un prince-démon. Qui sont les princes-démons ?
Comme il est si bien écrit et pourquoi changer?
Citation :
Asmodée, Prince de la Luxure
- Belial, Prince de l’Orgueil
- Satan, Prince de l’Envie
- Léviathan, Prince de la Colère
- Azazel, Prince de la Gourmandise
- Belzébuth, Prince de l’Avarice
- Lucifer, Prince de l’Acédie
A chaque démon correspond un ange qui est son opposé mais c'est pas dans la question.

5.Il ne parle pas de la créature sans nom, pourquoi ?
C'est tout a fait normal qu'il ne parle pas de la créature sans nom, car comme nous l'avons vue précédemment, la créature sans nom erre sur terre pour nous tenter, elle ne peut donc pas être sur la lune Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 39
Diocèse : Lyon
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Lun 11 Aoû - 21:33

magnifique!

La fin des temps

Ce cours va vous faire découvrir la dernière partie du Livre des Vertus. Il achève ainsi la partie « dogme ».


La Fin des temps est la quatrième et dernière partie du Livre I du Livre des vertus. Elle est composée de 5 chapitres :
    I : Le rêve
    II : Le château
    III : L'église
    IV : Le Jugement Divin
    V : Les questions


Résumé



La Fin des Temps est le récit du songe que Dieu inspira à Ysupso.
Il vit le monde rayonnant dans sa douce tranquillité. Il aperçut les anges et les archanges du Paradis. Puis l’horreur débuta…
Trois jours et trois nuits un terrible orage fit un désastre, puis la température se fit froide. Il neigea et grêla, de nombreux hommes moururent. Puis une accalmie se fit. Les hommes sortirent donc de leurs abris pour courir écouter le duc qui tentait de répondre aux questions qui l’assaillaient. Mais alors la terre se mit à trembler et une tour du château s’effondra écrasant le représentant du pouvoir temporel.
Puis toute la ville s’écrasa… Seule l’église tenait encore et le curé y prêchait le repentir. Les gens l’écoutait mieux qu’à l’accoutumé. C’est alors qu’une tornade s’éleva, balayant le saint édifice, et peu à peu la détruisant, emportant la plupart des hommes s’y étant réfugié. Les quelques survivants virent alors la dernière punition de Dieu…
Tout autour d’eux pris feu. Jusqu’au vent jusqu’alors glacial. Et les hommes prirent feu avec., rien ne resta de leur corps.
Alors Dieu dit à Ysupso pour le rassurer :
“Vois, comment risque de finir le monde que tu aimes tant. Il sera détruit par l’eau, la terre, le vent et le feu. Mais n’aies crainte, car si vous vous montrez vertueux, vous pourrez éviter ces inutiles souffrances. Et que ceux qui vivent dans la vertu ne s’inquiètent pas, car jamais Je n’oublie ceux qui M’aiment.”
Alors de la terre, ceux qui venait de mourir se relevèrent et dans une longue file s’élancèrent vers leur créateur. Alors le monde disparu.
Dieu révéla alors que tout les hommes seraient jugés à leur mort et iraient selon la vie qu’ils ont mené sur le monde, soit en Enfer, soit au Paradis. Il dit aussi que le monde disparaîtra ainsi qu’Il l’a montré à Ysupso si les hommes écoutent encore en trop grand nombre la Créature Sans Nom comme à Oanylone.

Extrait

La fin des temps V: Les questions

Mais nombre de questions n’avaient pas encore trouvé de réponse. Je demandai à Dieu si Il voulait bien éclairer ma lanterne et, dans Sa grande miséricorde, Il accepta.
Je Lui demandai: “Quand serons-nous jugés? Quelles seront les peines et les récompenses que nous aurons?” Il me répondit: “J’ai décidé, lorsque J’ai fais des humains Mes enfants, de leur faire le plus beau des cadeaux: J’ai fais de tous vos esprits des âmes, vous permettant de gagner le Paradis si vous suivez les enseignements d’Aristote et de Christos, mais vous punissant des Enfers si vous vous détournez du chemin qu’ils ont tracé. Vous êtes en cour de jugement tout au long de votre vie. Chaque pensée, chaque parole et chaque action influent sur Ma décision finale. Lorsque chacun de vous meurt, Je décide de votre destination éternelle. Selon que vous avez été vertueux ou pécheur, vous rejoignez les rangs des élus ou des damnés.”
Je Lui demandai ensuite: “Mais à quoi ressembleront les humains qui accéderont au soleil ou à la lune? Ne serons-nous que de purs esprits? Que deviendront nos corps? Que sont ces anges et ces démons?” Il me répondit: “Le corps ne peut vivre sans l’esprit et l’esprit sans le corps, car J’ai fait de la vie l’union de ces deux états. Lorsqu’un humain accède au Paradis ou à l’Enfer, le corps qu’il avait sur le monde est abandonné pour nourrir la vie et un nouveau corps lui est donné en échange. Celui-ci est à l’image de l’esprit de l’humain: il en représente soit la beauté soit la laideur. Les anges sont ceux qui, par leur sainteté, ont obtenu un corps si parfait qu’ils me secondent dans le soleil. Les démons sont ceux qui ont tant vécu dans l’erreur que leur corps n’est qu’horreur et bestialité.”
Je Lui demandai encore: “Le baptême est le sacrement qui consacre l’entrée d’un humain dans la communauté des croyants*. Sans ça, il n’y a pas d’accès au Paradis possible. Mais que deviennent les pauvres enfants dont la vie s’achève avant qu’ils aient la chance d’être baptisés?” Il me répondit: “Je vous ai fait élus à votre naissance, car vous tendez naturellement vers Moi. Ce sont vos péchés qui vous détournent de Ma divine perfection.”
“Le baptême permet à la vertu de racheter le péché, permet à l’amour de vaincre l’acédie. Un vertueux qui n’est pas baptisé ne se verra pas effacer ses fautes, car Je n’ai pas béni son entrée dans la communauté de Mes fidèles. Mais ne crois pas que le fait d’être baptisé t’autorise à pécher sans vergogne. Ce sacrement n’est que le moyen de vivre dans la vertu. Mais tous ceux qui n’ont pas été baptisés, qu’ils soient enfants ou adultes, si ils n’ont absolument jamais péché, pourront de même accéder au Paradis.”
Je Lui demandai enfin: “La Fin des Temps aura-t-elle forcément lieu?” Il me répondit: “Non, Je déciderai de détruire le monde si les humains s’abandonnent tant dans le péché qu’ils ont fini par donner raison à la créature à laquelle Je n’ai pas donné de nom. Sache que l’avenir du monde ne dépend que de votre vertu. A vous de respecter la parole que j'ai transmise à Aristote et Christos car, si vous vous comportez comme les habitants d’Oanylone, votre vice liera le sort du monde que vous aimez tant.”
Alors, Dieu me dit que le temps était venu que je retourne chez moi, que mon rêve se finisse, et que je me réveille. Soulagé d’avoir tant appris de Dieu Lui-même, je retournai donc à mon lit douillet, où je me réveillai. Encore troublé par ces révélation, j'entreprit de coucher par écrit ce message de Dieu Lui-même.

Ysupso

________________________________________________

* Note du copiste : à cette époque, les mots fidèle et croyant signifiaient la même chose. Maintenant, leur signification est différente, le baptême permet l'entrée dans la communauté des fidèles.



Questions
  1. Qu'est-ce qui rentre en compte dans le jugement de Dieu ?
  2. Que devient notre corps terrestre à notre mort ? Et notre esprit ?
  3. A quoi sert le baptême ?
  4. Que risque-t-on si on suit aveuglément la Créature sans Nom ?


Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastyna



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   Mar 12 Aoû - 8:05

(Bonjour, j'espère que vous allez bien et que cette fin de semaine fut des plus agréable.)

1. Qu'est-ce qui rentre en compte dans le jugement de Dieu ?

Question très vague alors je vais la découper si vous me le permettez.

1.a) Pourquoi Dieu en arrive a faire la fin du monde ou presque ?
Voila un paradoxe ce texte, en effet Christos était venu nous sauver, mais la colère de notre Seigneur n'est pas pour autant apaisée.
Qu'est ce qui rentre en compte dans le jugement de Dieu pour cette fin des temps?

En effet elle est en totale contradiction, avec le sacrifice de Christos.

Le peuple n’écoutait plus le curé depuis fort longtemps, la peur du divin s'en était allé, les choses allait bien pour tous et surtout pour la créature sans nom.
Pourtant Dieu envoya des signe de sa colère avec ces plaies qui s’abattirent sur notre terre, mais rien y fit, les fidèles se détournaient de notre seigneur, de son église et du sens de la vie même, car l'amour ne veut pas dire luxure et débauches en tout genre, mais bien d'un amour pur simple et saint.
Il en vint donc a ce qui est écrit dans le texte, a faire la chose la plus dur la plus cruelle qui soit, et on peut imaginer la peine et les pleurs de notre Seigneur, en tuant ses propres enfants.
Comme quoi Dieu n'est pas bon.


1.b) Qu'est ce qui rentre en compte de nos jours, dans le jugement de Dieu.

Ce que le Très Haut nous demande, c'est quoi ?

Vivre dans la vertu, a la naissance nous naissons vertueux, alors certes certains le reste a vie, mais ce sont des saints et ils sont rare, donc pour nous commun des mortels pour expier de nos péchés ont a quoi?

Et bien déjà autant que faire ce peu aimer son prochain comme soi même et aimer Dieu, plus que nous même.
Nous avons donc le baptême, la confession, le repentir sincère, pour rester dans le chemin de la vertu, voila ce qui rentre en compte.
Notre vie et nos actes ainsi que nos pensées, le Seigneur sait tout, et a l'heure de notre mort, il nous jugera, sur notre vie et même les pensées les plus secrète



2. Que devient notre corps terrestre à notre mort ? Et notre esprit ?

La vie est un cycle et chacun a besoin de l'autre. Notre corps donc retourne à la terre pour la nourrir, elle qui nous a nourrit toute notre vie durant, c'est un juste retour des choses, la plus naturelle qui soit.

Dieu nous a fait le plus beau, ou le pire des cadeaux cela dépend de nos actes dans notre vie, il nous a donné une âme, alors oui bonne question que devient elle à l'heure de notre mort.

On a parlé de jugement par Dieu, mais notre corps reste ici, alors si nous n'allons pas le voir que va t'il bien pouvoir juger?
C'est notre esprit, notre âme qui va être juger par le Seigneur, pour savoir si ont a été vertueux et aller au paradis solaire ou bien si nous somme des pécheurs et prendre la direction de l'enfer lunaire.
Rappelons nous de la promenade de Sypyous et de ces formes qui n'avait rien d'humaine, c'était justement les âmes des damnés. Voila ce qu'il advient de nos âmes, quand on doit rendre compte auprès du Très Haut.


3. A quoi sert le baptême ?

Il nous poursuit ce Baptême  Smile , déjà comme nous l'avons vue précédemment, c'est le rite de passage du croyant pour le faire fidèle et le faire entrer dans la grande famille Aristotélicienne prémisse de l'amitié parfaite.
Mais on nous donne d'autres éléments ici.
On nous dit on naît tous vertueux donc le baptême, n'est pas nécessaire si tu es trop jeune et que tu n'as pas eu la chance de pouvoir faire ce sacrement.
Par contre et a moins que tu soit un saint, mais cela tu ne peux pas le savoir car c'est aux autres de le dire, pour essayer de rester au plus près de la vertu, il faut te faire baptiser.
Cela permet si tu as péché de te confesser, de le regretter, non pas qu'on nous pousse a pécher loin de la au contraire même, ni même que de se confesser suffise, rappelons nous de ce qu'a fait le centurion il l'a regretter du plus profond de soi même, non sinon ce serait trop simple, mais si ont a la volonté de se corriger pour ne plus recommencer alors Le Très haut nous pardonnera se péché.
Ont apprends donc que pour allez au Paradis solaire le Baptême est un passage obligatoire. c'est si bien ecrit que je le cite.
Citation :
Le baptême permet à la vertu de racheter le péché, permet à l’amour de vaincre l’acédie

4. Que risque-t-on si on suit aveuglément la Créature sans Nom ?

On risque de perdre la vue  Razz , blague mise a part
Ce n'est pas un risque c'est comme c'est écrit, on va en enfer, car on se sera détourné de Dieu et si on est trop nombreux a l'écouter alors ce sera réellement la fin du monde et comme cela est décrit dans cet écrit.
Pourvu que cela n'arrive pas  Embarassed 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Licence de Nastyna   

Revenir en haut Aller en bas
 
Licence de Nastyna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province Ecclésiastique de Lyon :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Annexes congrégationnelles :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Séminaire Archidiocésain Saint Bynarr de Lyon :: Grandes Archives du Séminaire :: Archives 1462-
Sauter vers: