Forum annexe officieux du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesRomeConnexion

Partagez | 
 

 [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alboin
Évêque d'Autun - Vicaire général de Lyon
Évêque d'Autun - Vicaire général de Lyon
avatar

Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 02/02/2015

MessageSujet: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   Jeu 23 Avr - 19:10

Leçon fondamentale qu'icelle. Avec un exercice plus pratique, surtout pour qui envisage la prêtrise.

Citation :
Le credo aristotélicien

Ce cours va vous enseigner le véritable sens du Credo, ainsi que son importance.


Le texte

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN

Importance de ce texte

Le Credo est le texte fédérateur de notre Eglise, il est là pour faire grandir notre foi en notre cœur. Cette prière affirme notre foi et la crie au monde: il est le signe de notre union de croyants aristotéliciens.

Il illustre aussi le dogme et le résume en quelques mots. Tous les aristotéliciens doivent le connaître.


Travail

Vous expliquerez le texte comme si vous aviez devant vous un jeune paroissien demandant le baptême et que vous lui donniez un cours de catéchisme.

Mis en forme par sœur Wilgeforte de Torretta-Granitola

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis-Appollon

avatar

Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   Sam 25 Avr - 13:43

[M****** j'avais écrit un truc pas mal, mais je n'avais pas vu que j'avais perdu ma connexion en poussant sur "envoyer". Tout perdu... Mad

Ca m'a gonflé à mort, j'y reviendrai plus tard... Neutral ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alboin
Évêque d'Autun - Vicaire général de Lyon
Évêque d'Autun - Vicaire général de Lyon
avatar

Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 02/02/2015

MessageSujet: Re: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   Sam 25 Avr - 19:20

[Aïe... Je connais la sensation.]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis-Appollon

avatar

Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   Mer 29 Avr - 16:56

Louis-Appollon relit le texte qu'il connaissait fort bien, réfléchit un instant et expliqua à Alboin:

Voyez vous mon Fils...

On était dans le rôle, ou on l'était pas.

... ce texte est notre crédo. "Credo" veut dire "croire", en latin. C'est véritablement un condensé de tout le Dogme aristotélicien. Si vous ne pouvez vous retrouver dans chaque mot, votre Foi est tout simplement incertaine, voire carrément chancelante. En tant qu'Aristotéliciens, c'est ce en quoi nous croyons au plus profond de nos cœurs.

Même le titre méritait qu'on s'y attarde, car sa signification n'était pas sans importance.

Mais cela nécessite sans doute quelques explications:

Le fait de croire en Dieu, comme le proclament les premiers mots semble bien évident. Mais cela ne suffit pas à faire un Aristotélicien... les hérétiques croient également en Dieu... mais se trompent lourdement sur sa nature et son message.


Sous-entendu: c'est nous qu'on a raison et pis c'est tout!

Il nous appelle aussi à l'humilité: Dieu est tout puissant! Il est tout puissant et est aussi le Créateur. Ce qui suppose que rien ne le surpasse, qu'il est l'Alpha et l'Oméga de toute chose sur cette terre et ailleurs. Il n'y a rien en dehors de Lui, Il était quand il n'y avait rien d'autre, Il est maintenant qu'il a d'autres choses, et Il sera toujours quand il n'y aura plus rien.

Le fait qu'il soit Créateur de la Terre et du Ciel, du Paradis et des Enfers nous rappelle l'existence de ces lieux. Pour la terre c'est évident pour nous, qui y vivons, le Paradis étant une perspective agréable, il est doux d'y croire, mais aussi des Enfers, qui nous ramènent à notre statut d'humbles pêcheurs, d'agir en bien et en mal... et que le Mal ne sera pas laissé sans conséquence à l'heure d'un Jugement qu'Il prononcera à l'heure de notre mort. Et ce passage, sur le Jugement Dernier nous le rappelle sans complaisance: nous sommes mortels.

Les deux paragraphes suivant doivent être traités en même temps. Il s'agit de ceux faisant référence au duo prophétique.

L'Aristotélisme reconnait la nature divine du message d'Aristote, la nature de ce message est la sagesse, mais aussi les lois divines. Ce paragraphe, en évoquant le but du message prophétique d'Aristote, nous rappelle aussi que ceux qui ne suivent pas ce message sont égarés. Il sont dans l'erreur. Vous ne devez pas l'oublier: ceux qui oublient ou rejettent les lois divines se trompent.

Vient ensuite Christos. C'est important de s'en souvenir.


Ce n'est pas à un thomiste comme Alboin qu'il fallait le dire...

C'est important parce que le duo prophétique est indissociables. On ne peut évoquer Christos sans s'en référer à Aristote et on ne peut comprendre pleinement le message d'Aristote sans les éléments qu'offre Christos. C'est d'ailleurs tout le sens de la dernière phrase du paragraphe: "Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut." Cela indique bien la continuité de ces messages prophétique. Aristote délivre la première partie du message et attend que Christos délivre la seconde.

Sa mort dans le martyr pour nous sauver rappelle quelque peu ce qui est arrivé à Oanylone. Alors que le message divin était négligé, Dieu désira le rappeler à ses créatures. Il détruisit la ville et l'humanité qui s'y trouvait, ne sauvant que les Vertueux.

Christos décide de son propre martyr afin de permettre à Dieu de démontrer la puissance de Son message, afin de révolter les hommes contre l'injustice et l'impiété qui régnaient alors, leur faire prendre conscience de ce qu'il attendait d'eux. Seule la mort injuste d'un homme plein de vertus et sa montée spectaculaire au Ciel permettait à Dieu de faire connaître on ne peut plus clairement son message, mais aussi de marquer la rupture avec la méthode qu'Il avait utilisée précédemment à Oanylone. Sans Christos, point de salut pour l'humanité et donc la seule alternative divine eut été de la détruire. Le sacrifice christosique n'est donc pas sans signification plus profonde. Il s'agissait bien de mourir pour permettre à l'Homme d'être sauvé à la fois du courroux divin, mais aussi de lui-même en lui permettant de se rapprocher de Dieu par le message que Son prophète avait délivré sa vie durant.

Le reste découle de tous les éléments précédents. Par nature, la croyance en Dieu et en Ses prophètes conduit à croire en Son action. En sanctifiant Christos de façon publique comme il le fit, Dieu lui-même légitime l'Eglise qu'il a créé. Celle-là même qui siège à Rome (d'où Romaine). Son indivisibilité veut tout simplement dire qu'elle doit être prise comme un tout. Il n'existe pas de double langage de l'Eglise ou de double lignes de conduites selon les contrées... L'Eglise est un corps vivant et entier et un pied ne peut partir à droite tandis que l'autre part à gauche... Elle est Une aussi... c'est à dire qu'il ne peut y avoir plusieurs Eglises. Une seule est légitime et c'est celle de Rome. Nulle autre Eglise ne peut le prétendre, et celui qui le ferait ne pourrait se dire légitimement Aristotélicien.

La Communion des Saints s'inscrit comme suit: tous les saints se retrouvent dans un même esprit aristotélicien. Il ne peut y avoir de sainteté en dehors de l'Aristotélisme. Certes, chacun a sa spécificité, mais tous se retrouvent fondamentalement dans le Livre des Vertus.

La Rémission des pêché nous indique fort simplement que Dieu est miséricordieux et prend en compte nos regrets sincères. Il pardonne par nature car la perfection n'existe guère. Etant tous pêcheurs, il ne désire que nous donner encore et encore une chance d'agir pour le Bien.

Et enfin, la Vie Eternelle fait référence à notre âme. Bien sûr, notre enveloppe corporelle peut mourir, mais le Très-Haut, comme le rappelle le Livre de la Création, nous a doté d'un corps et d'une âme. Celle-ci est éternelle, et subsiste à notre corps.

C'est en tout cela que vous croyez dans ces quelques lignes... y croyez-vous?


C'était convaincant, pensait-il.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alboin
Évêque d'Autun - Vicaire général de Lyon
Évêque d'Autun - Vicaire général de Lyon
avatar

Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 02/02/2015

MessageSujet: Re: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   Mer 29 Avr - 17:24

Le vice-doyen goûta avec amusement la scène, et opina du chef à la conclusion.

Ouida, j'y crois. Cependant, cher maître, je dirais qu'il y a un passage quelque peu troublant dans votre brillant exposé: en envoyant Christos aux Hommes, Dieu ne rompt pas avec une méthode. Au contraire, il rappelle Sa Parole, la précise. Il se peut encore fort bien que Dieu punisse les Hommes par la Fin des Temps, et rien ne dit qu'il n'abattra pas quelque catastrophe sur une cité rebelle à Ses volontés. Il faut d'avantage comprendre que c'est parce que Sa Parole se perdait que Dieu envoya les Prophètes, qui sont Sa Parole. Ce qu'ils disent doit être tenu comme étant directement de Dieu.
C'est, d'ailleurs, cela qui donne la légitimité à l'Eglise: elle est fondée par le prophète Christos, elle est donc d'institution divine, et par conséquent est seule à détenir la Vérité unique. Il est vrai cependant que la chose est rendue d'autant plus manifeste que Christos vit éternellement, et en corps, et en esprit, auprès du Créateur.


Reprenant son rôle de professeur, il tira la leçon suivante et la déposa sur le pupitre.

Excellent exercice, mon fils. Excellent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis-Appollon

avatar

Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   Sam 2 Mai - 22:03

Parce que le questionnement faisait partie de l'apprentissage, Louis-Appollon demanda tout de même.

Cependant, il faut bien admettre qu'il y a, de la part du Très-Haut lui-même, un fort changement de méthode entre la destruction du plus grand nombre non-vertueux en laissant vivre une minorité vertueuse comme à Oanylone, et le sacrifice Christosien où le plus vertueux est sacrifié au profit du plus grand nombre qui ne l'est pas...

Il devait y avoir une raison à cela, même si les voies du Seigneur étaient impénétrables. Mais ce n'était pas le genre de réponse qui satisfaisaient au jeune Castelviray.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Louis-Appolon de Castelviray] Licence : IV.1. Le credo aristotélicien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dogme et liturgie
» Iconographies
» Livre Préliminaire - 0.2 Le calendrier Aristotélicien
» Recueil de prières aristotéliciennes
» Le Crédo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province Ecclésiastique de Lyon :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Annexes congrégationnelles :: PALAIS ARCHIEPISCOPAL - Séminaire Archidiocésain Saint Bynarr de Lyon :: Grandes Archives du Séminaire :: Archives 1464-
Sauter vers: